JE RECHERCHE
Obama Vs Romney : Notre crash test pop-politique

Obama Vs Romney : Notre crash test pop-politique

Dans quelques heures, le pays le plus puissant au monde aura à sa tête un homme pour un nouveau mandat de 4 ans. Quelle sera la bande-son des USA selon que la victoire est remportée par Obama ou Romney ? Focus sur quelques prestigieux soutiens musicaux des deux candidats.

 

Barack Obama

Bruce Springsteen, le boss a toujours raison

Comme tous les petits enfants, la première écoute de Born In The U.S.A laisse entendre que le Boss est le plus gueulard des patriotes consanguins. Il faudra un bon traducteur ou une oreille attentive pour comprendre que Bruce est en fait plutôt démocrate et, accessoirement, une voix des voix les plus charismatiques du continent. Plan de carrière : refaire un hymne national avec plus de guitares électriques. Et un clip en jean moulant.

Image de prévisualisation YouTube

 

Dave Gahan, le soutien dépêché en express

Ok, c’est un Anglais. Mais se lever le matin, écouter le Personal Jesus de Depeche Mode pour se mettre dans le bain, et se dire que le chanteur est avec nous, c’est galvanisant même outre-Atlantique. Essayez, il y a de quoi remonter le moral à une équipe de foot US qui aurait blessé son meilleur quaterback dans un shooting American Apparel (la honte). Il y a 15 jours, le chanteur du plus grand groupe new wave annonçait vite fait bien fait son soutien au candidat démocrate. En mode dépêche.

Image de prévisualisation YouTube

 

Mos Def, le spin doctor du swag

L’auteur de Black On Both Sides croit à la politique Obamienne. Il y croit à l’endroit, à l’envers, en surface, et en dessous (sexy). Citation : « quand j’ai vu Obama en couverture de Vogue, même avant qu’il enfile les gants, je me disais que ce mec allait gagner. Il a le meilleur look pour le job. » Mos Def au double ministère du style et du flow ? Tout un programme.

 

Daedelus, l’ovni des bulletins venus d’ailleurs

Puisqu’un « président normal » est aussi un président pour les anormaux, il fallait une caution chelou au président sortant. Daedelus obtient fièrement ce titre de soutien le plus bizarre d’Obama en composant un électro-dub cosmique et cabossée. Avis aux militants-clubbers les plus ardents en cas de victoire : Daedelus est le DJ à écouter au petit matin, pour retenir la nuit, juste encore quelques heures.

Image de prévisualisation YouTube

 

Burt Bacharach, la caution classe

Question de mojo. Si Obama est soutenu par Bacharach autant que Bacharach est idolâtré par Austin Powers, un transfère de mojo teintera de mille couleurs les costumes de l’actuel président. Si Obama est réélu, Do You Know The Way To San José deviendra l’hymne des maquiladoras. Si non, descendre les rues en pleurant et comme le chantait Dionne Warwick, l’interprète favorite du grand Burt, « Walk on By ».

Image de prévisualisation YouTube

 

Bilan prévisionnel 

On savait Barack hip hop depuis son déhanché sur du Beyoncé à la télé, mais là, il confirme carrément sa street cred’ en s’accaparant les sympathiques donations et encouragements de Macy Gray, Will.i.am, Beyoncé, Jay-Z, Q-Tip, Common et Young Jeezie, entre autres. Big up Barack.

 

Mitt Romney

Meat Loaf, l’homme-ours-fort

On l’oublie trop souvent, mais derrière la barbe et les cheveux, il y a un cœur, celui de l’homme à la moto de Bat Out Of Hellcinquième album le plus vendu au monde (43 millions d’exemplaires, quand même). Le ventripotent guitariste a pris le micro en plein meeting républicain pour vociférer que Mitt était le « seul à pouvoir combattre la tempête ». Porte-étendard et hard-rockeur. Hell yeah !

 

Gene Simmons, pour un programme d’amour et de bisous

« I was made for loving you, baby » chantait-il, mais depuis 2008, ce n’est plus l’amour fou entre Gene Simmons, meneur historique des Kiss, et Barack Obama. Le chanteur a viré sa cuti, désormais, ça sera Romney dans son cœur de rockeur.

Image de prévisualisation YouTube

 

Lynyrd Skynyrd, les gardiens du home sweet home (Alabama)

Tragédie. En 1977, deux membres du groupe de rock disparaissent dans un accident d’avion. Mais il en faut plus pour enterrer des durs, et les membres restant de Lynyrd Skynyrd continuent de défendre leur Alabama en tournée chaque année. Avec un nom qui fout les pétoches dans tous les concours d’orthographe du pays, les Lynyrd seraient bien placés pour bosser à la culture. Le jour où il y aura un ministère de la culture…

 

 

Kid Rock, le porte-flingue

Le fils de Détroit, The American Bad Ass, le Mac de la nation… Si l’on connaît Kid Rock pour sa country, c’est sa vidéo intime avec Pamela (ne dites pas que vous ne le savez pas) et ses bagarres qui ont fait de lui un homme de buzz. Le chanteur a rejoint les rangs de Romney et ajoute ainsi une ligne politique à son C.V, pour avoir autant de casquettes professionnelles que de chapeaux de cow boy. Yi-haa.

Image de prévisualisation YouTube

Sam Moore, la légende encore vivante

La moitié encore en vie du légendaire duo Sam & Dave de chez Stax Records. Il vient teinté de soul la playlist de l’aspirant républicain. Sam Moore est un modèle pour tous, pour les Blues Brothers en particulier, et la preuve que l’Amérique de Romney saura swinguer, et que le candidat Blanc aussi, peut être un soul man.

 

Bilan prévisionnel

L’Amérique a inventé le rock. Mitt Romney est à deux doigts de pouvoir faire du patrimoine country une option obligatoire des examens pré-SpringBreak. Pourquoi pas ? Tout est bon à prendre, pourvu qu’on nous épargne LMFAO sur les plages à Cancùn cet été.