JE RECHERCHE
Les 10 commandements de l’artiste amateur

Les 10 commandements de l’artiste amateur

Si tu débutes dans le monde de la musique, jeune padawan, il va te falloir respecter quelques codes, notamment pour te faire entendre des bonnes personnes. Prends donc ce qui suit comme un guide pour ta carrière !

En 2013, il est toujours complexe de trouver sa petite place dans le monde de la musique. Ici, chez Green Room Session, nous vous donnons un petit coup de main, en vous indiquant les dix choses à respecter absolument pour espérer percer dans le joli monde de la musique !

 

1) Par une musique nickel, tu commenceras

Bon, cela peut paraître évident, mais pourtant... Pas de précipitations ! Attends d’être bien sûr de ce que tu veux que les gens entendent, et que la version proposée est vraiment de qualité. Il y a des milliers de tracks qui s’uploadent sur le Net tous les jours, pense que ton track ne doit pas avoir l’air de quelque chose enregistré sur un iPhone par un bébé portant des gants de boxe, si l’aiguille veut sortir de la botte de foin. À moins que ça soit ton truc, mais ça c’est autre chose. Aussi, il faut éviter de poster 10 versions différentes d’un même morceau, pas grand monde n’a envie d’entendre les «previews» et «unmastered» d’un groupe qu’il ne connaît pas.

tumblr_mega7vsyvm1riflvuo1_500

C'est le genre d'effet que ça nous fait, nous autres.

 

2) En concert, le plus possible tu joueras

Et oui, l’industrie musicale est ce qu’elle est, et aujourd’hui quasiment plus personne ne gagne de l’argent en vendant des disques. C’est triste à dire, mais ça force aussi à sortir de chez soi, à chercher à jouer au maximum dans le plus de salles de concerts possibles. Corollaire au commandement 01 : le live, même si une petite dose de rock’n’roll est toujours appréciable, doit tout de même tenir la route. Pas la peine de venir jouer trois chansons mal calées en boucle pendant 45 minutes, il faut être sûr de savoir plonger avant de sauter dans le grand bain.

Si même lui peut se faire virer d'une scène en moins de 10 secondes, tu as toutes tes chances de battre le record.

 

3) Les gens avec qui tu travailles, tu respecteras

Mets un point d’honneur à respecter les gens avec qui tu bosses. Petite infos : les gens qui tiennent des magazines et webzines / les mecs des salles de concerts / les attachés de presse se connaissent tous. Enfin, tous, c’est peut-être exagéré, mais dit-toi que c’est le cas pour beaucoup, et la plupart des «gens de la culture» d’une même ville se rencontrent hors du boulot pour boire des verres. Sois adorable avec l’un d’entre eux, il y a de grandes chances pour que tout le monde finisse par être au courant. L'inverse est aussi vrai...

 tumblr_mecq69uLaf1riflvuo1_400

Ne point trop en faire non plus.

 

4) Quelque chose d’unique, tu transmettras

Ça parait beaucoup plus simple à dire qu’à faire, nous pouvons l’accorder. Cependant, la phrase disant qu’un «boutonneux derrière un laptop, ça n’a rien de sexy» se vérifie malheureusement souvent, donc si ta musique n’est pas révolutionnaire ou si ton chanteur n'a pas les capacités physiques pour sauter sur toute la scène pendant 45 minutes, pense à construire quelque chose qui retient l'œil et l'oreille. Avec un peu d’imagination, de l’huile de coude, du papier crépon et trois points de colle, tu peux avoir des résultats sympa.

 

5) De belles photos promotionnelles, tu publieras

Et oui, rien de tel qu’un beau dossier de presse ou une belle page web avec de belles photos. Vas-y, pense à l’un de tes amis photographes, habille-toi correctement (ou ne t'habille pas, selon le concept de ton groupe) prenez un après-midi de votre temps, trouvez un coin sympa et shootez. Rien de plus barbant que des photos prises sur un téléphone à clapet au fond de la salle d'un café-concert mal éclairé. L’image, ça reste une des premières choses que les gens voient. Et ce point est tellement facile à valider qu'il serait dommage de ne pas le faire.

 theknife

The Knife, ils peuvent se permettre de faire n'importe quoi, ils sont connus. Pas toi.

