JE RECHERCHE
Michael Jackson, Amy Winehouse... Le retour des morts vivants

Michael Jackson, Amy Winehouse... Le retour des morts vivants

Imaginez un décor de film d’horreur où les zombies auraient été remplacés par des chanteurs morts surgissant des égouts… Si ce scénario vous rappelle le « Thriller » de Michael Jackson, rien d’anormal : une édition deluxe spécial 25 ans de l’album « Bad » déboulera dans les bacs le 17 septembre, agrémentée d’inédits et de bonus. Les labels ont-ils décidé de pomper le sang de leurs poules qui, même décédées, continueraient de pondre des œufs d’or ?

Rassurez-vous, on ne va pas jouer ici les vierges effarouchées. Face à cette industrie musicale complètement morose pour qui signer un nouvel artiste équivaut presque à faire un crédit sur 25 ans à un plombier Grec, bien difficile de ne pas comprendre la tentation de ressortir du placard des squelettes mythiques qui, justement, n’ont plus leur mot à dire.
Preuve par l’exemple avec Bambi, dont un premier album posthume nommé « Michael » était déjà sorti – fêtes de Noël oblige – en décembre 2010. Deux ans plus tard, et alors même que le patron de Sony évoquait voilà 2 ans que « Sony/Epic disposait d’assez de matériel audio pour sortir une dizaine d’autres albums inédits », c’est au tour de « Bad » de se faire lifter la rondelle avec pas moins de 3 Cds comprenant l’album original, un deuxième rempli de bonus, de remixes, d’inédits et de démos, puis un troisième consacré au live de Michael au stade de Wembley en 1988.

 

Si certains titres comme Don’t Be Messin’ Around semblent être au niveau d’un The Way You Make Me Feel ou Smooth Criminal, il y a tout de même de quoi se gratter la tête à l’annonce d’un inédit de Jackson chanté en Français, nommé Je Ne Veux Pas La Fin De Nous (aka I just can’t stop loving you). Pas forcément facile de faire dans le 100% original, encore que le remix de Bad par Afrojack feat Pitbull donne au morceau un air de club jusque là sous-estimé. Le fossoyage des studios n’étonne de toute façon plus personne, et tout comme avec le précédent album – un carton commercial – la réédition Deluxe de « Bad » permettra aux fans de faire un peu de place sur l’étagère pour une nouvelle relique. Et quant aux sceptiques, ils auront de quoi ronger leurs dents sur les autres chanteurs morts prêts à redonner d’étranges signes de vie…

Car après le très culte Jeff « un seul album de mon vivant mais dix posthumes » Buckley et le très célèbre Jimi « je suis mort en 1970 mais mon dernier album « Valley of Neptune » est sorti en 2010 » Hendrix, même son de cloche un peu macabre avec Amy Winehouse. Dont le père, Mitch, a récemment déclaré suite à la sortie post-mortem de « Hidden Treasures » fin 2011 : « Je ne suis pas certain qu'il y aura encore beaucoup de choses, mais je suis sûr qu'un autre album sortira, et peut-être deux plus tard ». Et bam, coucou la revoilou elle aussi avec ce qu’on supposera être des prises de voix réarrangées en post-production avec des musiciens de studio. Un peu comme récemment avec Henri Salvador dont le dernier disque en date est sorti en juin dernier – Salvador est mort en 2008 – et dont la voix a été ré-enrengistrée grâce au talent de croque-mort de Benjamin Biolay. Inutile d’être voyant ou astrologue pour comprendre que les morts célèbres de 2012 – Bee Gees, Donna Summer, Whitney Houston – auront droit au même traitement de choc.

Quant à la dernière ressuscitée en date, elle se prénomme Aaliyah. Hasard des calendriers – ou pas – la jeune chanteuse de R’n’B est décédée dans un accident d’avion voilà dix ans. Preuve qu’on peut survivre à tel accident, l’Américaine fait ces jours-ci l’objet de folles rumeurs sur un disque posthume produit par Drake, la faute à un inédit – plutôt médiocre – ayant fuité sur le web. Nom de code du morceau? Enough said... Ainsi va la vie au pays des morts. Mais contrairement aux vrais enterrements, bien difficile de savoir s’il faut en rire, ou en pleurer.