JE RECHERCHE
Le making-of définitif de l'émission culte des 90's : "Hit Machine"

Le making-of définitif de l'émission culte des 90's : "Hit Machine"

Ils ont eu en live les 2b3, les Spices Girls, Prince, Mariah Carey, Elton John ou Rihanna. La crème de la crème de la musique internationale se mélangeait à la variété française sur un plateau dirigé par deux hommes en costumes kitsch et fluo : Charly et Lulu. Cette émission, c'était le Hit Machine, le rendez-vous immanquable du samedi matin pour une génération entière.

Jean-Marc Lubin dit Lulu (présentateur) : On s’était rencontrés avec Charly chez Dechavanne. Il était assistant de production de « Ciel, mon mardi! », et moi je bossais pour le Minitel. Comme on était les deux petits nouveaux là-bas, dès qu’il y avait un micro-trottoir, on nous y envoyait. Puis vers 1994, on est partis animer une émission jeunesse, « Chalu Maureen », sur France 2 avec Maureen Dor. Les audiences étaient bonnes, mais c’était compliqué pour nous, on ne se trouvait pas bien dans ce trio. Et puis on arrivait de TF1, qui est un stand de formule 1, pour aller dans une chaîne gérée par des communistes fous du planning à la cantine.

Charly Nestor dit Charly (présentateur) : On y reste au final qu’un an. Au moment de notre départ, TF1 nous propose de tourner un pilote d’une émission musicale. C’était non-diffusable, donc on était sans pression, on a choisi de faire un peu ce qu’on voulait dans le confort le plus total.

Lulu : Je ne sais pas vraiment comment, mais ce pilote est montré à M6, qui ont à cette époque un souci avec le Hit Machine qu’ils ont lancé il y a un an avec Ophélie Winter et Yves Noël. Les deux ne s’entendent pas trop et la situation est compliquée à gérer.

Charly : La première chose que fait Thierry Bizot, qui vient d’arriver comme directeur des divertissements chez M6, est de nous appeler. Il a des enfants qui nous adorent et il a envie de nous rencontrer. Il nous propose de présenter le Hit Machine, mais il faut être honnête : à l’époque M6, c'est encore petit. On écoute parce qu’on est polis, mais voilà cela nous branche pas trop. Il y avait TF1 en face.

Lulu : Surtout, ils veulent qu’on présente l’émission avec Ophélie Winter. On s’était déjà fait baiser par une histoire de trio sur France 2, alors non merci. J’adore Ophélie hein, mais on voulait un duo et une émission avec du public.

Charly : Bizot est très bon, il nous rassure, nous dit que M6 va nous produire longtemps, qu’on va se marrer. On sent une vraie envie chez lui. On se laisse un peu convaincre, et au final, on lui dit qu’on ne viendrait seulement à condition que le Hit Machine devienne une vraie émission, pas juste un lanceur de clips sur fond bleu comme ça l’était, et que des artistes viennent jouer sur un plateau avec si possible un vrai décor. Thierry à dit amen.

L'explosion

Charly : On prend donc les rênes de l’émission en 1995. À cette époque les codes de variétés sont sensiblement tous les mêmes, c’est-à-dire des émissions en prime-time avec des animateurs en costume noir ou gris bien implantés que la France connaît. On arrive à une période où il y a encore des choses très convenues à la télévision, même le public est généralement assis. On n’a pas l’esprit révolutionnaire, on ne veut pas s’attaquer aux mastodontes, mais on essaye d’exister et dépasser le concept du Top 50.

https://www.dailymotion.com/video/xwvnq1

 

Lulu : Et pour cela il nous faut des artistes. Le problème, c’est que la chaîne n’a aucune mainmise sur les maisons de disques. Celles qui gèrent des poids lourds comme les Alain Souchon, ou Johnny Hallyday nous rient au nez. Ils nous disent : « Non, mais vous rigolez, on ne veut pas envoyer nos stars à vos deux abrutis et leurs 40 mecs derrière ».

Charly : Ils n’allaient pas dire à leurs agents : « Tu me trouves la plus petite chaîne avec la plus petite émission ». Les émissions qui faisaient vendre du disque c’étaient « Sacrée Soirée », « les Années Tubes », et surtout les émissions de Jacques Martin le dimanche après-midi. Pas nous.

Corinne Adèle (assistante de Charly et Lulu et coordinatrice de l’émission) : Notre studio était à la maison de la radio, on tournait au studio 102, c’était minuscule. Et puis, fallait voir notre public, on avait du mal à le trouver, il devait y avoir à tout casser trente adolescents debout devant la scène.

