JE RECHERCHE
Ces artistes qui ne mangent pas comme les autres

Ces artistes qui ne mangent pas comme les autres

L’assiette des stars de la pop, des rappeurs ou des guitaristes de folk ressemble rarement à la nôtre. Entre végétarisme, bacon grillé et excès de bonbons, on a tenté de résumer certaines de leurs manies.

Vous l’avez déjà remarqué dans de nombreux domaines, le monde de la musique, et de l’art en général est un miroir grossissant des particularités, des opinions et des comportement de la société civile. Plus de fête, plus de style vestimentaire, mais aussi plus d’abus en tout genre, les artistes sont des humains comme les autres, mais ne lésinent sur rien. Cela vaut aussi pour ce qui se passe dans leurs assiettes. Si les humains ont créé un panel varié de régimes alimentaires, peu sont ceux qui jouent les originaux. En musique, par contre, il n’y a que ça ! Nous avons repéré quelques cas particuliers qui prouvent que, dans le rock comme dans la pop, on ne mange pas comme tout le monde.

 

Moby, végétalien convaincu

Le producteur électro, s’il a eu des hauts et des bas dans sa carrière artistique, reste un symbole de l’accession de la musique électronique à la postérité. Mais dans la vie, ce type est un bobo absolu. Élevé par sa mère dans une communauté hippie, il prend le pli de manger autrement très rapidement, mais il ne devient végétalien qu’au début des années 1990. Le principe du végétalisme ? Oublier toute forme de viande (comme un végétarien), mais aussi le lait, les oeufs, le fromage, bref, tout produit alimentaire qui provient des animaux. Car c’est bien de ça dont il est question dans son combat : Moby fait partie de PETA, l’organisation de défense des droits des animaux, et il prône une baisse drastique de la consommation de viande pour réduire l’impact écologique qu’entraîne sa production. Il a même ouvert un salon de thé bio et végétarien dans sa ville de New-York. Bobo, on vous dit.

 

Le régime veggie, presque une norme

Plus récemment, c’est Lana Del Rey qui s’est illustrée comme une figure du végétarisme, ce que Yoann Lemoine, alias Woodkid, ne savait pas lors de leur première rencontre : il l’aurait invitée dans un restaurant de viandes à Londres... Autre “célébrité” végétarienne, Thom Yorke s’est souvent engagé pour la cause de la protection animale, et a soutenu publiquement les actions de Greenpeace à plusieurs reprises. Plus généralement, les artistes “veggie” semblent parfois plus nombreux que leurs confrères omnivores... Dans une sphère plus “énervée”, tous les membres de Rage Against The Machine sont également végétariens, ainsi que Mike Diamond des Beastie Boys. Einstein a fait des petits !

 

Le straight edge, l’activisme dans l’assiette (et ailleurs)

Lorsqu’on parle du mouvement punk, la première image qui nous vient à l’esprit est celle de Sid Vicious, bassiste des Sex Pistols, qui s’est brûlé les ailes en quelques années de carrière, la faute à trop d’excès. Mais le punk a su dépasser la caricature de l’auto-destruction par la fondation d’un mouvement : le straight edge. Basé sur les paroles d’un frameborder="0" allowfullscreen></iframe>" target="_blank">morceau du groupe punk américain Minor Threat, les premiers adeptes du mouvement, au milieu des années 1980, ont d’abord repris le triple principe "I don't drink, don't smoke, don't fuck" (pas de boisson, de cigarette et d’amour physique sans sentiments), cet ascétisme leur permettant de garder les idées claires, de respecter leur entourage et, par conséquent, de mieux faire passer leurs messages militants. Mais c’est surtout la seconde vague straight edge qui inclut l’idée de manger autrement : les groupes, ainsi que les fans, qui se réclamaient straight edge, s’imposaient la doctrine du “veganisme”, à savoir un végétalisme poussé à l’extrême. Autrement dit, un vegan est végétalien, mais refuse de porter du cuir, de la laine ou tout autre produit issu de l’exploitation animale. Si certains adeptes ont parfois poussé l’idée jusqu’à l’extrême, le principe de base de cette attitude positiviste est encore repris aujourd’hui par de nombreux groupes actuels du mouvement punk.

 

Sang pour sang rock

Tous mangeurs de légumes, les artistes ? Dans le rock, on peut aussi trouver de bons carnivores. On connaît tous les histoires qui gravitent autour d’Ozzy Osbourne, le célèbre chanteur de Black Sabbath. Oui, il a déjà décapité une chauve-souris sur scène pendant ses concerts, et non, il n’est pas végétarien, comme certaines sources l’indiquent. Ceux qui auront déjà regardé l’émission de télé-réalité The Osbournes, qui présente les frasques de la famille de la rock star, l’ont bien vu manger de la viande à plusieurs reprises... De nombreuses rumeurs voudraient d’ailleurs qu’il ingurgite de la dinde rôtie à tous les repas. Les membres de Metallica, dans le même style, ont du bacon grillé à chacun leurs menus (apparemment, ils feraient tout de même l’effort de manger quelques légumes), ce qui nous rappelle que James Hetfield, leader de la formation, est un chasseur invétéré... Le guitariste Kirk Hammett serait le seul membre du groupe à ne pas suivre ses petits camarades, étant lui aussi... devinez ?

 

Les tournées, grands moments de gastronomie

Les excès alimentaires, qu’ils donnent dans le raffinement, la malbouffe ou l’extravagance, se dévoilent souvent en tournée. Et pas besoin de jouer du rock pour ça ! Lady Gaga a beau manger comme tout le monde lorsqu’elle va au restaurant le samedi (pas de végétarisme ce coup-ci), il en va tout autrement dans sa loge, dans laquelle elle demande à chaque concert un plateau de fromage, de la charcuterie, la dose de crackers qui va avec, et de la poitrine de poulet rôtie. Les nutritionnistes désapprouveront. Nicki Minaj, quant à elle, se bâfre de bonbons, de chewing-gum et de boissons énergisantes. Son exigence ? Ces petites douceurs doivent être roses. Madonna ? Végétalienne absolue, elle demande régulièrement des kilos de snacks qui conviennent à son régime. Robbie Williams, avant qu’il ne disparaisse des radars, mangeait exclusivement des sushis dans sa loge... Et le mythe des M&M’s triés par couleur n’en est pas un : Van Halen, dans les années 80, avait ce genre d’exigences en tournée.

 

Et en France ?

Force est de constater que notre beau pays, fort de sa solide tradition culinaire, reste assez vieux jeu concernant la diversité de ses régimes alimentaires. La bonne chère, c’est donc ce qui peut différencier nos artistes du reste de la communauté musicale mondiale. Jennifer Cardini, par exemple, si elle est connue avant tout pour son travail admirable aux platines, aime le “bien manger” et possède de nombreuses notions en gastronomie. Il existe cependant des musiciens à la culture plus “indé”, et qui en arborent les attributs alimentaires : le duo Zombie Zombie, composé d’Étienne Jaumet et de Cosmic Neman, est 100% végétarien. Mais la plupart du temps, nous sommes d'incorrigibles gourmets, habitués à manger de tout.