JE RECHERCHE
MGMT vous explique comment survivre aux remous de la société numérique

MGMT vous explique comment survivre aux remous de la société numérique

Dix ans après la sortie de leur premier album Oracular Spectacular et le succès monstrueux de plusieurs singles, MGMT revient avec Little Dark Agequatrième bébé prévu pour le 9 février. Un soi-disant "retour aux années 80" si l'on en croît les coupures de presse. Mais pourquoi donc ? Comme l’explique Ben Goldwasser, moitié à lunettes du duo, rien de tel qu’un changement de paradigme pour être en accord avec le monde tel qu’il est. Rien de tel, aussi, que quelques règles de survie pour vivre heureux au milieu des zombies, de Trump et du "miracle" des nouvelles technologies. 

RÈGLE n°1 : "Mes névroses ne sont pas le centre du monde" tu répéteras

Ben Goldwasser : Le titre de l’album, Little Dark Age c’est une réponse à tout ce qui se passe dans le monde actuellement. Politiquement bien-sûr, mais aussi d'un point de vue plus personnel. Il y a de quoi être extrêmement sombre. Bon, après je ne ne pense pas qu'on puisse dire de nous que nous sommes des personnages dépressifs. Comme tout le monde, on apprend à gérer cette part d’obscurité qui fait partie de nous. Sans rentrer dans les détails, disons que nous avons chacun connu des périodes difficiles, ce genre de moment où nous étions durs avec nous-mêmes, où tout était compliqué. Est-ce qu’on peut parler de crise de la trentaine ? Je ne sais pas… Oui, peut-être… Il y a beaucoup de chansons sur cet album qui racontent ce manque de rapport entre êtres humains, la difficulté de se lier, de se rapprocher de quelqu'un d'autre. Nous voulions faire partie intégrante du monde qui nous entoure, être plus à l'écoute. Notre avant-dernier album était bien plus claustro, on parlait de notre enfermement, notre égocentrisme. Nous isolions complètement notre créativité. Ce dernier album s'inscrit dans une dynamique qui vise à faire de la musique pour autrui, et plus seulement pour nous.

RÈGLE n°2 : Jamais un rejeton d'Alain Finkielkraut tu ne deviendras 

Ben Goldwasser : Je vis avec mon époque. Par exemple, je suis un grand adepte des nouvelles technologies. Pour moi, il y a beaucoup de choses positives liées à cette culture. A quoi ça me servirait de cracher sur les réseaux sociaux, par exemple ? Ce qui m’interpelle, c’est cette façon que nous avons de remplir notre vie avec notre consultation compulsive de nos smartphones. Cela a fait disparaître tous ces petits moments « off », tous ces instants où tu es juste heureux de ne rien faire. J'ai l'impression que nous avons perdu notre capacité à exister et laisser notre esprit vagabonder sans avoir à nous distraire de ce vide. Mais je reste quand même quelqu’un de relativement optimiste quant à l’avenir. Jamais vous ne m’entendrez dire des choses comme « c’était mieux avant ». Je crois énormément en la jeunesse, par exemple. Les jeunes ont l'air d'être plus “intelligents” face à toute cette évolution. Ce qui est vraiment dingue pour moi est de voir des jeunes découvrir des groupes des nineties. Alors qu'ils étaient à peine nés. C'est dingue de voir que le grunge signifie quelque chose pour eux, de voir des jeunes d’aujourd’hui porter des T-Shirt Nirvana. De la même façon que lorsque les gens de ma génération s'identifiaient à la contre-culture des sixties. J’ai hâte de voir ce qui se passera ensuite !

RÈGLE n°3 : A "faire passer un message", tu renonceras

Ben Goldwasser : Est-ce qu’on a forcément un message à faire passer ? Pas forcément. Disons que la musique est en quelque sorte notre moyen de faire face au monde dans lequel on vit. C'est génial d'avoir des gens qui s'identifient à notre musique. On aime vraiment laisser les portes grandes ouvertes, offrir une musique libre à l’interprétation. Lorsque je parle avec des fans du groupe, j'ai l'impression que pour eux, nous représentons un mouvement, sans pour autant savoir duquel il s'agit. Lors de nos dernières dates, on a vu énormément de jeunes dans le public, même presque trop jeunes pour aller à un concert. Les gens continuent à nous découvrir. On espère continuer sur cette lancée. Peut-être qu'aujourd'hui, vu qu'on a atteint la mi-trentaine, je peux dire qu'on est un groupe de vieux.

RÈGLE n°4 : La technologie, sans cesse, tu questionneras

Ben Goldwasser : Réussir à rendre un jour l’homme immortel, c’est un des grands combats du monde de la science actuellement. Ça me fait penser à cet épisode de Black Mirror (l’épisode "Be right back") dans lequel une jeune femme ressuscite son copain. Franchement, je ne suis même pas sûr de comprendre cette démarche. J’adore lire ou regarder de la science-fiction qui parle de ce genre de choses ou par exemple du fait de séparer la conscience du corps. Récemment, je lisais des trucs sur l'hypothèse de simulation. Des scientifiques croient réellement que notre monde est en réalité une simulation. C’est dingue, on en est arrivé à ce point où notre réalité commence à rejoindre celle de Matrix… C'est marrant parce que parfois, ça me permet de me sentir vraiment bien, vu que rien n'a vraiment d'importance si la vie est en fait prédéterminée. Nos actions, nos relations sociales... Après je me dis que même si nous ne sommes pas réels, notre expérience l'est. Pour en revenir à la série Black Mirror, j'ai aimé la plupart des épisodes. Surtout, comme tout le monde d'ailleurs, l’épisode "San Junipero". Bon, parfois le message était un peu trop insistant, mais j'aime voir la représentation d'un monde alternatif, cette façon de se demander : “Et si les choses étaient comme ça ?”

RÈGLE n°5 :  Des tactiques savantes pour échapper aux zombies, tu établiras

Ben Goldwasser : Le succès de séries comme The Walking Dead représentent aussi la preuve que nous développons une sorte de fixation malsaine sur ce qui va mal et ce qui nous inquiète. Sans doute que le climat politique actuel y contribue, en tentant à chaque fois de contrôler les citoyens par la peur. Après, c'est peut-être sain de surmonter ses peurs en regardant des séries ou des films post-apocalyptiques. Ma fiancée et moi, nous plaisantons toujours sur ce que nous ferions si les zombies envahissaient la Terre. Parfois, on se trouve une maison et on se dit : “Oh, ce serait un super endroit pour se cacher des zombies !” Je pense que je ferais en sorte d'être entouré par de l'eau. Et aussi par des montagnes, parce que les zombies n'aiment ni nager ni grimper. Je trouve que c'est une bonne stratégie. Ah, et j'amènerais beaucoup de vin ! C'est clairement ma priorité numéro un. On parle beaucoup de tout ça, mais en même temps, on se demande pourquoi ça nous obsède autant.