JE RECHERCHE
On vous raconte: We Love Dynamo (Grand Palais, Paris)

On vous raconte: We Love Dynamo (Grand Palais, Paris)

Grand Palais x Ben Klock x We Love x James Holden = une équation rêvée pour n'importe quel clubber averti. L'attente suscitée par l'évènement a-t-elle était récompensée par une soirée unique ? On vous dit tout.

Utilisé une fois l'an comme écrin unique pour soirées d'exceptions, le Grand Palais a revêtu le 16 mai ses plus beaux habits. Le musée centenaire était même sur son 31 grâce au plasticien Xavier Veilhan, créateur d'une scénographie composée de gigantesques boules suspendues dans les airs et mêlées à un jeu de lumières hypnotique. Le cadre était donc parfait et oui, la musique a été à la hauteur du lieu (45 mètres de hauteur sous plafond tout de même). Avant de se déchaîner sur la piste de danse, les invités étaient conviés à visiter l'ahurissante exposition Dynamo qui donne son nom à la soirée. Un parcours ludique attendait donc les convives avec une pléthore d'oeuvres basée sur la notion de perception visuel et qui ne laissait pas indemne une fois arrivé à la sortie. Une mise en condition à tendance hallucinatoire, parfaite pour la suite du programme. 

Une oeuvre de l'exposition Dynamo

Une oeuvre de l'exposition Dynamo

Retour sous la nef, désormais baignée par la nuit parisienne. James Holden, l'homme responsable de Border Community, un des meilleurs labels du monde, a été la première véritable sensation de la soirée. Grâce à un sens peu commun de la progression musicale, James Holden a débuté tout en douceur avec des mélodies simples et un rythme posé. Délicatement, il a enclenché une accélération générale soutenue par un mille-feuilles de samples vocaux. Le son se faisait de plus en plus prenant jusqu'au moment où James Holden a offert au public présent une montée sonore jubilatoire et subtile d'une vingtaine de minutes. La foule communia alors pour ce qu'il convient de considérer comme le meilleur moment de la soirée. Aérien, électrique et puissant, cette tranche de concert valait à elle seule de faire le déplacement dans le quartier des Champs-Elysées. Après cette épopée, James Holden nous a gentiment fait redescendre sur terre pour se faire applaudir, à juste titre, comme un des meilleurs djs du monde. Difficile en revanche pour Matador de suivre après ce moment si particulier. Même si son set avait l'efficacité nécessaire pour motiver les deux milles personnes sur places, force est de constater que le dj irlandais a fourni ce soir-là une musique scolaire et sans surprises. Un sentiment accentué par le talent de la véritable star de la soirée, Monsieur Ben Klock. C'est le dj resident du Berghain, mythique club berlinois à la signature sonore particulière. Ben Klock, tributaire le plus fidèle de ce son sans pareil, a sans sourciller délivré un set à la techno martiale avec pas (ou peu) de mélodies et rythmé par des caisses claires à contre-temps. Un son fait pour danser sans s'arrêter un week-end entier, à la Berghain comme on dit. L'homme a assis la main-mise berlinoise sur le clubbing mondiale et sa venue en tant qu'ambassadeur à Paris reste toujours un plaisir.

Ben Klock @ We Love Dynamo

 We love Dynamo était une franche réussite car cette soirée donnait à boire et manger pour les oreilles et les yeux. Les soirées We Love mettent à chaque itération la barre plus haute encore. Attendons de voir pour le festival Peacock Society ce que ces trublions nocturnes nous réservent, à moins qu'une surprise ne nous soit réservé pour la fête de la musique, date fétiche pour le collectif parisien.