JE RECHERCHE
Revue de tweets du 14 mai, spéciale Daft Punk

Revue de tweets du 14 mai, spéciale Daft Punk

Random Access Memories est le premier album de Daft Punk à pouvoir subir l'inévitable frénésie des commentaires sur les réseaux sociaux. Et hier soir, ça a tweeté sec.


Photo de Une © Mathieu Cesar 


 



Yuksek n'a jamais été un grand déconneur, c'est donc en toute sobriété qu'il donne son avis sur Random Access Memories. En précisant tout de même plus tard que ce n'est pas la présence de la batterie qui le gêne en soi, mais la production. Un bon point malgré tout, donc.


 



Le producteur français et patron de Tigersushi use d'un bon mot, impliquant le célèbre groupe de fusion jazz américain que tout le monde connaît (non ?), pour faire comprendre aux détracteurs de l'album qu'il leur manque peut-être une sensibilité qu'ils n'ont pas su développer en écoutant de la turbine ces cinq dernières années. Où qu'ils sont juste un peu jeunes.


 



Voilà qui est clair : le leader des Stuck In The Sound est fan, et il n'a pas l'air d'être dingue de ceux qui crachent leur venin sans y réfléchir à deux fois.


 



Pour ce qui est du plus grand fan français (mondial ?) du duo casqué, il était difficile d'imaginer une autre issue.


 



Le producteur dubstep/EDM/musique d'ados basé à Los Angeles, qui attendait peut-être un déferlement de synthés racoleurs, de basses graveleuses et de confettis dorés, n'a pas l'air satisfait de son investissement. Trop tard, il ne te reste plus qu'à l'apprécier coûte que coûte.


 



Teki Latex tient probablement la solution la plus pertinente à ce débat un brin stérile entre lovers et haters de Random Access Memories : les jugements, ça met du temps à se construire, il faut donc les laisser se développer au fil des écoutes.


Pour information, si vous n'avez pas encore écouté l'objet de tous ces débats, Random Access Memories est désormais en écoute intégrale.