Lulu : On allait les chercher chez les Orphelins Apprentis d’Auteuil. C’étaient des jeunes un peu durs qui sont dans des lycées techniques. On commençait toutes les émissions avec du public, mais les mecs se barraient au fil de l’émission. Un jour on avait eu David Charvet, il venait chanter une chanson d’amour, le réalisateur a la bonne idée de distribuer des briquets dans le public. Sa chanson commence, et là je vois au premier rang l’un des gamins regarder son briquet puis le chanteur. Il lui balance évidemment à la gueule et en cinq secondes, et une pluie de briquets s’abat sur le pauvre Charvet.

Charly : Les maisons de disques nous envoyaient par charité chrétienne leurs artistes en développement, comme Pascal Obispo, Zazie, Axelle Red ou Calogero. Tous ces gens-là qui ne peuvent pas tout de suite passer chez Drucker ou Jacques Martin. Et il faut dire qu’on est bien tombés parce qu’ils émergent puis explosent aussi grâce au Hit Machine. On arrive au bon moment, parce qu’on bénéficie de la raréfaction des émissions de variété qui commencent une par une à s’arrêter. Forcément à un moment donné ils sont obligés de se tourner vers nous parce qu’il n’y en a plus d’autres. Les planètes s’alignent. Et nos audiences augmentent.

Lulu : Et puis on bénéficie d’un coup de chatte pas possible : l’horaire, 10h30 le samedi matin. Je n’y croyais pas, c’était un horaire merdique, mais en fait cela a été la meilleure chose qui puisse nous arriver, parce qu’on a réussi à s’installer sans que personne nous voie arriver.

Charly : Quand j’ai appris qu’on passait à cette heure-là j’étais catastrophé. J’étais encore sur mes vieux réflexes du mec qui débarque de TF1, je me disais : « Mais qui regarde la télé à cette heure-là un samedi ? » En plus on passait juste après M6 boutique qui ne fait que 2% de part de marché.

Lulu : Contrairement à ce qu’on croit, l’émission n’était pas regardée que par les mômes, ceux du lycée sont pour la moitié scolarisés le samedi, c’était surtout les ménagères qui nous regardaient, et ça aussi c’était un coup de chatte extraordinaire.

Benjamin Monge : Ce sont elles qui ont le portefeuille. Si le plan com’ et la promo de l’artiste étaient bien ficelés par la maison de disques, il y avait un effet de levier sur la vente de disques dès le samedi après-midi. À l’époque, on allait encore acheter des disques à la Fnac ou au Virgin Mégastore, et j’ai déjà eu des retours de labels qui me disaient qu’après le passage à l’émission, ils avaient vendu quatre fois plus de disques. L’émission avait une influence folle. Rapidement, on déménage le studio à la Plaine Saint-Denis dans un truc qui devait faire 900 m² où on pouvait accueillir 400 personnes.

Caprices des dieux

Charly : On devient un peu incontournable, mais l’émission avec Mariah Carey, en 1999, est un cap pour moi. J’ai l’impression que lorsqu’elle déboule chez nous, cela ouvre une espèce de fenêtre, que cela soit au niveau des gens qui regardent ou de la presse. L’émission prend une autre tournure. Il n’y a qu’une seule Mariah Carey et si elle vient dans cette émission, c’est qu’il y a un intérêt.

Benjamin Monge : Les gros artistes internationaux ont suivi : Prince, Elton John, Sting, Phil Collins, ou encore Eminem. Je ne parle même pas des boys bands, girls bands, et des Pascal Obispo ou Patrick Bruel qui faisaient partis des meubles. L’émission était enregistrée une fois tous les quinze jours, et pour une émission, il devait y avoir cinq artistes en live. À ce moment-là j’avais une vingtaine de demandes de maisons de disques par émission et je mettais des options ici ou là pour savoir ce qui marcherait le mieux.

Charly : Pourquoi Johnny Hallyday viendrait chez nous? Je me suis longtemps posé cette question. Il n’a pas besoin de nous pour vendre un CD ou pour être connu. Pourtant, il venait comme les autres. On avait un ton différent des autres, plus potache. Obispo nous avait dit qu’on l’avait réconcilié avec la télé. Les artistes se disaient tout d’un coup « je vais faire de la promo, mais il n’y a pas de danger, on ne va pas me piéger ou me faire passer pour un imbécile ». Ils venaient comme s’ils venaient boire un coup avec des potes.

