JE RECHERCHE
South Central : Society of Spectacle

South Central : Society of Spectacle

Le nouveau disque de Keith Camilleri et Robert Chetcuti, alias South Central ? Pour faire court, une grosse claque. Pour faire un peu plus long, du Chemical Brothers updaté, de la bombe de dancefloor, avec surchauffe de baskets et marée de bras en l’air, de l’électro qui tabasse façon rock’n’roll.

 

Autant être franc : ce disque est littéralement épuisant. Pendant un peu moins de 50 minutes, les deux compères ne lèvent quasiment jamais le pied, hormis pour ménager quelques crescendos vertigineux ; « Society of Spectacle », ou l’art de la déflagration. Pour autant, les deux sont assez malins pour donner à leurs tracks-kicks des allures pop. Comme sur le premier single, The Day I Die, The One ou encore The Moth, où la guitare est assurée par le leader de A Place To Bury Strangers, Olivier Ackerman. Enfin il y a Crawl, sorte de tube cold techno pop, pour danser en pleurant.

 

Jamais à bout de South...

 

Des atours pop, ok. Après tout, ces deux-là sont Anglais. Mais l’atout number one de la doublette reste le tout à fond. Et pour ça, rien de tel qu’une intro à la nitro : Nu Control empile les beats de la main gauche tandis que l’autre monte le son et les chiens sont lâchés à mi-parcours, entre larsen et loop folle. Du very, very big beat. Même topo avec Bionic, où l’ombre des frères chimiques plane une fois de plus. Demons n’est pas mal non plus, avec son intro cathédrale, ses pulsations à 120 BPM et son petit côté Daft Punk, période Rollin & Scratchin. Reste ce titre d’album ambigu, « Society of Spectacle », référence à peine dissimulée au livre de Guy Debord. Car entre amusement de masse et critique de la société à paillettes (payantes, of course), le duo semble clairement choisir l’hédonisme. Et sous cet angle-là, ils enfoncent la concurrence.

 

South Central  / / Society of Spectacle / / Egregore (PIAS)

http://www.myspace.com/southcentralmusic

 

Reno Vatain