JE RECHERCHE
DJ Hell : "je possède les seules platines aux couleurs du Bayern"

DJ Hell : "je possède les seules platines aux couleurs du Bayern"

Le vétéran de la techno allemande, fan historique du célèbre club bavarois, nous a fait part de son anis d'analyste sur les chances du club d'être sacré champion d'Europe. Sans oublier de nous lâcher quelques anecdotes croustillantes !

 

Depuis combien de temps es-tu fan de football ?

À vue de nez, depuis environs 45 ans ! (DJ Hell a 50 ans, ndlr). Là où je suis né, en Bavière, il y avait un court de tennis à côté de ma maison, ainsi qu'un terrain de football où je m'entraînais religieusement tous les jours avec mes amis.

 

Te rappelles-tu de ta toute première entrée dans un stade de foot ?

Mes souvenirs sont très flous, mais je pense que le stade en question était le Great Olympia Stadion de Munich, qui a été construit en 1972. C'était donc forcément après cette date, mais j'étais très jeune.

 

Depuis, tu es devenu fan du Bayern de Munich. Possèdes-tu quelques objets collector ?

Crois-le ou pas, mais je possède les platines qui traînaient dans le centre d'entraînement, quand l'ancien joueur du club Jürgen Klinsmann était entraîneur (en 2008-2009, ndlr). Ils avaient construit une sorte de salle de relaxation, et une "salle de mix", dans laquelle certains joueurs s'amusaient à passer des disques pour le reste de l'équipe entre deux sessions d'entraînement. Quand Jürgen Klinsmann s'est fait virer en 2009 et que ses méthodes de coaching un peu étranges ont été balayées, le club m'a demandé de récupérer les platines et le système son qu'ils avaient acheté un an plus tôt. Du coup, je pense que je possède les seules feutrines de platines au couleurs du Bayern !

 

Il paraît qu'un soir de 1999, tu as du jouer un DJ-set censé célébrer la victoire du Bayern en Ligue des Champions, et que le club a perdu contre le Manchester United cette année-là...

C'était un cauchemar. On m'avait demandé de venir jusqu'en Espagne (la finale a eu lieu à Barcelone, ndlr) pour célébrer une potentielle victoire derrière les platines, j'avais bien sûr accepté, et je me rappellerai toujours de cette défaite amère. J'ai du jouer avec le moral à zéro, en face d'un public tout aussi malheureux que moi, c'était vraiment étrange. Je me suis retrouvé dans le même type de situation pas plus tard que l'année dernière lors d'une autre finale de Champions League, contre Chelsea, à Munich cette-fois-ci. Nous avons perdu aux tirs au but, et j'ai du également mixer après cette défaite mémorable...

 

Selon toi, quels étaient les points-clés de la victoire du match aller de la demi-finale contre le FC Barcelone la semaine dernière ?

Vraiment, j'ai encore du mal à trouver des explications à cette victoire 4-0. Est-ce que Bayern était si solide que ça ? Est-ce que Barcelone n'est plus l'équipe qu'elle a pu être il y a encore quelques années ? Est-ce à cause de Lionel Messi ? À l'époque où Jürgen Klinsmann était entraîneur, nous avions perdu 4-0 contre Barcelone. On tient peut-être un moment-clé du club, qui s'est réveillé depuis, et qui a beaucoup investi pour son avenir. Et le Borussia Dortmund a été champion d'Allemagne deux fois, ce qui a titillé notre orgueil. Depuis, il est clairement devenu difficile de battre le Bayern. Reste que je ne m'attendais pas à cette victoire. Je crois que l'entraîneur actuel y est pour beaucoup. Jupp Heycknes contrôle parfaitement son équipe, les joueurs et lui travaillent dans une vraie osmose en ce moment et j'espère que nous pourrons gagner tous les titres auquel nous pouvons concourir cette année.

 

Le FC Barcelone a-t-il une chance de remonter la différence de buts que Le Bayern Munich lui a infligé ?

Il y a toujours une chance. Mais le FC Barcelone d'aujourd'hui n'est pas le FC Barcelone d'il y a deux ans, et le Bayern, selon moi, est la meilleure équipe d'Europe cette saison. Et je ne dis pas ça parce que je suis un fervent supporter !

 

En tant que Munichois, comment juges-tu les capacités du Français de l'équipe, Franck Ribéry ?

Il est le "kaiser", comme on dit ici à Munich ! Tout le monde l'adore, on le considère comme le meilleur joueur de la bundesliga, et il a le droit de faire ce que bon lui semble au sein de l'équipe. Et en ce moment, il a bien su saisir la philosophie de l'entraîneur, et il travaille beaucoup à l'arrière pour aider le reste de l'équipe, il n'est jamais personnel dans son jeu. Il y a peu de joueurs de son niveau aujourd'hui dans le monde.

 

Ta finale rêvée, ça serait Bayern - Madrid, ou Bayern – Dortmund ?

Je suis Allemand, je vais forcément répondre Bayern – Dortmund ! Les deux équipes ont leurs chances de gagner le trophée cette année. Mais nous avons vraiment besoin de remporter la victoire.

 

Le temps est-il venu pour le football allemand de reprendre la main après une période de demi-teinte ?

Nous avons d'excellentes équipes, cette année le Bayern et Dortmund ont dominé le championnat avec aisance, et notre équipe nationale est très créative sans pour autant avoir remporté de titre depuis un bail. Jogi Löw, le coach de l'équipe d'Allemagne, tente de reprendre les systèmes du football espagnol à son compte, mais oublie parfois l'identité de notre style de jeu. Nous avons une bonne vingtaine de joueurs fantastiques dans l'équipe, de Schweinsteiger à Götze, et la nouvelle génération pousse déjà très fort. Il suffirait donc de virer Jogi Löw et de le remplacer par l'entraîneur du Bayern, et la Coupe du Monde est à notre portée !

 

Si tu devais créer une équipe de football à cinq avec des DJ's ou des producteurs de ton pays, lesquels choisirais-tu ?

Je dirais Recondite, Marcell Dettmann, Dixon, Terranova et... allez, DJ Hell.

 

Et qui affronterais-tu avec cette équipe de rêve ?

Hmm, je ne sais pas. Mais j'imagine que je jouerais contre une sélection de DJ's brésiliens au stade Maracanã de Rio de Janeiro, et qu'on leur mettrait une dérouillée !

 

À lire également : notre interview "PSG" de Busy P