JE RECHERCHE
Janelle Monae: The Archandroid

Janelle Monae: The Archandroid

Depuis quelques années la musique noire américaine s’ennuyait seule dans son coin. Trop d’argent facile, d’auto-tune, de talents mirobolants dissous dans ce qu’il faut bien appeler de la soupe FM. Alors que le sésame pour accéder à la première marche se nomme désormais David Guetta, on s’était résolu à ne plus espérer grand chose d’un genre majeur, le R’n’B, seul susceptible d’inventer, hors niches et hors castes, l’avenir de la musique.

Et puis Janelle Monae est arrivée, petite bombe black de 24 ans surmontée d’une impressionnante banane, et bien déterminée à relever un défi de taille: chasser les marchands  du temple et renouer, enfin, avec l’esprit des grands anciens (Stevie Wonder, Prince, Outkast…).

Janelle, une touche à tout mais sans pastiche.

Développé en deux suites (qui succèdent au premier EP Metropolis), son premier album, The ArchAndroïd, prend pour modèle le Ziggy Stardust de Bowie, pour raconter l’ascension de Cindi Mayweather, alter ego de Janelle, androïde qui va libérer les siens de la cité de Metropolis. D’une ambition artistique folle, ce concept album, entièrement écrit et composé par Janelle Monae, se veut à la fois un résumé de cinquante ans d’histoire de la musique (des musicals de Broadway au psychédélisme de San Francisco en passant par la new wave, le punk rock ou la musique classique) et une proposition de funk mutant, qui, tout en ressuscitant la mystique Sci-Fi de Sun Ra ou de Parliament, nous projette directement dans le futur. Rien que ça.

Janelle Monae // "The Archandroïd" // Warner

http://www.myspace.com/janellemonae

Clovis Goux