JE RECHERCHE
Solidays, deuxième jour: Sous le soleil, exactement!

Solidays, deuxième jour: Sous le soleil, exactement!

Deuxième round du combat contre le SIDA organisé comme tous les ans à l'hippodrome de Longchamp. Pour ne pas en perdre une miette, les festivaliers n'attendent même plus que la boule à facette géante soit élevée dans le ciel obscur pour transformer la pelouse en dancefloor géant. Pour échapper au cagnard et transpirer sur des beats fédérateurs, on se précipite dans la Greenroom. Avec son warm-up, le Dj résident Matt Mendez a fait perdre tout repère temporel au public et brouillé les pistes à l'aide d'une électro musclée aérée par des évadées pop. Il est 17H00 et Paris s'éveille au son des basses; le So Happy Together des Turtles effectivement de rigueur face à un public effectivement aux anges.

Plus tard, on a rejoint la Silent Disco, lieu conceptuel et insolite où l'on remue du bassin alors qu'aucune basse ne filtre de la tente qui l'abrite. En effet, aucun sound-system à l'intérieur mais à l'entrée, on vous colle sur les oreilles de gros casques, ambiance décalée garantie. Pour ceux, plus traditionnels, qui préfèrent sentir les vibrations du son, pas de panique, dans la Green Room en début de soirée le performer Olaf Hund avec sa guitare et ses programmations électro jouait au crooner romantique, un véritable OVNIi made in France. Celui qui a atterrit après lui se nomme Panteros666 du Club Cheval. Le moustachu démarre au pas de course et joue avec les nerfs du publics avec des montées épiques et ne s'essouffle pas pendant plus d'une heure et demie. Son set teinté de disco, de remixes des pointures électro du moment aura par contre eu raison des muscles de quelques festivaliers. Alors que lui quitte la cabine de DJ triomphant sur du bon R'n'B, c'est au tour de Beataucue d'entrer en scène.

Les protégés de Kitsuné, petits chirurgiens du son, opèrent méticuleusement à une destruction de nos tympans avec des basses monstrueuses qui ne sont pas pour déplaire aux headbangers. Nos oreilles avaient bien besoin d'être réveillées après une petite sieste provoquée par la folk mélancolique de Syd Matters et la douceur rétro de Morcheeba. On n'a pas raté non plus les éclats de voix de la rappeuse Keny Arkana ni l'hystérie de l'excentrique Ebony Bones, accompagnée de danseurs déguisés en yeux géants … et le public en a encore pris plein la vue. Mais l'électro rock de Nasser, a dynamité l'ambiance avec un live hyper musclé. Pour sûr, si IAM ne se montre pas à la hauteur dimanche, ils pourraient bien être les Marseillais les plus bruyants de Solidays.

http://www.solidays.org/

C.L.