JE RECHERCHE
Ces chanteurs qui squattent les charts passé l’âge de la retraite

Ces chanteurs qui squattent les charts passé l’âge de la retraite

On l’a vu avec David Bowie et les Rolling Stones, aujourd’hui les papys font autant l’actualité que les jeunots. Retour sur ces anciens qui ont pris les charts par surprise.

Si pour les sportifs, la fin de carrière est programmée avant même les premiers signes de fatigue, pour le chanteur (et bien souvent pour notre plus grand déplaisir), le culte du jeunisme peut pousser à refuser de se retirer. Un bon point pour la caisse des retraites, parfois moins pour nos oreilles ou nos yeux, n’en déplaise à mamie Madonna et ses 132 injections quotidiennes de toxines botuliques. Heureusement, certaines figures increvables du monde de la musique vieillissent plus décemment. Retour sur quelques-uns des plus âgés “chart toppers” dont ne fait pas partie Susan Boyle qui sous ses airs d’octogénaire est en fait plus jeune que Madonna.

 

Tom Jones

Le crooner-dragueur gallois le plus célèbre du monde est un habitué de cette course à la domination des charts à un âge avancé. Déjà en 1999, alors âgé d’un petit 59 ans, il devenait le plus vieil artiste à prendre la tête du top album anglais avec Reload, album de reprises en duo épatant sur lequel on retrouvait l’inoubliable "Sexbomb" (avec Mousse T). En 2009 Bob Dylan l’effaçait des tablettes avec panache à 68 ans avec l'abum Together Through Life. Mais un an plus tard, Jones, 70 ans, reprenait la tête de la course avec Praise And Blame, un retour à des racines rock, blues et gospel (la plupart des morceaux étant des reprises de gospels peu connus) qui arrive presque cinquante ans après ses débuts de carrière au sein de la vague d’invasion britannique des années 60 (dont on vous parlait ici). À aujourd’hui 72 ans et quarante albums studio, l’homme qui a reçu plus de petites culottes sur scène que n’importe quel autre artiste n’a pas fini d’impressionner.

 

Tony Bennett

En 2011 la jeune génération découvrait Tony Bennett, papy fringant de 85 ans, pourtant détenteur d’un joli pactole de quatorze Grammy Awards. C’est que l’Italo-Américain, fondateur de la Franck Sinatra School Of The Arts, avait un peu disparu de la circulation depuis que son profil de crooner pop et jazzy ne faisait plus recette. Jusqu’à Duets II, album de reprises invitant légendes en pré-retraite (Andrea Bocelli ou Aretha Franklin) et stars de la jeune génération comme Lady Gaga ou Amy Winehouse. Un succès surprise, son premier numéro 1 au top album (plus d’un million d’albums vendus aux États-Unis) peut-être aidé par le décès deux mois plus tôt de Winehouse. Bennett en profitera pour appeler à la légalisation des drogues, lui qui a été victime d’une overdose quasi-fatale plus de 30 ans plus tôt. Le papy malin retentera le coup l’année d’après avec Viva Duets, album de duos avec des artistes latinos, pour un succès bien moindre.

 

Vera Lynn

Elle était la “pop star” préférée des troupes britanniques à l’aube de la seconde guerre mondiale en 1939, à tel point qu’on lui donna son émission de radio pour envoyer des messages d’amour sur le front accompagnée de son quartet de musiciens. Elle partira même en tournée sur les points chauds de la guerre. La courageuse Dame Vera a même obtenu, bien avant les Beatles, le premier album anglais à prendre la tête des classements américains. Les décennies suivantes auront été plus dures, son dernier album original datant de 1984. La surprise viendra en 2009, à l’âge de 92 ans, plus de 70 ans après ses premiers enregistrements, avec We’ll Meet Again : The Very Best Of Vera Lynn, qui viendra battre (à nouveau) les Beatles au classement album pour se nicher en première position. Aujourd’hui cette bonne vieille Vera se la coule douce en tunique blanche à Golfe-Juan entre coupes de champagnes et œillades lancées aux serveurs de Nounou, son restaurant préféré. Une douce retraite.

 

Doris Day

Elle n’a pas tout à fait l’âge de Vera Lynn, n’a même pas pris la tête des charts (anglais ou américains) mais l’Américaine Doris Day détient un autre joli record : elle est l’artiste la plus âgée à avoir atteint le top 10 des ventes anglaises avec des chansons originales ! En 2011, son album My Heart entrait à la neuvième place des charts. Son premier album original depuis 20 ans, 72 ans après son début de carrière en 1938 alors qu’elle chantait au sein d’un big band. Laissée sans le sou à la mort de son mari voleur à la fin des années 60, forcée par le même mari à lancer le Doris Day Show à la télé, peu heureuse en affaire à cause de conseillers véreux qui la firent vendre ses biens à perte, l’humble Doris prendra une nouvelle revanche sur la vie à 87 ans, avec My Heart, un album de morceaux non parus enregistrés avec son fils. Un succès inattendu d’autant plus que Doris, la Bardot d’outre-Atlantique, avait fixé le prix du disque 25% plus cher qu’un album normal pour lever des fonds pour son association Doris Day Animal League.

 

Jeanne Calment

Elle n’a peut-être pas dominé les charts aussi assurément que les autres mais n’oublions pas la fabuleuse longévité de Jeanne Calment. Déjà, à 85 ans elle se lançait dans l’escrime. À 114 ans, elle apparaissait dans son propre rôle dans le film franco-canadien Vincent et Moi, faisant d’elle l’actrice la plus âgée du monde. En 1996, pour fêter ses 121 ans (l’année précédant sa mort), mamie se faisait un petit cadeau en enregistrant un CD quatre titres appelé Maîtresse du Temps où elle s’essayait à une forme de dance rappée des plus saugrenues. Le single “La Farandole” squattait même le haut du classement. On peut se demande si sa famille n’avait pas un peu profité de la célébrité de Jeanne pour arrondir les fins de mois. Mais quand on sait que celle-ci avait vendu sa maison à 90 ans en viager à son notaire, qui lui paiera donc une rondelette somme mensuelle jusqu’à sa mort 30 ans plus tard (sa femme prendra le relai), on se dit que Jeanette n’avait pas besoin de conseiller. Pour ceux qui voudraient trouver le secret de sa longévité, elle l’attribuait à l’huile d’olive dont elle s’enduisait le corps ainsi qu’au chocolat et à son petit verre de porto quotidien.