JE RECHERCHE
OMD : History Of Modern

OMD : History Of Modern

Après 14 ans de silence discographique ils s'étaient reformés il y a 3 ans dans leur forme originelle, et on avait envie de dire: "comme tout le monde". Le retour des synthétiseurs au cours de la décennie passée, et plus largement de tous les groupes pouvant encore marcher droit, justifiait ce comeback. Quoi d'autre ? En 1996 ils étaient plus bas que la toute britpop ambiante réunie. Certes, il y a eu cette histoire de Bombe A hiroshimique à paillettes et gel capillaire, vendu par millions. Mais quand on a construit son succès sur le titre Souvenir, que peut-on espérer faire 30 ans plus tard, avec l'arthrose en plus? Orchestral sûrement pas, manoeuvres plus probablement oui. Quant à sa capacité de faire "dancer in the Dark", elle est plus Lars Von Trier que Springsteen.

One hit wanderer

History if Modern s’ouvre sur un son qui filera des frissons à la génération qui a connu les compettes de gym lancées sur Jump de Van Halen. Les auto-tributes y sont flagrants (Sister Marie Says, un mash up entre Enola Gay et Sans Contrefaçon - oui oui) et les hommages sont gênants : RFWK serait un ex-voto destiné aux centrales électriques teutonnes kraut mais n'atteint guère plus que les hauteurs d'un vieux Human League. Le single If You Want it évoque les grandes heures de Tears for Fear, et Pulse celles de l'eurodance. Green fera pleurer les patinoires nimbées de spots fuchsia. Mince, en fait si, ça marche ! Si l'on pince la corde de la nostalgie adulescente, ce disque résonne bougrement efficacement. Moins roboratif que robot raté, mais particulièrement bourratif. Acidulé, History of Modern est un paquet de bonbons bouteille-de-coca : pas attirant, super gourmand, rapidement écoeurant. A ressortir dans 15 ans, nostalgique des années revival.

Hilaire Picault

 

Orchestral Manoeuvres In The Dark // History Of Modern // Discograph

http://www.omd.uk.com/