JE RECHERCHE
Ces femmes qui révolutionnent la musique... par leur musique

Ces femmes qui révolutionnent la musique... par leur musique

À l'occasion de la journée de la Femme, focus sur quatre personnalités qui, chacune dans leur style, se sont affirmées dans le monde de la musique par le meilleur des moyens : en étant meilleures que les hommes.

On aurait pu imaginer que la musique, art prédominant dans le quotidien de tout un chacun, aurait su saisir le vent de la parité, depuis le temps. Hélas, il n'en est rien : en 2013, la grande majorité des groupes et des artistes en activité restent essentiellement masculins. Et ce triste constat s'applique, de manière plus générale, au monde de la production musicale, les métiers "de l'ombre", de la productions aux médias, comptent peu de filles dans leurs rangs. Alors quoi, aux hommes le rock'n'roll et aux femmes la danse classique ? Voici quelques figures féminines qui, comme nous, rejettent cette idée, et qui l'ont affirmé sans ambages. Mais pas en levant le poing, non, plutôt en faisant ce qu'elles ont envie de faire : de la bonne musique.

 

Björk

Dernièrement, Björk a soutenu le collectif punk féministe Pussy Riot, rappelant ainsi que l'artiste islandaise, bien qu'elle n'ait jamais revendiqué pleinement un réel engagement politique, a su jouer à sa façon son rôle dans l'émancipation féminine dans le monde de la musique. Comment ? En étant elle-même, sans fard, et en s'imposant dans le milieu de la seule façon qui soit : en faisant la meilleure musique qui soit, la plupart du temps à contre-courant.

 

Laurie Anderson

Une self-made woman, c'est l'image qu'on doit retenir de Laurie Anderson. L'auteure du single "O Superman (For Massenet)", diplômée en histoire de l'art et en sculpture, a marqué le New York des années 1970 grâce à des performances artistiques trans-genre, avant de réaliser un paquet d'albums expérimentaux. Bien que sa notoriété, en dehors de l'étrange single qui l'a fait connaître, soit limitée, elle a eu une grande influence sur nombre de producteurs, et, a fortiori, de productrices de musique électronique actuelles, de Aphex Twin à Amon Tobin.

 

St. Vincent

Dans la plupart des groupes mixtes, on retrouve généralement les femmes à la basse, ou au chant. Le poste de guitariste donc encore un territoire masculin, d'autant plus lorsqu'il est technique. Cherchez donc : dans l'Histoire, le nombre de "guitar héroïnes" se compte sur les doigts d'une main. Annie Clark, alias St. Vincent, peut revendiquer cette appellation sans problème, mais pas seulement : elle possède une aura, un talent d'écriture, une voix et une présence scénique qui mettent à l'amende un paquet d'artistes masculins. Son dernier album en date, Strange Mercy, est un plaisir à écouter pour tous les "guitarophiles".

 

Grimes

Claire Boucher est devenu une référence dans son domaine, et ce n'est pas par hasard. Cette post-ado un peu punk, qui s'est élevée elle-même, a su catalyser toutes les influences absorbées dans sa jeunesse (du manga à la musique pop) pour les ressortir dans une électro-pop expérimentale tout à fait singulière, et pourtant parfaitement accrocheuse. Sur scène, elle est seule, avec ses machines, maîtresse de son art. Et elle n'a pas attendu qui que ce soit pour tracer sa route. L'ambition artistique totale. On rappelle que son album Visions fait partie de notre top 10 pour l'année 2012 !