 

6) Sur les réseaux sociaux, actif tu seras

Et oui, il va falloir y passer. Même si tu es fanatiquement anti-Facebook, il y a peu de chances pour que ça soit le cas de ton futur public (à moins bien sûr, que tu sois un groupe de ska festif anti-mondialiste, mais ça c’est une autre histoire). Ouvre donc une page Facebook, un Twitter, un compte SoundCloud pour partager tes morceaux, un BandCamp pour répertorier ta discographie naissante... Especte un bon taux de présence, mais pas trop non plus : pas la peine de publier 30 posts par jour annonçant ton nouveau morceau. Réponds aux messages de tes fans et poste tout de même assez régulièrement. Prends aussi un peu de temps pour que la page soit jolie. L'avantage des réseaux sociaux ? Ça ne coute rien, tout le monde les utilise et tu trouveras plein de tutoriels simples sur le web pour utiliser ces outils.

 

7) Tes mails promotionnels, tu soigneras

Il faut te mettre dans la tête que les personnes recevant des mails promotionnels en reçoivent entre 20 et 2.000 par jour, pour faire une grossière moyenne. Prends le temps de soigner ton mail, autant pour le design que pour le langage : il doit retenir l'œil, être beau, offrir toutes les informations nécessaires accessibles d’un simple coup d'œil... Et en même temps, nous autres, gens de la presse, aimons bien avoir l’impression que ce mail nous est unique, un petit coup d'œil au nom du destinataire et de sa structure est simple à goupiller (et sous aucun prétexte, mais bien aucun, ces deux noms ne doivent être écorchés).

tumblr_mb8a59VrMN1rhj382o1_400

Non, pas de "musicalement vôtre" en signature, non.

 

8) En téléchargement à la presse, tes morceaux tu laisseras

Crevons l'abcès tout de suite, les journalistes musicaux sont des gens qui font du jogging et prennent le métro, passent l’aspirateur et conduisent leur voiture. Un conseil donc : un journaliste musical est d’autant plus enclin à écouter un disque si il peut caler celui-ci sur son iPod en partant faire son jogging matinal, plutôt que de devoir faire ça obligatoirement au boulot, devant son ordinateur alors qu’il est en train de mettre en page une interview interview de David Hallyday. Pensez pratique, que diable !

 tumblr_mb3wv2T75t1rhj382o1_500

Voilà ce que vous provoquez dans les rédactions de magazine
quand vous oubliez ce genre de détails. Vous êtes contents ?

 

9) Des méta-données, sur tes morceaux tu mettras

Rien de plus énervant que de lancer les morceaux fraichement reçus et de n’avoir aucune information s’affichant sur iTunes. Des albums passent parfois à la trappe juste parce qu’il est toujours barbant de rechercher les 13 morceaux de l’album parmi les 18747 d’une bibliothèque. Donc, un petit effort, on classe les morceaux dans iTunes, on rajoute le nom des pistes, l’artiste, le nom de l’album, la pochette, etc. Ça prend peu de temps, et une fois que c’est fait, c’est une bonne fois pour toutes.

 tumblr_mbagabqE1k1rhj382o1_500

À toi, cher "Artiste Inconnu", auteur de l'excellente "Piste 04".

 

10) Point trop de commandements, tu ne respecteras

Oublie tout ce que tu viens de lire. Chante, hurle, joue fort et vite, partout, avec tout le monde, la musique est belle quand elle bave, quand elle vit, quand elle bouge, quand tous tes copains viennent la chanter sur scène avec toi, quand tout va trop vite, quand ton public est là pour faire la fête et que tu la fais avec eux. Bref, quand tu l’aimes, et que tu la vis comme une passion. Et ce point, tant qu'il est respecté, vaut bien l'oubli d'un ou deux commandements précédents...