Music par Baptiste Artru 27.11.2016

Alexandra Savior : le secret le mieux gardé de The Last Shadow Puppets

La co-auteure de « Miracle Aligner » de The Last Shadow Puppets, va bientôt sortir son album, retour sur une artiste de 21 ans qui traîne dans les coulisses de l’industrie musicale depuis pas mal de temps. 

Quand on tape Alexandra Savior sur Youtube, quelques vidéos apparaissent : ses deux premiers singles, quelques démos et des lives. L’un d’eux attire tout de suite le regard. On voit la jeune femme, à quelques semaines de ses 21 ans, sur la scène de l’Hotel Café à Los Angeles, bras croisées derrière le dos, visiblement un peu stressée. À ses côtés, guitare Fender Jazzmaster entre les mains, un mec donne quelques coups de notes réverbérées de temps en temps histoire d’accompagner la voix profonde de sa camarade. Ce mec, c’est Alex Turner, cheveux longs plaqués en arrière, il cabotine moins qu’à son habitude. Il faut dire que pour une fois, il n’est pas là pour faire le show, son show. Le british accompagne juste son amie à la guitare, jouant des morceaux qu’il a à moitié écrits et composés. Alexandra Savior, elle, est en passe de devenir une des nouvelles songwritrice et chanteuse en vue, avec son album Belladonna of Sadness co-écrit et co-produit par Alex Turner, qu’elle peaufine depuis 2014 et qui paraîtra le 07 avril 2017. Notez illico son nom dans vos petits papiers : 2017 risque de propulser Alexandra Savior vers autre level.

« Elle va devenir immense »

L’artiste ne sort pourtant pas de nulle part. Savior  se cache dans les coulisses de l’industrie musicale depuis pas mal de temps. Née en 1995 à Portland, Alexandra McDermott de son vrai nom entraîne sa voix sur des reprises qu’elle publie sur le web, elle est alors repéréepar Courtney Love qui dira sans ambages « elle va devenir immense » dans un tweet , puis par Linda Perry la chanteuse de 4 Non Blonde qui comparera Alexandra à Fiona Apple. Depuis ses 12 ans, la jeune fille écrit des poèmes et des chansons. Après avoir été virée d’une compagnie de théâtre, elle fait son choix : celui de la musique. La styliste Erin Fetherson la repère sur Youtube grâce à sa reprise de « Big Jet Plane » d’Angus & Julia Stone et lui propose de venir chanter pendant la Fashion Week. Alexandra sera d’ailleurs shootée pour figurer dans le lookbook de la saison, avec ses faux airs de Taylor Swift, le destin en moins et tant mieux. Premier coup de projecteur sur l’adolescente qui à l’époque pose les bases « vocalement, je suis influencée par Adele, Amy Winehouse et Etta James mais musicalement, Jack White est ma plus grosse influence » effectivement pas grand chose à voir avec Taylor Swift.

Alexandra Savior

6 mois pour réussir

À partir de ce moment-là, à tout juste 18 ans, la jeune femme s’émancipe de sa famille, part vivre un mois à Londres puis s’installe à Los Angeles. Sa mère lui donne alors six mois pour trouver une issue à ses velléités musicale, sinon elle devra s’inscrire à l’université. Pas de quoi effrayer miss Savior : elle signe chez Columbia à peine un mois plus tard.

« Miracle Aligner »

Pendant une fête en 2014, Alexandra fait la rencontre d’un Anglais, grand, chétif, mais bourré de talent, le bon Miles Kane. Une semaine plus tard, l’ancien The Rascals explique alors à Alexandra que son compère  des Last Shadow Puppets Alex Turner veut la rencontrer. Le rendez-vous est fixé dans un café de la cité des anges. Dans une interview accordée à Noisey en août dernier, elle compte cette rencontre : « Nous avons bavardé pendant longtemps, nous avions beaucoup de choses en commun musicalement. Nous sommes retournés chez lui et avons écouté des disques. Je lui ai joué quelques chansons en acoustiques que j’avais écrites et travaillées, puis j’ai écrit une chanson ce jour-là. J’y suis retournée tous les jours jusqu’à ce que le disque soit terminé !». De cette collaboration naîtra « Risk » un track qui figurera sur la B.O. de la saison 2 de True Detective. Un premier essai concluant, une entente parfaite, Alexandra devient en quelques sortes la petite protégée d’Alex Turner, à partir de là, son destin est scellé.

Mystery Girl

Alexandra Savior a donc participé à quelques projets qui d’une certaine manière l’adoubent, dans cette grande messe musicale. Elle collabore avec un de ses meilleurs amis, le bassiste de Tame Impala, Cam Avery, sur « We’re Just Making It Worse » sorti sur l’album solo de l’Australien. Il lui aurait payé un mois de loyer d’un garde-meuble contre cette collaboration. Un duo magnifique, deux voix qui se répondent à merveilles, une petite douceur qui fait plaisir à entendre. Puis Alexandra a pris part à un projet qui n’est pas donné à tout le monde. Elle a co-écrit « Miracle Aligner », l’un des meilleurs morceaux d’Everything You’ve Comme To Expect le second album de The Last Shadow Puppets, duo formé par Miles Kane et Alex Turner. À partir de ce moment toutes les portes lui sont ouvertes, et l’on ne risque plus grand chose à dire que celle qui n’est pour l’instant qu’une « Mystery Girl » ne le restera plus pour très longtemps.

  • Ecoutez « Mystery Girl » le nouveau clip d’Alexandra Savior sorti le 21 novembre 2016