JE RECHERCHE
Les plaisirs rétro de Vitalic

Les plaisirs rétro de Vitalic

Avec son nouvel album Voyager qui sort le 20 janvier prochain, Vitalic s’offre une odyssée cosmique, entre électro et disco, sur laquelle il convie plusieurs voix: Miss Kittin, David Shaw et Mark Kerr, du groupe Maestro. Pour conclure ce disque qui évoque les années 1970 et 1980, il se permet même une reprise d’un morceau de Supertramp. Parcours musical de ces deux décennies autour des morceaux qui ont marqué son enfance et son adolescence, de la musique synthétique au disco en passant par l’électro pop ou la new wave.

Cover (A Valider)

Vitalic - Waiting For The Stars (featuring David Shaw)

« Quand j’étais enfant et adolescent, avant d’avoir mes propres disques, j’écoutais ceux de mes parents. Il y avait beaucoup de compilations de disco. J’adorais plein de morceaux de Giorgio Moroder, même parfois sans savoir que c’était de lui, car il a eu énormément de hits en tant que producteur. Comme le morceau “Tryouts For The Human Race” de Sparks, qu’il a coécrit et produit. Le son de ce morceau, la production, il n’y a rien à ajouter. La batterie, les boucles de Moog ont d’ailleurs été samplées régulièrement, par un groupe comme Röyksopp notamment. Avec toujours un chant qui part en envolées lyriques et une chorale, ce qui donne un côté épique au morceau. Dans les années 1990, quand je faisais de la techno sous l’alias Dima, j’avais complètement laissé tomber le disco. Et au début des années 2000, je m’y suis remis. J’ai ressorti les disques de Giorgio Moroder, en particulier la bande originale du film Midnight Express. Je m’en suis inspiré pour composer mon Poney EP. »

Sparks - Tryouts For The Human Race (1979)

« Mes parents écoutaient du disco, mais aussi du rock et des choses cosmiques. Pink Floyd bien sûr, mais je pense aussi à Renato Zero. Je viens d’une famille italienne et Renato Zero est un peu le Johnny Hallyday italien. En un peu plus punk quand même ! Il faisait une pop chantée avec des synthés. Une pop dépressive, cosmique et transgenre. Il portait des robes sur scène. C’était le n°1 à cette époque en Italie. »

Renato Zero – La Favola Mia (1978)

« J’ai été aussi influencé par la musique de Jean-Michel Jarre. Enfin, surtout les albums Oxygène et Equinoxe. Après, le côté digital d’un disque comme Zoolook, ça me parle moins. Tu réécoutes aujourd’hui la “Part” d’Oxygène, c’est un morceau que je trouve encore complètement dingue. Il ne sonne pas daté. C’était avant-gardiste à l’époque et ce son a traversé les époques ! »

Jean-Michel Jarre - Oxygene / Part 2 (1976)

« Pendant longtemps, il était interdit de dire qu’on aimait Jean-Michel Jarre. Cela relevait du mauvais goût. C’était plus chic de citer Kraftwerk. Mais je revendique son influence. D’ailleurs, j’ai été invité à travailler sur un de ses morceaux pour une compilation. J’ai fait une sorte de remix de “La Cage”, son tout premier single. J’ai voulu travailler sur les batteries assez dark de ce morceau. Elles sont le jus, l’essence de ce titre. »

Jean Michel Jarre - La Cage (Vitalic Remix) (2011)

Supertramp – Don’t Leave Me Now (1982)

« Supertramp, c’était un groupe que j’écoutais quand j’étais au collège. Surtout les albums Breakfast In America et Famous Last Words, dont est extrait ce “Don’t Leave Me Now”. Cette reprise de Supertramp, je l’ai faite au départ pour moi. Elle n’était pas du tout prévue pour l’album. J’ai vraiment hésité à la mettre dedans. Le mariage Vitalic/Supertramp, ça va paraître étrange à certains ! Mais finalement, elle collait bien avec l’ensemble de l’album, surtout comme morceau de fin. Finalement, c’est bien de surprendre ! »