Lulu : Un jour on reçoit Snoop Dogg, on est grave contents, il devait arriver pour l’émission qu’on enregistrait à 17h30. Son agent nous dit que son avion a des problèmes, et donc qu’il arrivera en retard. On commence à tourner l’émission et on se dit qu’on le filmera quand il arrivera et qu’on recollera tout cela. Son agent est inquiet parce qu’il a un concert à Bercy à 21h. Il arrive finalement à 19h au studio, et la première chose qu’il fait est de foncer dans sa loge avec ses potes – les rappeurs américains débarquent toujours en troupe de cinquante, s’y enferme et joue au dernier PES.

Benjamin Monge : Je lui disais qu’il fallait y aller, mais lui me répondait qu’il n’avait pas fini sa partie, et quand vous avez un molosse de Compton qui fait 2m12 qui vous dit non, vous n’y allez pas. En réalité, on a jamais eu de dérapage dans l’émission, quelques conneries parfois comme Eminem qui avait appris deux-trois mots en français avant de venir et qui débarque sur scène et crie dans son micro : « suce mes boules », ou Xzibit qui vient à la répet’ du matin complètement indisposé après une fête. Une fois on a perdu du temps à cause de Lauryn Hill, l’enregistreur me hurle dans les oreilles qu’elle doit venir, qu’elle est à la bourre, je vais derrière les coulisses la chercher et là je la vois avec tous ses musiciens en cercle, main dans la main, en train de prier. On a du patienter quinze minutes qu’elle finisse sa litanie pour lancer la musique.

Lulu : Aussi, des mecs de la maison de disques de Mary J. Blige étaient venus décorer sa loge en mauve, et lui avaient acheté des tonnes de bouffe chez le traiteur.

Benjamin Monge : Elle n’y est restée que 3 minutes pour y déposer ses affaires…

Corinne Adèle : Si vous cédez à tous leurs caprices, cela devient vite un enfer. D’autant que c'étaient souvent les agents français qui faisaient du zèle. Celui de Mariah Carey nous avait dit que Mariah Carey ne jouerait que devant 100 personnes maximum. On avait dû sortir les 300 autres dehors. Son agent américain les voit et nous demande ce qu’il se passe. On lui explique la situation, et il devient vert de rage, et nous dit qu’elle ne jouera que lorsqu’il y aura les 400 personnes dans la salle. On a dû refaire entrer tout le monde à l’intérieur.

La Chute

Lulu : J’ai vu un documentaire sur Arte qui racontait l’histoire de MTV. La vie d’une chaine nationale qui démarrait de rien, qui n’avait que quatre animateurs, mais qui tournait non-stop des clips. Très vite ils sont devenus un groupe de fou, et les maisons de disques ont été obligées d’investir dans les clips. Puis Internet et YouTube sont arrivés. La chaine n’a pas pris le virage et s’est écrasée. Les maisons de disques ne l’ont pas vu venir non plus, ils se sont fait bouffer en trois ans. La musique était devenue gratuite. Ils perdaient beaucoup d’argent et n’avaient plus les moyens de mettre beaucoup d’argent sur M6. Nous aussi, on a été emportés. L’émission coûtait trop cher, Charly et moi coûtions trop cher. Si on vendait des bagnoles on y serait encore...

Charly : À l'époque, on voit bien que la musique va mal, que les artistes vendent moins de disques, et que la promo devient difficile. Nous, on est en plein milieu de tout cela. Les stars américaines ne viennent plus parce que cela coûte trop cher.

Lulu : Je savais qu’un jour ça allait arriver, je n’étais pas assez con pour penser que cela continuerait indéfiniment. J’avais une famille, une structure, je n’allais pas exploser comme les boys bands. En 2008, on nous a dit que l’émission allait continuer, mais pas nous. Cela faisait treize ans. Un an après, l'émission aussi s’arrêtait.

Charly : Le Hit Machine a marqué son temps. J’ai l’impression que depuis sa fin, la musique est un gros mot à la télé, vous arrivez aujourd’hui avec un projet d’émission de variété, le directeur des programmes va partir en courant ou appeler la sécurité. Aujourd’hui on est sur un cycle plus porté sur la télé-réalité, jusqu’au jour où cela sera moins porteur, et on reviendra sur d’autres bases. Tout a déjà été fait dans la télé, elle recycle, recycle, recycle, jusqu'au jour où elle recyclera le Hit Machine sous une nouvelle forme. On me demande souvent son retour. J’ai croisé Marc Lavoine il y a pas longtemps, il m’a dit une chose : « reviens ».

Lulu : Je n’ai pas honte de mon émission, mais elle a fait son temps. Je pense qu’il faut maintenant laisser dormir la bête. Je vais te dire un truc : déjà à l’époque je ne regardais pas l’émission quand elle passait à la télé, je ne connaissais même pas les artistes qui y passaient. Moi ce qui me faisait triper c’est le vélo, alors bon...