JE RECHERCHE
Album de la semaine: Blue Hawaii - Untogether

Album de la semaine: Blue Hawaii - Untogether

L'album de la semaine est peut-être l'album de l'année. Blue Hawaii parvient à mêler des influences variées et justes pour créer un disque générationnel.

Arrivé de Montréal, Blue Hawaii est avant tout une histoire de sentiments. Alexander Crown et Raphaelle Standell-Preston s'aiment. Même si il s'appelle Untogether, ce premier album montre pourtant la symbiose qui unit ce couple. Et ce trop-plein d'amour finit par déborder dans nos oreilles de la plus belles des manières qui soit.

Au niveau du style, Untogether s'approche d'une musique électronique à la Thom Yorke, mais libérée de l'ego du personnage et avec une saveur pop, folk et jazz évidente. Néanmoins, on ne pourrait exactement définir le style de ce complexe Untogether. Mais c'est souvent la marque des meilleurs albums actuels. Avec la chanson d'introduction qui présente l'univers rythmique du groupe, on rentre dans l'album comme on rentre dans les ordres. Sereinement, totalement, avec le temps devant soi pour méditer la chose, un chemin de Saül musical en somme. Et dès que la délicatesse de ces productions raffinées nous touchent, il devient impossible de décrocher de l'écoute, la dernière chanson arrivant toujours trop vite. C'est religieusement aussi que l'on retourne à la chanson d'introduction, avec un plaisir de découverte intact.

On est de suite happé dans l'album avec un hit qui pourrait contaminer toutes les ondes ("Try to be"). Quant au dyptique progressif ("In Two Part I / Part II"), il fascine  grâce à sa construction tout en virages d'une part et d'autre part grâce à ses différents instruments qui prennent leurs temps pour rentrer dans la ronde. La voix de Raphaelle, délicate, retravaillée, réarrangée, redécoupée par Alexander, donne un tour électronique magistral à un album qui aurait pu rester un hommage mou à la pop sirupeuse. Très loin de là, on voyage sans peine entre les tempos et les sons, avec pour seule exigence de ne rater ni le twist rythmique qui reste en tête, ni le sample d'une seconde qui ne reviendra pas de tout l'album. L’étonnement est donc perpétuel et le plaisir devient immense. L'opus reste de bout en bout au même niveau d'excellence et évolue toujours dans le cadre de cette alliance matrimoniale de genre musicaux.

On se plaît à rêver à des jours meilleurs en écoutant Untogether, la sérénité évidente de l'album emportant tout sur son passage. Il réussit même la prouesse d'amener ses auditeurs vers un bien-être musical et laisse, une fois la dernière chanson terminée, un souvenir sucré d'amour de vacances ... à Hawaï bien sûr.

Bandcamp / Facebook

En écoute intégrale sur Pitchfork Advance.

Photo de une : Marilis Cardinal.