JE RECHERCHE
Beth Ditto : De Gossip au solo, une carrière à plein régime!

Beth Ditto : De Gossip au solo, une carrière à plein régime!

Impossible d’avoir évité la gifle Standing in the way of control en 2006. Ayant raté les premiers albums, le monde se prend en pleine poire une voix de hurleuse soul montée sur un cheval punk affolé. L’impression sur les rétines est du même tonneau d’acide : entre deux gringalets bien queers, une callipyge furieuse remplit tout l’espace. On ne pourra plus l’oublier. Juin 2009, le deuxième album “Music for Men” achève le tour de force en pavant de basse disco la route du succès. Suivit une énorme tournée à oindre d’huile de coude les scènes mondiales, aboutissant en Angleterre où la diva se paye le luxe de composer et enregistrer un maxi très clubbing avec les producteurs James Ford et Jas Shaw (Simian Mobile Disco). Le “Beth Ditto EP” sort en avril dernier chez De Constrution, label de l’éminent DJ house Mike Pickering. Le single I Wrote the book déroule un groove rétro libéré de toute guitare, des claviers astraux, et des lignes de voix... enrobées. Le clip y présente la prêtresse des différences sur un pied d’égalité de Madonna ou Lady Gaga, rien de moins. Et c’est bien légitime car depuis le début derrière la musique, c’est le tempérament de matrone de Ditto qui éblouit.

La Queen drague, sans talons hauts

 

Mary Beth Patterson est née en 1981 dans l’Arkansas - soit le désert agricole américain - d’une mère infirmière et d'un père inconnu, élevée au milieu d’une brassée d’autres mioches de pères différents. La bravoure maternelle et sa conviction d’être née lesbienne seront les fondations du féminisme de Beth. Pas mécontente d’avoir écouté la Motown, Michael Jackson et Boy Georges gamine, elle se déguise en Madonna ou Cindy Lauper jusqu’à sa découverte adolescente du grunge. Quand son groupe part en fac à un jet de bière de Seattle, elle suit et rapidement ils ouvrent les concerts du Riot Grrrl, ce mouvement rock alternatif féminin et radicalement militant. Leurs premiers enregistrements sortent d’ailleurs sur les labels affiliés : Kill Rock Stars (Bratmobile, Bikini Kill) et K Records (Beat Happening et The Go Team). Ditto reconnaît n’avoir aucun complexe (physique ou moral) et cette scène lui permet de s’assumer entièrement : nudité, pilosité, obésité, homosexualité... tout se défend et les lives en sont autant de démonstrations enflammées. Cinq ans à ce régime et les voilà 8e merveille du monde…

And now? Beth a toujours avoué vouloir tenter plein de choses hors de la musique ; symbole fort, en février 2009 la chanteuse pose nue en couverture du 1er numéro de Love, magazine dévoué à la mode et la célébrité. Suite logique, après avoir refusé TopShop elle design pour la marque ‘grande taille’ Evans une collection très orientée 80s (jumpers à formes géométriques, leggings à dominos). Castelbajac la sollicite et Jean-Paul Gaultier l’invite à défiler en résille pour sa collection Printemps/Eté 2011, chantant accapella sur le podium. Lors du dernier défilé Etam Lingerie, sous la direction artistique de Mark Ronson au Grand Palais, on pu la voir à quelques centimètres du top model Natalia Vodianova. En “vogue”… L’été se profile et la queen du king-size compte bien étrenner ses six chansons sur scène, avec des DJ et des costumes. Divine. On est loin du no-look des débuts mais la ligne n’a pas bougé d’un poil. Vous voulez vérifier ? Combat pour le prize garanti sans robe-en-viande, le 1er juillet à Belfort.

http://bethditto.gossipyouth.com/ROW/

H.P.