JE RECHERCHE
Avant Arcade Fire, la passion de Régine Chassagne pour la musique médiévale

Avant Arcade Fire, la passion de Régine Chassagne pour la musique médiévale

Il y a quinze ans, rien n'aurait pu laisser penser que Régine Chassagne vendrait des dizaines de milliers de disques dans la catégorie « rock » au sein de Arcade Fire. Et ce parce qu'à l'époque, elle opérait dans une formation de musique médiévale, Les Jongleurs de la Mandragore. Aujourd'hui, pour Greenroom, Régine elle-même et son entourage d'alors racontent cette histoire, entre pintes de cervoise, robes de velours et instruments rares.

En janvier 1994, soit sept ans avant la formation de Arcade Fire, Régine Chassagne étudie encore à Jean-de-Brébeuf, collège privé du centre de Montréal. Parmi les anciens élèves du bahut, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, ainsi que son père et prédécesseur, Pierre. Au Québec, le collège correspond aux deux années entre le lycée et l’université, et Régine y étudie le cinéma et la communication. Une étudiante en physique de Brébeuf aux cheveux blonds très longs et aux yeux clairs, une certaine Ingried Boussaroque, passe une annonce : « Chanter de la musique de la Renaissance et du Moyen-Âge vous intéresse ? Rencontre tel jour ». Aujourd'hui basée dans les Hébrides, un archipel à l’ouest de l’Écosse d’où elle pilote encore La Mandragore, Boussaroque raconte : « J’avais réservé une salle de classe, dans la nouvelle aile, assez moderne. Quelques personnes se sont présentées, dont Régine, qui était très motivée. C’est la première fois que je la rencontrais. » Chassagne a déjà la fibre musicale depuis l'enfance, et à Jean-de-Brébeuf, elle s'illustre souvent en reprenant tous les airs de Super Mario Bros au piano. « Cette annonce m’a intriguée, se souvient-elle. J’étais déjà intéressée par la littérature et la philosophie médiévales. C’est tellement différent du monde dans lequel on vit, je trouvais ça très mystérieux. » Après ce rendez-vous donné dans une petite salle austère à Brébeuf, un groupe voit bien le jour. Ingried, Régine et les autres le baptisent « Les Jongleurs de la Mandragore ».

