JE RECHERCHE
Hot Chip : "In Our Heads", hot or not?

Hot Chip : "In Our Heads", hot or not?

Le cinquième volet de la revanche des geeks sera dévoilé le 11 juin. L'électro pop romantique d'Hot Chip, provoquant autant l'envie de réviser ses classiques soul que house, a fait d'eux un phénomène de mode. Musicalement, ils sont sur le podium de ceux qui ont réimposé le synthé comme un it-instrument. Niveau fringue et c'est presque important, ils ont rendu acceptable l'uniforme de prof de maths en club.

in our heads album coverEn quatre albums, Joe Goddard et Alex Taylor sont devenus des modèles pour des formations electropop qui continuent encore aujourd'hui de se multiplier aussi vite que les vidéos de chatons bondissant dans des cartons sur Youtube. Pourtant, en 2010, leurs joyeux hits pour le dancefloor s'effaçaient sur l’album « One Life Stand » pour nous attendrir sur la facette la plus torturée du groupe, qui n'a d'ailleurs pas caché au moment de la sortie de l'album que l'enregistrement avait été plutôt douloureux. Le disco venait sur des titres salvateurs entretenir leur réputation de faiseurs de tubes de danse triste. Certes, mais il y avait quelque chose d'inégal qui refroidissait un peu notre relation fanatique avec Hot Chip.

Heureusement, en deux ans, Joe Goddard et Alex Taylor ont retrouvé la frite. Ainsi que leurs compères Al Doyle et Felix Martin qui se sont même offert une récréation avec le  projet parallèle New Build. Plus positif que jamais, leur nouveau méfait ne comporte que quelques morceaux qui les laissent dans ce grand bal comme des outsiders en manque de cavalier(e), les fesses entre deux-chaises comme sur le single Night And Day, sur lequel on n'est pas certain de danser nous non plus.

Joe Goddard et sa bande sont toujours influencés par les 80’s. Ils ont même confié à Pitchfork qu'ils ont souhaité s'approcher de l'esprit des extended mix qu'on trouvait à l'époque sur des 12 inches. Autre nouveauté dans ces morceaux plus sensuels et gonflés, on y entend même maintenant des guitares un peu ringardes qui transforment ce disque en surboom avec une gaîté hystérique. Car même en plein spleen dû à cette voix sortie d'une gorge nourri de clowns tristes, ces romantiques ont toujours un bouquet de synthés enjoués à nous offrir et les rythmiques d'un cœur qui s'emballe pour exciter nos sens. L'excellent premier extrait Flutes, avec son piano entêtant donne déjà irrésistiblement envie de les suivre en se déhanchant comme des petits rats derrière le joueur de flûte de Hamelin. Le clip qui l'accompagne, filmé de façon amateur risque de vous filer le tournis mais c'est un excellent exercice de préparation avant d'entrer pour de bon dans cet album tourbillonnant le 11 juin.

http://www.myspace.com/hotchip