JE RECHERCHE
Les 5 meilleurs albums du mois de février

Les 5 meilleurs albums du mois de février

Chaque mois, retrouvez la sélection des disques qui ont marqué Green Room Session. Entre découvertes de pépites, retours de légendes et superstars à paillettes, l’important reste l’essentiel.

 

Foxygen

We are the 21st Century Ambassadors of Peace & Magic

Le parti pris de Foxygen n'est pas sans charme : au lieu d'offrir une relecture transie de d'électronique et pétrie d'une volonté de réactualisation des classiques, le groupe joue la carte de l'hommage. Pas tout à fait 40 minutes partagées entre entre pop californienne, rock garage et psychédélisme et traversées par quelques perles comme "Suggie" ou "San Francisco".

 

Granville

Les Voiles

La voix de Melissa Dubourg, entre France Gall et Cœur de Pirate, n'est pas étrangère à l'alchimie qui s'opère. Granville n'invente mais offre un bel exercice de style et réussit en pop balnéaire ce que Lescop a entrepris avec la new wave. Le quatuor a en plus le talent d'esquiver le cheesy et de réussir là où quelques uns se sont cassés les dents.

 

Foals

Holy Fire

Les balbutiements des premiers jours font place à une maîtrise musicale totale. La construction des chansons et de l’album est plus intelligente et progressive. Les percussions deviennent plurielles, les qualités individuelles sont plus prononcées et les guitares gagnent en virtuosité et en technique. Pour reprendre l’expression en vigueur, Foals livre avec Holy Fire son album de la maturité.

Lire la chronique de l'album

 

Atoms For Peace

AMOK

 Dans la lignée de son album solo The Eraser, Thom Yorke dévoile un album bien éloigné des ambitions de Radiohead, plus spontané, aride et efficace, équilibré entre la force tellurique de la musique électronique et l’humanité du rock joué en groupe. Humble et insidieux, AMOK risque bien d’être l’album le plus important de ces premiers mois de 2013.

Lire la chronique de l'album

 

Inc.

No World

L’univers des frères Aged est à chercher quelque part entre les préoccupations de The xx, Darkstar ou The Weeknd. Et on le sent, ils ne sont pas nés de la dernière pluie, et leur délire goth-cold-wave sur fond de romantisme soul appuie exactement là où l’époque le veut. Un peu comme si la hype l’avait commandé, cet album. Parfois, elle a très bon goût.

Lire la chronique de l'album