A cette époque, justement, on constate l’apparition d’une mode médiévale dans la région. « Il y a eu un gros boom fin 90, début 2000, explique Ingried. L’époque fait rêver beaucoup de gens : les chevaliers, les costumes, les enluminures, les tableaux... » Le Québec assiste à la création de compagnies, des festivals, comme les Médiévales de Québec, un événement éphémère qui se tint deux étés consécutifs dans la vieille ville. Pour les Jongleurs, y jouer est un objectif évident. « C’était magique, se souvient Ingried, sourire aux lèvres. On était tout jeune. Ils faisaient venir des compagnies de France et d’ailleurs. Il y avait des chevaliers à cheval, d’immenses chiens. C’était peu commun. Tout était nouveau et aussi beau que dans nos rêves. » Régine et Ingried chantent et dansent dans la rue, vêtues de saris indiens transformés à coups de jupes et foulards, alors que le reste des Jongleurs passe le chapeau, soutirant quelques écus aux passants. Une passion qui va même pousser Régine à traverser l'Atlantique. « Dans les années 90, je suis allée à une foire à instruments en France, raconte l'intéressée. Toute seule, comme une vraie nerd. J’avais ramené une bombarde bretonne, une flûte norvégienne en terre cuite. Tout ça dans un gros sac de montagne. Mais surtout, je n’avais pas les moyens d'acheter une vieille à roue, alors que ça m’hypnotisait. Je la voulais tellement... »sans-titre-2Quelques semaines plus tard, les Jongleurs sont repérés par une figure de la scène médiévale locale, Martin Gauthier, à l'occasion d’un « souper médiéval » organisé au collège. Gauthier a monté l’Auberge du Dragon Rouge, un restaurant médiéval. « Sous le listel des armoiries du Dragon on annonce ‘bombasse et ripaille’, sourit-il. On a cristallisé ça en repère de bons vivants. La devise de l’équipe c’est ‘dans le chaos, on excelle.’ On a deux étages où des étudiants se mélangent à des fêtes de bureaux et des familles. Ça va de 8 à 88 ans. Les clientèles se chevauchent, les tables se partagent, parce que c’est ça ou deux heures d’attente pour entrer ! » C’est dans cette atmosphère bruyante, un espace enfumé dans lequel les clients renversent leurs verres, que les Jongleurs de la Mandragore transforment leur hobby en gagne-pain. Martin Gauthier apprécie chez les Jongleurs leur approche académique de la musique médiévale. Néanmoins, l’animation musicale n’est qu’une des composantes de l’expérience globale de l’Auberge. « Le premier choc, c’est que les gens ne sont pas là pour toi, s’amuse l'aubergiste. N’attends pas que les gens se taisent pour que tu te mettes à faire ton truc. Sinon, tu n’y arriveras pas. »oAlors, la Mandragore met de côté ses chants de la Renaissance à quatre voix pour apprendre à capter l’attention. « C’était un sacré exercice, de convaincre les gens, se rappelle Régine. On jouait aux tables, sans scène, ni barrière. C’est juste toi et la personne qui mange. Tu dois créer une atmosphère, avec des instruments acoustiques et aucune aide technologique. C’est une performance pure. J’aimais beaucoup ça. » Pour s’adapter à la clientèle un brin geek, le groupe sort parfois très largement de son répertoire. Martin se marre : « Un jour, pour Halloween, ils nous avaient fait une version du générique de Star Wars. » Et Régine dans tout ça ? Pour le tenancier, jouer au Dragon Rouge lui a permis de s’épanouir. « Au début, je la trouvais effacée, raconte-t-il. Elle chantait, elle jouait de la flûte, du tambourin. Puis, c’est devenu le lutin de l’équipe, toujours en train de sortir de la boîte. Tu tournais une manivelle et ‘PLING !’ tu avais Régine, avec ses cheveux frisés et son énergie insouciante. » Alexandre, un ancien membre, ajoute : « Régine était une bonne entertainer. Son physique parlait beaucoup. Elle était beaucoup plus théâtrale, embarquait dans un rôle, et se l’attribuait. Elle disait : ‘oh ! Alexandre !’ Parce que je disais des conneries et elle jouait une dame volage offusquée. » François Taillefer, un autre ancien de la bande, parle d'une « boule d'énergie qui rayonne ». Pourtant, les dates à 125 dollars la soirée au Dragon finiront par lasser les Jongleurs, et l'affaire commence à ressembler à un emploi comme un autre. Surtout, ils veulent désormais s'essayer à « une musique plus élaborée », à en croire Ingried.sans-titre-3Le premier gros contrat hors Dragon Rouge leur est proposé à l'été 1999, par un jeune couple qui a choisi le Moyen Âge comme thème de son mariage. Loin du chaos du Dragon Rouge, les mariages ont tout pour séduire les Jongleurs. Et pas seulement la paie, d’en moyenne 300 dollars par musicien. « J’ai vraiment aimé jouer dans des mariages, sourit Régine. Parfois, la famille restait de son côté et j’essayais de rassembler les gens. On organisait des danses. Quand je voyais que ça marchait vraiment, que tout le monde se mélangeait, faisait des pas de danse, c’étaient de beaux moments. Ça me rendait heureuse. » À force de voir les couples sceller leur union sur sa musique, Régine devait bien finir par tomber amoureuse elle aussi. Ce qui arrive début 2001. À la fin d’une expo, où elle se produit avec son side project jazz, Win Butler vient lui parler. « On venait de mondes tellement différents, raconte-t-elle. Je faisais de la musique médiévale et du jazz, lui écoutait The Cure et Pixies. C’est ce mélange que je trouvais vraiment super. » Le reste appartient désormais à l'histoire : Régine rejoint rapidement son groupe, fondé avec un ami de fac et qui s’appelle déjà Arcade Fire. Pendant trois ans, Régine jongle entre les deux formations, et Win Butler met parfois (légèrement) la main à la pâte même si, à en croire Ingried, « il ne se sentait pas dans son élément, ce n’était pas un type de musique qu’il connaissait ». A l'été 2001, Butler il apparaît dans le clip de « Al Entrada Del Tens Clar » en armure et hallebarde. Giulia Frati, réalisatrice du clip, raconte : « Il faisait une chaleur folle. Pendant des heures, il était comme dans une cocotte minute de métal. À un moment donné, il s’est évanoui. J’ai vu Régine courir vers lui, à terre. Je me demandais ce qu’il se passait. Ça m’a fait peur ! Il n’était pas bien alors on a du faire un break pour s’assurer qu’il était ok. On l’a mis à l’ombre, on lui a amené de l’eau. Puis on lui a demandé s’il pouvait continuer. Il a dit ‘no problem.’ »

