JE RECHERCHE

Gorillaz: Plastic Beach

Ce nouveau Gorillaz s'impose avant tout comme un chef d’œuvre de production. Face aux kids qui bricolent leur monde en bidouilleries chiptunes (on pense au dernier album de Memory Tapes, "Seek Magic"), "Plastic Beach" s'avère riche de sonorités « naturelles » magiquement capturées et qu’on écoutera le nez collé aux enceintes comme des gosses à un aquarium tropical. On guette le frôlements de doigts sur la basse, le tremolo des cuivres, la morsure des cordes asiatiques... Bijou d’exotisme mondain, Albarn réunit un festival d’acteurs de la scène internationale (Snoop Dog, Lou Reed) et sait manier la pop comme une tenniswoman arrive à changer son jeu de jambes en déhanché de danseuse. 

Mais certaines plages respirent le plastique neuf. 

Un jouet sous blister, un moulage qu’on pose sur une étagère avec fierté mais sans pouvoir lui trouver d'utilité. Quelques  compositions ciselées (l'intro symphonique et "Glitter Freeze" avec Mark E. Smith de The Fall) déposées au milieu d'un album inégal. Mais pas de tracas, le bijou pour enfulte/adulescent va quand même marcher du tonnerre ! D’une part grâce au prestigieux catalogue de guests (le vieux roi de la soul Bobby Womack, deux ex-Clash et autant de rappeurs que la Reine peut en bénir), mais aussi parce qu’il s’auto-récupère souvent : instrumentations, samples, edit & remixes... Seul vrai flair en plus de la prouesse technique et des refrains catchy chers à Damon, celui de ramener sur le devant l’autre genre en vogue à l’ère du trip-hop : le dub, ici très classieusement rafraîchi. De quoi faire oublier les dérives 2-Step et dubstep de la décennie passée… De la matière à single pour nos étagères.

http://gorillaz.com/plasticbeach

http://www.myspace.com/gorillaz