JE RECHERCHE
Kele Okereke: The Boxer

Kele Okereke: The Boxer

Pas de doute, l'électro démangeait Kele Okereke depuis au moins 2008, date de la sortie d'Intimacy, dernier album en date des turbulents Bloc Party. Le single "Flux" en particulier, avec son attaque de batteries électroniques, avait largement préparé les fans du groupe britannique au renouveau de son leader. Après les tournées à rallonge, les tensions à l'intérieur du groupe l’avaient mené à un hiatus toujours d'actualité. Mais Kele le songrwriter n'a pourtant pas jeté l'éponge pour autant, il a continué d'explorer ses pulsions électroniques en solo. Enfin, pas complètement seul, puisqu'il a choisi XXXChange de Spank Rock et l'Ecossais Hudson Mohawke de l'écurie WARP pour l'aider à gagner ce nouveau round. En lui façonnant un son dance et techno, ils arrachent Kele au revival post punk auquel il avait largement contribué. Sa voix singulière se retrouve donc sur de grosses turbines à la Steve Aoki ("Walk Tall"), travaillée différemment d'un titre à l'autre, sans que l’autotune ou le vocoder ramollissent sa poigne.

Dring Ring

Kele n’a donc pas à rougir face à ses adversaires de la dance anglaise qui cartonne en ce moment, avec Example et Rusko, entre autre. Le premier single, "Tenderoni" possède un gros kick taillé pour les clubs, mais attention à ne pas le confondre avec le titre du même nom des non moins dansants Chromeo. Ce titre, comme "Everything You Wanted" et "On The Lam" ont aussi un aspect assommant. Des morceaux plus introspectifs comme "All The Things I Could Never Say" ou "New Rules" font office de pause sans marquer beaucoup de points. Les plus beaux uppercuts de l’album sont finalement les titres plus rock, "Unholy Thoughts" et "Rise". Malgré tout, il sera difficile d'esquiver ce disque cet été, et si vous êtes d'attaque, sachez que Rock en Seine accueillera cette année Kele en champion.

Kele Okereke // "The Boxer" // Coop

http://www.myspace.com/iamkele

Charline Lecarpentier