JE RECHERCHE
Zombie Zombie: Play John Carpenter

Zombie Zombie: Play John Carpenter

Et pourtant on lui doit les BO d’une vingtaine de (ses) films. Souvent au synthé et boite à rythmes, parfois au piano, sans jamais écrire une partition, toujours dans une ambiance froide, monochrome, nébuleuse. Vous situez je pense, passons aux mort-vivants. Zombie Zombie est un binôme, plus qu’un duo, une entité à deux têtes. Enfin plutôt la tête et les jambes. Le cerveau c’est Etienne Jaumet, génie binoclard du clavier analogique voire de l’analogique sans clavier (varicelle de potentiomètres) officiant chez Married Monk et en solo. Le jeu de jambes c’est Cosmic Neman que tout la presse aime raccrocher à Herman Düne où il fait du charleston. Ensemble depuis trois ans, ils ont réconcilé Georgio Moroder et Brian Eno sur leur premier album (2007) et on était déjà très content.

 

La nuit démasquée

 

Rien qu’au nom, on se doutait que leur culture ciné dépassait les BO de Goblin (italo-compositeurs attitrés de Dario Argento). L’allégeance à Carpenter transpirait dès leur premier clip, remake en stop-motion G.I.-Joe de l’angoissante nuit arctique de “The Thing”. En 2009, ils offrirent notamment une ré-interprétation du "Cuirassé Potemkine" à la Cité de la Musique. Suite logique, ces reprises déshabillant cinq grands thèmes du maître ; 27 minutes ultra fidèles, réussissant à transformer n’importe quelle chasse à l’homme en la claustrophobie d’une prison (“Assault On Precinct 13”) en dance orbitale. ça file des fourmis dans le cuir chevelu ; la transe ne cède jamais mais on en redemande quand même. Chaque variation sonore d’un iota file la banane et jamais les toms n’ont été aussi respectueusement caressés. Groove mécaniquement diabolique. Ultime remède contre le (masque de) Hockey.

 

Zombie Zombie // Plays John Carpenter // Versatile Records

http://www.myspace.com/therealzombiezombie

 

H.P.