JE RECHERCHE
Thom Yorke : de The Eraser à Atoms For Peace, itinéraire d’un boulimique musical

Thom Yorke : de The Eraser à Atoms For Peace, itinéraire d’un boulimique musical

Le chanteur emblématique de Radiohead a accumulé depuis 20 ans les projets parallèles a son groupe phare. Revue de détail de ses petites infidélités.

Dans un mois, Thom Yorke dévoilera Amok, le premier album d’Atoms for Peace, supergroupe qu’il a monté avec Flea (Red Hot Chili Peppers), Nigel Godrich (son collaborateur de toujours à la production de Radiohead), Joey Waronker (R.E.M., Beck) et Mauro Refosco. Rien de neuf dans cette envie de prendre l'air, le leader de Radiohead a toujours aimé se balader hors des sentiers de son groupe principal. Retour sur ses projets parallèles.

 

The Eraser

Le 11 mai 2006, alors que Radiohead ne donne plus de nouvelles depuis la sortie de Hail To The Thief sorti trois ans plus tôt, Thom Yorke surprend son monde en postant sur le site de Radiohead un lien vers le site theeraser.net. Deux jours après il dévoile la supercherie, The Eraser est son premier album solo et sortira deux mois plus tard. Solo ou presque : Yorke refuse le mot, qu’il trouve blessant pour ses petits copains. D’ailleurs Jonny Greenwood, guitariste de Radiohead, a coécrit le morceau-titre et Nigel Godrich, le fameux “sixième membre” du groupe est aux manettes de la production. Ce premier (et seul) coup solo de Thom Yorke s’avère en tout cas être un succès et l’album, qui se rapproche des penchants les plus électroniques de Radiohead (Kid A en tête) tout en les poussant encore plus loin est un sommet de noirceur glaciale. "Atoms For Peace", à la base, était un morceau de cet album, si bien qu'on peut logiquement situer Atoms For Peace (le groupe) comme une continuité directe de The Eraser, d'autant plus que plusieurs morceaux de cet album ont été joués lors des premiers concerts de la formation.

 

Thom Yorke - "The Eraser"

 

Velvet Goldmine

En 1998 sortait Velvet Goldmine, film culte réalisé par Todd Haynes qui raconte l’époque glam-rock à travers la rivalité entre Brian Slade (un simili-Bowie joué par Jonathan Rhys Meyers) et Curt Wild (basé sur Iggy Pop et Lou Reed et joué par Ewan McGregor). Chacun a son groupe derrière lui, Venus In Furs pour le premier et Wylde Rattz pour le second. Pour la bande originale du film, ces groupes sont incarnés par des grands noms de l’époque et Thom Yorke fait partie du lot. Il partage l’affiche des Venus In Furs avec Jonny Greenwood, David Gray, Bernard Butler de Suede et Andy Mackay de Roxy Music alors qu’en face on retrouve notamment des membres des Stooges et de Sonic Youth. Yorke y reprend plusieurs titres de Roxy Music avec maestria. Si Bowie n’avait hélas pas donné l’autorisation pour qu’on utilise sa musique à la lecture du script, qu’on ait pu réunir un tel supergroupe alors que Radiohead sortait du triomphe d’OK Computer est déjà un bel exploit.

Velvet Goldmine - "2HB" (Thom Yorke à la voix)

 

Björk

Radiohead et Björk constituent probablement les deux plus grosses entités musicales des 20 dernières années qui n’ont jamais abandonné leurs ambitions expérimentales. Les retrouver sur un même projet était donc un rêve, réalisé en 2000 grâce à Selmasongs, la bande originale du film musical Dancer In The Dark. Björk est l’héroïne de l’œuvre de Lars Von Trier, dans lequel elle campe une immigrante tchèque aux États-Unis atteinte d’une maladie qui la rendra bientôt aveugle. Mais l’extravagante Islandaise est aussi en charge de la magnifique bande originale, sur laquelle elle invite Thom Yorke pour le morceau “I’ve Seen It All” : la fusion des deux voix est magique. L’Islandaise refera appel à Yorke pour le single “Náttúra” fin 2008 dont les bénéfices seront reversés à la fondation du même nom pour la préservation de l’environnement. Les deux apparaîtrons même ensemble dans un épisode de Space Ghost Coast to Coast, un talk-show parodique animé américain “présenté” par le personnage des studios Hanna-Barbera Space Ghost.

Björk & Thom Yorke - "I've Seen It All"

 

Björk et Thom Yorke dans Space Ghost Coast to Coast

 

La scène électronique

On l’a vu avec The Eraser, Thom Yorke a toujours cherché à dépasser sa condition d’indie-rockeur, parfois plus attiré par les machines que par les guitares. Dès 1998 il posait sa voix mélancolique sur une production du duo trip-hop UNKLE (composé alors de James Lavelle et du légendaire producteur de hip-hop instrumental DJ Shadow), “Rabbit In Your Headlights”. 10 ans plus tard, The Eraser Rmxs finit de l'accoquiner avec la scène électronique, invitant ses copains Burial, Four Tet ou Modeselektor triturer son œuvre. Il collaborera à nouveau avec le pape du dubstep Burial et le génie de l’electronica Four Tet en 2011 sur le double single collaboratif "Ego" / "Mirror". Il recroisera aussi la route du duo allemand Modeselektor en apparaissant sur deux titres de son troisième album Monkeytown, la même année. Il collabore enfin régulièrement avec le prodige du hip-hop instrumental Flying Lotus, se retrouvant invité sur ses deux derniers albums Cosmogramma et Until The Quiet Comes.

Modeselektor & Thom Yorke - "Shipwreck"

 

Apparitions multiples

Depuis 15 ans l’ami Thom est un invité luxueux qu’il est bon d’afficher au tracklisting de son album. On a pu l’entendre en 1997 sur une reprise de Pink Floyd en collaboration avec Mark Linkous, le leader du groupe de rock Sparklehorse. La légende raconte qu’il aurait chanté sa partie au téléphone depuis sa chambre d’hôtel. En 1998, il chantait avec Isabel Monteiro sur un single du groupe de pop Drugstore, "El President". En 2000 il faisait les chœurs sur plusieurs titres de l’album de PJ Harvey Stories From The City, Storie From The Sea et se retrouve en duo sur le titre "This Mess We’re In". En 2004 on l’aperçoit jouant du piano sur la vidéo caritative Band Aid 20 "Do They Know It’s Christmas?" En 2011 il contribue à la production d’un titre pour MF Doom, la mystérieuse superstar du hip-hop américain. Il s’amuse même de plus en plus à jouer au remixeur, pour Major Lazer, Liars ou MF Doom. Logique quand on voit qu’il semble prendre de plus en plus de plaisir à jouer au DJ.

Drugstore & Thom Yorke - "El President"