JE RECHERCHE
Kanye West a-t-il vraiment besoin de Daft Punk ?

Kanye West a-t-il vraiment besoin de Daft Punk ?

La présence du duo casqué sur un morceau du nouvel album du roi Kanye, qui pouvait encore nous stimuler il y a quelques semaines, ne résonnerait-elle pas maintenant comme un mauvais présage ?

On commençait tout juste à retrouver la quiétude. Après un premier semestre 2013 trusté par l'omniprésence médiatique des Daft Punk, on en tient un autre qui semble vouloir utiliser l'effet Random Access Memories à son compte. Rappelons que Kanye West, le géant du rap américain (et conscient de l'être) prépare un gros coup, peut-être le plus gros de sa carrière. Tout le monde s'accorde à penser que Yeezus, son nouvel album, va débarquer d'un instant à l'autre, à la Radiohead. Jusqu'ici, il ne laisse filtrer que ce qu'il veut, il ne dit quasiment rien lui-même, bref, ça sent le coup de ventilo pour dissiper l'écran de fumée, juste avant l'arrivée de l'un des plus gros albums de l'année. Rendez-vous le 18 juin, en théorie.

On se demande même si la présence a priori avérée (selon les petits malins qui ont repéré les patronymes des robots dans les crédits de la vidéo sur VEVO), de Daft Punk sur le morceau "Black Skinhead"  joué par West au Saturday Night Live, ne va pas nuire au rappeur superstar. En termes de ventes, on ne se fait pas trop de soucis pour lui, un type étant capable de nommer son nouvel album d'après le nom du Christ doit avoir dans sa besace de quoi prouver sa supériorité (et puis on l'aime aussi pour ça, le Kanye). Mais nous sommes tous d'accord pour dire que, maintenant que la tempête médiatique est terminée (ou presque), presque plus personne n'écoute Random Access Memories, trop lisse et anachronique pour être honnête. Daft Punk, pour ceux qui se considèrent encore comme des amateurs de musique fraîche, ont été classés dans la catégorie "électro à papa" qui devait bien être inaugurée un jour par une entité musicale de gros calibre. Ça, c'est fait.

Sauf que Kanye, outre le fait qu'il passe sur NRJ, touche encore une énorme partie de la communauté de "ceux qui savent", toujours passionnés par ses incursions pop, qui ont souvent été futées jusqu'à présent. Et on doute que cette collaboration avec les Daft, qui, avouons-le, est quasi-indécelable (et il reste encore la possibilité que tout cela soit bidon...) ait une influence positive sur cette frange qui maintient, par son jugement jusqu'ici positif, la crédibilité musicale du bonhomme. En espérant en tout cas que Thomas et Guy-Man n'aient pas refilé le virus de la rétromanie à ce cher Kanye. On prie pour que ce ne soit pas le cas, mais vu les hurlements mystiques qu'il nous est donné d'entendre dans cette représentation live, on a surtout peur que Kanye se soit embarqué dans un délire arty dont lui seul aura les clés une fois l'album sorti. Et l'étiquette "Daft Punk approves", pour le coup, ne fait que brouiller les pistes.