JE RECHERCHE
Clashes, duels : ces rivalités qui ont marqué la musique

Clashes, duels : ces rivalités qui ont marqué la musique

Les rivalités entre musiciens sont spectaculaires et s’expriment régulièrement par chansons interposées. Le récent duel entre les rappeuses Azealia Banks et Angel Haze en est un nouvel exemple. Nous avons saisi cette occasion pour décrypter cinq "clashes" mythiques.

Vous pensiez que les duels entre artistes musicaux étaient réservés aux rappeurs des années 90 ? Pourtant, dès 1940, le compositeur folk Woody Guthrie composait “This Land Is Your Land” en réponse au “God Bless America” d'Irving Berlin, aux paroles jugées trop suffisantes. L’histoire de la musique est riche d’anecdotes de ce genre. L’art, l’ego et l’envie d’en découdre ont toujours produit un étrange cocktail. À l’heure de Twitter et du home-studio, une confrontation peut très vite tourner au vinaigre, mais retomber plus vite qu’un soufflé. La récente joute entre Azealia Banks et Angel Haze (détaillée ci-dessous) en est l’exemple parfait. Mais il n’en a pas toujours été ainsi... Retour sur cinq confrontations qui ont marqué les esprits.

 

Oasis / Blur : la bataille de la britpop

Dans les années 90, à grands coups de déclarations fracassantes sur scène et dans les magazines, les deux groupes anglais s’étaient lancés dans une course effrénée au titre de plus grande formation pop de tous les temps. L’apogée de ce duel, qui se réglait par nombre de singles vendus, eut lieu entre 1994 et 1998. Si Oasis, pendant un temps, a semblé avoir gagné cette confrontation au long cours, Blur l’a finalement emporté, le groupe mené par Damon Albarn étant toujours en activité et ayant davantage marqué l'Histoire que son rival, alors que tout le monde se souvient de la pitoyable bagarre entre frères qui mit fin à Oasis à Rock en Seine en 2009. Si les deux formations ont laissé leur musique parler d’elle-même sans forcément tourner le textes de leur chansons dans un sens qui envenimerait le débat, les tabloïds ont eu l’occasion de faire de cette rivalité leur pain quotidien pendant de longues semaines...

 

Nicki Minaj / Lil' Kim : duel de coupes de cheveux multicolores

Elles étaient pourtant parties sur de bonnes bases... Mais Lil’ Kim et Nicki Minaj, deux reines incontestées du rap américain, sont aujourd’hui les meilleures ennemies du monde. Tout aurait commencé par un morceau enregistré avec Birdman (co-patron du label Cash Money), sur lesquelles les deux rappeuses ont également posé leur flow. Une occasion parfaite pour Lil’ Kim de clamer sa supériorité sur Minaj. Plus âgée, moins médiatisée depuis quelques temps (rappelons que Kim est apparue aux yeux du monde comme étant la protégée du grand Notorious B.I.G.), elle va alors tout donner pour discréditer sa consœur, qui copie selon elle toute son attitude. Côté Nicki, tout le monde semble d’accord pour dire que son célèbre tube “Stupid Hoe” serait directement adressé à son aînée... Le morceau ci-dessous est une réponse de Kim au Pink Friday de Nicki Minaj, et, par ailleurs, un excellent moyen de saisir la teneur du débat.

 

Pavement / Smashing Pumpkins : taquineries alternatives

Nous sommes en 1994. Tout est parti d’une chanson, nommée “Range Life”, sortie sur l’album Crooked Rain, Crooked Rain de Pavement. Le quintette de rock indé américain, alors à son apogée, y taquinait les Smashing Pumpkins, groupe alternatif autrement plus célèbre à cette époque, et dont l’égotique leader, Billy Corgan, a très mal pris la plaisanterie. Selon Stephen Malkmus, le chanteur de Pavement, il n’y a jamais eu de mauvaise intention : les paroles de la chanson plaçant un personnage (fictif) de vieux hippie en tant que narrateur, la mise en perspective n’engageait que lui, le groupe n’ayant jamais pensé à mal. Corgan n’a rien voulu entendre, et a même réussi à éjecter Pavement de la programmation du festival Lollapalooza la même année (le groupe y jouera finalement en 1995). Depuis lors, Stephen Malkmus et Billy Corgan règlent leurs comptes à distance, par interviews interposées.

 

Le cas MC Jean Gab'1 : le mauvais garçon du rap français

Qui n’a jamais entendu “J’T’emmerde” ? Avant que ce morceau ne voie le jour en 2003, MC Jean Gab’1 n’était qu’un simple rappeur en quête de notoriété. Depuis, la moitié de la planète hip-hop l’a dans son viseur. “J’T’emmerde” dépasse le stade de la simple “diss track” qui viserait une seule cible, en brocardant Lord Kossity, le Saïan Supa Crew, la Fonky Family et de nombreux autres, dévoilant des vérités cachées qui ont évidemment échauffé l’esprit des principaux intéressés. Depuis, bien qu’il se soit fait une place de choix dans l’échiquier rap, il assume régulièrement les conséquences de cette provocation, et évolue la plupart du temps en cavalier seul. De manière plus générale, le rap français a eu son lot de clashes, musicaux ou non (Booba et Rohff s’en donnent à cœur joie en ce moment même), voire même artistiquement organisés, à l’image de Joey Starr et Kool Shen, les deux membres de NTM, qui ont orchestré un duel à haute teneur en bon son via leurs crews respectifs.

 

Azealia Banks / Angel Haze : le rôle prépondérant de Twitter

Ce “clash express” n’aura duré que quelques jours, mais aura été intense. Azealia Banks, rappeuse new-yorkaise pur jus, a crié sur Twitter qu’il ne fallait pas clamer son appartenance à la Big Apple (New York donc) sans en être originaire. Angel Haze, qui a récemment écrit une chanson sur la ville alors qu’elle n’y est pas née, l’a pris pour elle. S’en est suivi un ping-pong de tweets, la plupart insultants, qui ont cristallisé une belle rivalité entre ces deux rappeuses au style similaire, et toutes deux en début de carrière. Le clash a basculé sur le plan musical, plusieurs morceaux sont sortis des deux côtés en très peu de temps, avant que le feu ne s’éteigne tout aussi rapidement qu’il ne s’était allumé. On imagine que des instances plus élevées ont dû calmer les esprits, les deux demoiselles n’ayant pas de carrière encore assez solide pour espérer se passer d’un label...