JE RECHERCHE
Album de la semaine : New Order - Lost Sirens

Album de la semaine : New Order - Lost Sirens

New Order aura tout connu. Lost Sirens, un album à l'histoire tumultueuse, sort enfin aujourd'hui. Le testament du New Order originel ou le signal d’un nouveau départ ?

Qui n'a jamais entendu parler de New Order ? Né en 1981 des cendres de Joy Division, après le tragique suicide de leur chanteur Ian Curtis, New Order a toujours su se renouveler, embrassant les modes et les courants, lâchant avant tout le monde les guitares pour les synthés et les boîtes à rythmes. Enregistrés pendant les sessions de Waiting For The Sirens’ Call en 2005, sept des huit titres qui paraissent aujourd’hui auraient dû constituer l’ossature de leur neuvième album. Malheureusement, le bassiste historique Peter Hook ayant quitté le navire, l’acte de décès du quatuor fut prononcé et les bandes oubliées, jusqu’en 2011, où une sortie fut annoncée. C’était sans compter les haines accumulées entre Peter Hook et ses anciens complices. A cause de leur bagarre, Lost Sirens se retouva bloqué au stade "pré-commande" pendant plus d’un an sur tous les sites marchands, la date de sortie fluctuant au gré des discussions entre avocats des deux parties pour le plus grand agacement des fans.

Composé à une époque où le groupe débordait de créativité, Lost Sirens est du New Order pur sucre, où guitares pop, synthés clairs et basses proéminentes se chevauchent avec allant. Album perdu, il clôt avec brio l’histoire du New Order "première époque", et malgré un son un peu daté (intemporel diront certains), il témoigne de l’alchimie qui liait les membres originaux : les guitares sont tranchantes, le chant de Bernard Sumner est à son plus haut niveau (en particulier sur “Hellbent” ou “I’ll Stay With You”), la basse de Peter Hook reste omniprésente (la version crépusculaire de “I Told You So”), Steven Morris frappe ses fûts avec une précision implacable (“Californian Grass”), les compositions classieuses et les twists narratifs toujours efficaces. L’ensemble s’écoute sans décrochage et on en vient à regretter le gâchis de la séparation.

Désormais articulé autour du trio Bernard Sumner, Steven Morris et Gillian Gilbert, New Order s’est reformé en 2011 pour une tournée mondiale et promet un nouvel album “électronique” dans un futur proche. Après la mise en bière, la résurrection ?

 

 

Lost Sirens (Rhino)

Sortie le 14 janvier 2013

Facebook / site officiel

L'album est en écoute via Rolling Stone.