En juin 2001, la Mandragore sort enfin un premier album, Miracle !. Ingried se remémore l'apport de Régine en studio : « Elle amenait les idées folles, les idées grandioses. Elle s’est amusée en important des idées extravagantes. Par exemple, sur une pièce, elle voulait à tout prix de l’orgue. Sur une autre, elle voulait de la slide guitar. » Soit deux lourdes infractions au code de la musique médiévale. En parallèle, la formation du couple Butler-Chassagne commence à rencontrer un certain succès dans les cercles indie canadiens. « Elle nous parlait souvent d'Arcade Fire, reprend Ingried. Ils faisaient souvent six heures de route pour jouer à Toronto ou dix heures pour New York. Ils avaient de la patience. Ils voulaient que ça démarre et elle avait l’impression qu’il y avait un buzz. » Puis, ce qui devait arriver arriva. En 2004, Régine annonce à la Mandragore son choix de se consacrer à son nouveau groupe. « On avait déjà beaucoup avancé sur notre troisième album, continue Ingried, et à un moment elle nous a dit : ‘J’ai l’impression que ça va décoller, je ne veux pas vous laisser tomber à un moment trop sensible. Alors je préfère le faire tout de suite.’ » Sans rancune aucune, selon Ingried : « On a joué ensemble pendant presque dix ans, alors on était tristes, c’est sûr. Mais Régine a toujours été dans l’expérimentation, et comme on faisait de la musique historique, il y avait une limite. On n’avait pas envie d’aller vers quelque chose de plus folk ou alternatif et on la sentait très motivée par ce qu’elle faisait avec Win. Elle ne pouvait pas s’éclater autant qu’elle voulait avec nous. » Régine se rend quand même au lancement du troisième album, mais finit forcément par s’éloigner.sans-titre-4Sorti en 2003, le EP Arcade Fire touche un public confidentiel. Tout va pourtant s'accélérer l'année suivante, avec la sortie de Funeral. Régine a beau avoir quitté la musique médiévale, la musique médiévale ne l’a jamais vraiment quittée. C’est en partie de là qu’Arcade Fire tire son charme, son cachet de groupe de musique nouvelle à l’âme antique. « Avec les Jongleurs, j’essayais de faire sortir la musique médiévale de la tradition, explique Régine. Puis finalement, je pense que j’ai fait le contraire. J’ai amené les influences médiévales dans Arcade Fire. C’était un peu plus facile. » La voilà qui dresse la liste : « Par exemple, on retrouve une influence médiévale dans la deuxième partie de 'No Cars Go'. Ou les harmonies dans 'Black Wave'. Même dans 'Intervention' ou les voix à la fin de 'We Don’t Deserve Love', sur le nouvel album. Ce n’est pas nécessairement médiéval mais la façon dont je joue est la même que si je jouais de la musique baroque. Ce que j’aime de la musique médiévale, je l’utilise encore maintenant dans Arcade Fire. C’est mon petit ingrédient secret. » Si un album des montréalais devait porter la marque de la Mandragore, ce serait le deuxième, Neon Bible, paru en 2007. Enregistré dans une église rénovée, son thème, l’étude d’une religion alternative, prêtait forcément à insérer des éléments médiévaux. Dont l'instrument des rêves de Régine, celui qu'elle n'avait pu se procurer à la fin des années 90 : la vielle à roue.