JE RECHERCHE
Paris : In crowded subways, EP

Paris : In crowded subways, EP

Est-ce que Paris bouge encore ? Bof. De toute façon, Nicolas Ker n’as pas attendu après elle pour habiter la nuit : il y a un peu plus de dix ans, il fondait un groupe du même nom, pour dérouler les watts que Poni Hoax mettait un peu en sourdine. Quelques changements de line-up plus tard, le groupe sort un nouvel EP, plus que jamais sous le signe d’un disco punk froissé : bienvenue dans la foule d’un dancefloor que Ker confond avec les quais du métro. Car Paris la nuit, c’est plus ce que c’était, et la fièvre d’In Crowded Subways n’est pas celle du samedi soir. Claviers flippants, guitare (sueurs) froide et basse transpirante (100% synthétique) : pendant six minutes, l’auditeur cherche la sortie, pour ne pas finir étouffé par la foule. Pourtant, l’irrépressible envie de danser reste accrochée à son smoking ; être dandy au XXIe siècle, c’est plein de contradictions…

No fun, no future, no fioriture

Car voilà que Paris nous fait le coup du romantisme à guitare, sur Yes Arthur, Certainly : quelque part entre le Nightclubbing d’Iggy Pop et le nihilisme d’Alan Vega, Paris dessine les tourments des plus tous jeunes gens modernes d’aujourd’hui : seul le panache permet à tout ce petit monde de garder la tête haute. Mais avec quelle classe. Entre les deux, The Cross-over semble faire quelques concessions à notre époque, mais c’est pour mieux retourner (à) l’open bar : « C’est une émeute ? » « Non sire, c’est une révolution ». Quand bien même tout serait déjà foutu. Ne vous reste plus qu’à vider vos verres sur les deux remix (Inflagranti, Siskid) qui referment cet éprouvant passage au club. Et marcher sur les trottoirs de Paris. Avant de rentrer chez vous, n’oubliez pas d’éteindre la ville lumière.

 

Reno Vatain

Paris / / "In crowded subways" EP / / Ekler’O’Shock

http://www.myspace.com/unoceandetoiles