JE RECHERCHE
Wavves: King of the beach

Wavves: King of the beach

Ecouter les premiers albums de Wavves revenait à se baigner dans une mer agitée où trop d'algues s'enroulaient autour des chevilles avant d'être emportées par ses vagues. Pour qu'on se laisse glisser de plage en plage sans effort, on aura finalement dû attendre son dernier album, King Of The Beach. Hawk y a privilégié le studio plutôt que la chambre, oui, celle là même où il traumatisait ses vitres en incarnant dignement la nouvelle génération du DIY, seul avec ses logiciels, compressant le son de ses guitares saturées. C'est une prise de risque qui décevra les fans qui aimaient avoir leurs oreilles ensablées, mais les autres se réjouiront qu'il se soit offert un producteur et deux musiciens - ex Jay Reatard, décédé récemment - peu farouches face aux décibels. Avec eux, le leader de Wavves évite donc que son talent reste un secret aussi bien gardé que celui d'Ariel Pink par exemple, et continue donc sur la lancée du rutilant hymne So Bored. Mais en plus audible. Les psychédéliques Mickey Moose ou Convertable Baloon sont saturés mais on distingue mieux les chœurs et les mélodies sont de plus en plus coriaces, perchées dans notre cerveau et peu décidées à en redescendre.

Nouvelle vague

Toujours fidèle à la génération qu'il semble incarner, Nathan Hawke compose des titres vifs et hâtifs, nombrilistes et désinvoltes. Il attend de prendre le monde d'assaut comme il le dit sur l'excellent Take On The World, où il commence par se descendre en règle «Well I Hate My Writin', It's All The Same ». Comme les Vaselines avant lui, il associe des lignes de chant candides et une ritournelle pop sur Baby Say Goodbye, ou avec la ballade Green Eyes mais sans cesser de malmener les guitares. Enfin le single  qui a donné son nom à l'album, avec son riff et sa rythmique obsédants, permet à l'enfant terrible de prouver finalement que de terreur de bac à sable il est enfin passé King Of The Beach.

 

Wavves // "King of the beach" // Bella Union (Coop)

http://www.myspace.com/wavves

Charline Lecarpentier