JE RECHERCHE
Ces collectifs électro qui font danser la nuit parisienne

Ces collectifs électro qui font danser la nuit parisienne

La nuit parisienne, que l'on disait morte et enterrée, renaît de ses cendres pour devenir un des hauts-lieux des amateurs de techno en Europe. Tour d'horizon des collectifs à suivre pour vous pousser à l'insomnie et à l'interdit bancaire !

 Il y a encore deux ans, pour danser jusqu'au petit matin sur de la techno - la "vraie", l'underground, celle qui vous plonge dans la transe d'une boucle parfaite - il fallait prendre un vol pour Londres ou Berlin. Paris, elle, n'avait pas grand chose à offrir, sinon ses lumières. Paris, l'ennui ? Aujourd'hui, le vent a tourné, et une myriade de collectifs s'évertuent chaque week-end, sinon chaque soir, à donner à la capitale une nuit digne de ses proches voisines européennes.

Mais attention, chaque collectif revendique une identité, une approche particulière de la nuit, une idée de la fête. Pour être sûr que vous n'emmeniez pas votre chèr(e) et tendre dans le garage sombre d'un squat là où vous vouliez lui faire apprécier les charmes de votre déhanché dans les reflets de la Seine, vous trouverez ci-dessous nos recommandations des collectifs à suivre pour passer les meilleures nuits blanches de Paris.

 

Concrete/Surpr!ze : l'institution

C'est l'icône du réveil de la capitale en matière de fête techno depuis déjà un an et demi. La Concrete, avec à sa tête le collectif Surpr!ze, est passée d'after géant du dimanche (7h-1h) sur une péniche, à un label pointu et reconnu (Concrete Music), une agence de booking, et désormais un festival ! Et ce, tout en continuant à faire danser un dimanche sur deux les insatiables fêtards de la capitale. Les préventes ont beau partir en moins de deux minutes à chaque fois, la programmation de ces afters n'en reste pas moins d'une exigence irréprochable.

Déplacée depuis quelques semaines dans les 4000 m² d'une ancienne imprimerie à Asnières-sur-Seine, la Concrete retrouvera son bateau entièrement rénové pour l'ouverture du festival Weather, organisé par Surpr!ze, qui se tiendra du 17 au 19 mai dans plusieurs lieux à Paris et en proche banlieue. La programmation est dingue, l'événement immanquable. Une belle occasion de renouer avec l'expérience du bateau-mouche.

www.concreteparis.fr

www.weatherfestival.fr

 

SNTWN : les papas

Plus discret, le collectif Sntwn (prononcez Sonotown), n'en est pas moins une véritable garantie de bonnes soirées dans le paysage nocturne parisien. Paternels, ils soutiennent fortement une scène locale en ébullition en collaborant avec d'autres organisations de soirées, de Release The Groove à Exploration, en passant par Zero Zero ou Midi Deux. Aller aux soirées Sntwn, c'est observer avec étonnement comment une sélection d'artistes techno (très) pointus, locaux comme internationaux, peut faire danser plusieurs milliers de personnes de tout âge. C'est aussi le gage de faire la fête dans de beaux lieux, avec en fer de lance, La Machine du Moulin Rouge dont ils sont devenus résidents.

www.sntwn.fr

Mais Sntwn n'oublie de satisfaire le raver amateur de lieux atypiques. Lorsque le cœur lui en dit, l'équipe se mue en super-collectif et rassemble tous ses amis autour de l'entité 75021, « arrondissement éphémère ». La prochaine aura lieu le week-end du 3 et 4 mai autour de deux événements de haute volée : 75021#4 à la Machine du Moulin Rouge, suivie du désormais célèbre after au 6b, un squat d'artistes dans un ancien immeuble administratif à Saint-Denis, avec 75021#5 de 7h à minuit. Un rendez-vous à ne pas manquer !

www.facebook.com/75021Paris

 

Cracki : Une bande de mecs sympa

L'ambiance d'un événement Cracki, c'est un peu celle d'un pique-nique entre bons potes. Leur délire : profiter du soleil dans des beaux et grands parcs de la capitale tout en remuant ses fesses sur une musique techno légère ou acid, mais aussi de musiciens live. Le tout étant gratuit et ouvert à tous ! Depuis leur début, eux aussi ont connu une belle évolution : résidence mensuelle au Panic Room, et surtout création de Cracki Records (rappelez-vous, on vous en a déjà causé), qui abrite notamment Renart et le désormais célèbre Isaac Delusion, et son électro toute feutrée. Niveau agenda, pas d'événement en date pour l'instant, mais l'arrivée des beaux jours ne fait aucun doute sur une belle fête au soleil d'ici peu. À suivre de près !

www.crackirecords.com

 

Berlinons Paris/Die Nacht : In Goethe We Trust

Indécrottables admiratifs de l'esthétique d'outre-Rhin, ces deux collectifs en tirent pour autant deux identités bien différentes. La légende dit que les soirées Berlinons Paris, ou [BP], commencèrent dans un garage, ou une grotte. Le collectif a conservé depuis l'aspect sombre et indus de l'esthétique techno berlinoise, mais aussi son goût pour les lieux improbables. La dernière en date, Die Höhle « la grotte », invitait par exemple les convives dans les souterrains d'une mine de craie. Si aucun prochain événement n'est pour l'instant à signaler dans les radars, l'activité continue des membres de [BP] dans la capitale en fait un collectif à suivre sans crainte.

Également amateurs de culture allemande, jusqu'à en prendre les mots, c'est un autre univers que proposent les organisateurs des soirées Die Nacht. En maîtres du conte nocturne, ils font planer le suspense sur le lieu de la fête – généralement un hangar démesuré - jusqu'au dernier moment, et captivent leurs invités en les plongeant dans l'univers onirique de la littérature teutonne, comme ils l'ont fait avec cette poursuite de Hänsel und Gretel aux quatre coins de Paris durant toute l'année dernière. Le prochain rendez-vous se nomme « Neu Disco », et aura lieu le 1er mai de 18h à 2h, quelque part dans le sud de Paris...

www.die-nacht.fr

EDIT : depuis peu, le collectif a été renommé en Blank pour la nouvelle année !

 

Mercredi : La crème de la crème

Rassembler les ténors français de l'organisation techno et produire des événements de haute qualité, voilà le crédo de Mercredi Production. À la tête de cette mafia de la fête, les programmateurs du Rex Club et des lyonnaises Nuits Sonores. Dans leurs valises, les plus grands artistes techno français et internationaux ; leurs fiefs, des lieux parfois inédits mais surtout consacrés, comme Le Cabaret Sauvage, le Trianon ou le Point Ephémère ; leur tableau de chasse, une galerie des meilleurs DJ's mondiaux, de Marcel Dettman à Ricardo Villalobos, en passant par Rone, Maya Jane Coles, Richie Hawtin ou James Holden. Leur prochain événement, « ME.012 », aura lieu au Cabaret Sauvage ce 30 avril avec des artistes venus d'outre-Atlantique, Magda, Marc Houle, Troy Pierce et le français Tomas More. Allez-y, vous serez entre de bonnes mains.

mercredi-production.tumblr.com

Photo : Benji Bee