Visage - Fade To Grey (1980)

 « J’ai beaucoup écouté de disco, et ma disco à moi, elle est pointée de new wave. Surtout dans les voix. J’apprécie les groupes du courant New Romanticism. Notamment Visage. “Fade To Grey” est un morceau incroyable. C’est une influence qu’on peut entendre dans ma musique. Tout comme “Blue Monday” de New Order. »

The Normal - Warm Leatherette (1978)

 « Dans les années 1980, j’écoutais aussi des groupes plus sombres. Je pense notamment à Front 242, à son album Geography. C’est de la musique plus dure, avec des “mecs qui chuchotent dans les tunnels”. (rires) On entend en fond des morceaux de cet album des voix noyées dans de la réverb. J’adore aussi “Warm Leatherette” de The Normal, alias Daniel Miller, le fondateur de Mute Records. C’est sombre aussi. De la synthpop sans les mélodies. »

François de Roubaix – générique Chapi Chapo (1974)

 « Pour revenir à mon album Voyager, il s’ouvre avec “El viaje”, “le voyage” en espagnol. C’est un court morceau avec une ritournelle au synthé. Quand j’étais enfant, j’ai été imprégné par toutes les musiques à la télé, les génériques avec ce son de synthés particulier des années 1970. Cet habillage sonore qui était alors complètement nouveau. Comme le générique de “Chapi Chapo” de François de Roubaix. “El Viaje”, je l’ai fait dans cet esprit-là, c’est un peu le générique de début de mon album. »

Wim Mertens - Iris (1991)

« Mon morceau “Eternity”, avec des hautbois et des clarinettes, peut trouver ses racines dans ma passion pour Wim Mertens. C’est un musicien belge, intello, toujours entre deux eaux. On le décrit comme génial et pompier. Ça me fait rire, car “pompier” est un adjectif qu’on a parfois employé pour parler de ma musique. Ce morceau “Iris” de Wim Mertens, je l’ai cherché pendant longtemps. Je l’avais entendu dans une publicité télé dans les années 1990. Je le cherchais, mais il n’y avait pas Internet à l’époque… Et il y a quelque temps, on m’a offert par hasard son album Stratégie de la rupture, où il est dessus. »

Javi Redondo – Narcotic Luv (2016)

« Dans les choses plus récentes. J’aime bien Acid Arab. Cette musique enivrante, ces ritournelles mi-dark mi-ensoleillées. Mon morceau “Levitation” est dans cet esprit-là. Sinon, en ce moment, je suis fan d’Agar Agar et Tiga sort des bons morceaux sur son label Turbo. On entend qu’il bosse avec Audion / Matthew Dear. Dans les labels que je suis, il y a Pan European Recording et Entreprise. Des supers bons labels. Et aussi, bien sûr, Correspondant, de Jennifer Cardini. Tout est bon sur ce label. Et j’aime en particulier Javi Redondo, qui fait une sorte de disco moderne ! »

Dee D. Jackson - Automatic Lover (1977)

« Pour revenir à quelque chose de cosmique, puisque c’est la thématique de mon nouvel album, j’aime beaucoup ce titre de Dee D. Jackson. Je l’ai redécouvert récemment. Il mélange une voix de robot qui parle avec ce chant féminin, humain. Avec des envolées complètement cosmiques. Je l’ai souvent joué pour finir mes DJ-sets. »

Vitalic – ODC Live

 « J’ai fait pas mal de DJ-sets en 2016, mais là, je repars en tournée en live. Je serai cette fois en solo, sans musiciens, avec plus de synthés et une scénographie adaptée. Quelque chose d’imposant, de toujours en mouvement. Je jouerais beaucoup mes nouveaux morceaux et aussi certains titres anciens complètement revus et adaptés en mode électro-disco. Mais ceux qui sont techno resteront bien techno ! »

  • Vitalic en tournée à partir du 27 janvier 2017. Toutes les dates sur www.vitalic.org