JE RECHERCHE
Saint Michel : Versailles connection

Saint Michel : Versailles connection

La marée basse des groupes pop anglo-saxons permet actuellement de découvrir quelques gros poissons, tous français. En tête de file et quinze ans après la French Touch, le duo de Saint Michel excite avec un premier EP synthétique qui ne boit pas la tasse.

Il y a des hasards qui ne trompent pas. Peut-être Philippe Thuillier, 28 ans, et Emile Larroche, 19 ans, ont choisi le nom Saint Michel pour détourner l’attention ; toujours est-il que tout ramène ce nouveau groupe à Versailles. Pas forcément pour ses châteaux et ses pavés bourgeois, plutôt pour le groupe emblématique qui en a fait la capitale de l’électro rocococo. Mixé par une pointure des années French Touch, leur premier EP « I love Japan » fait immédiatement penser aux premiers symptômes d’Air, la fraicheur en plus. Comme si « Moon Safari » était sorti en 2012 après s’être pris dans la tronche le raz-de-marée MGMT et autres vagues pop comme Empire of the Sun.
Publiées voilà quelques semaines, les cinq chansons de Saint Michel n’en finissent pas de faire parler. La première d’entre elle étant Katherine – rien à voir avec l’artiste du même nom, dieu merci – avec un refrain, une production, une esthétique et des sonorités de synthés bien connus des services de police. On y retrouve l’innocence de la fin des années 90, la candeur de Stardust et le coté instantané des singles radio qu’on sifflotait un peu bêtement en partant au lycée. Deux décennies plus loin, Saint Michel dépoussière les étagères et délivre une pop synthétique pas passéiste, même pas vraiment moderne ; un groupe de son temps qui s’inscrit avec Lescop, AV et La Femme dans la catégorie des petits coquillages français où l’on aimerait entendre la mer, ou du moins un renouveau qui s’inspirerait des anciens sans perdre pour autant son originalité. Bonne pêche avec Saint Michel, le groupe prépare actuellement son premier album. On espère, comme pour le monument historique du même nom, qu’ils sauront autant plaire aux touristes qu’aux amateurs de belles pierres, forcément précieuses.

Saint Michel // EP « I love Japan » // Diese
http://fr-fr.facebook.com/saintmichelmusic