Pitchfork par Mathilde Martin 28.10.2016

Pitchfork Paris 2016 : SUUNS, la belle surprise de cette première nuit

Pitchfork Paris 2016 : SUUNS, la belle surprise de cette première nuit

Après un bon échauffement lors des soirées Avant-Garde – mardi 25 et mercredi 26 octobre -, le Pitchfork Music Festival Paris prend place dans la Grande Halle de la Villette pour sa sixième édition pendant trois nuits. L’occasion d’assister aux shows de M.I.A., Moderat, Motor City Drum Ensemble, Daphni et bien d’autres. Cette première nuit a gentiment été bercée par Floating Points, Chet Faker ou encore Mount Kimbie. Des performances particulièrement attendues par un public encore timide. Mais certains artistes se sont détachés du lot, comme les Canadiens de SUUNS.

Il est un peu plus de 19h30 lorsque Parquet Courts termine son concert sur la première scène du festival. Les premiers accords de « koll lil-mali7ati fi el-khimar al-aswadi » de Jerusalem In My Heart et la voix de Ben Shemie retentissent sur la scène qui lui fait face à l’autre bout de la Grande Halle. Comme un appel à tous ceux qui comptaient s’échapper. La foule se déplace petit à petit vers le groupe venu de Montréal, qui enchaîne rapidement avec le titre « Careful » extrait de leur dernier album Hold/Still. Impossible de se tromper, derrière les cinq musiciens s’élèvent en grandes lettres blanches qui indique leur nom solaaire : « SUUNS».

En quelques minutes à peine, le groupe rassemble la foule pithforkiene devant la scène. On tombe sur des inconditionnels qui fredonnent les paroles, les yeux fermés et têtes divaguantes de gauche à droite. Mais aussi sur des curieux, séduits par les débuts prometteurs de ce concert. Ces mêmes curieux sur le point de faire une – si ce n’est LA – vraie bonne performance de cette première nuit. Sur scène, on ne peut s’empêcher de remarquer le charisme du chanteur dont la voix -nous rappelant des morceaux Lynchesque – hypnotise une partie du public. À ses côtés, difficile de deviner le visage de Joseph Yarmush à la guitare, englouti sous sa chevelure. Les morceaux de leur troisième album s’enchaînent de « Instrument » à « Translate »

 

27102016-_mg_4861Photo © Sarah Bastin

Le public de SUUNS a pourtant été l’un des plus silencieux de la soirée. Au centre droit de la foule un groupe de trentenaires savoure tout particulièrement ce moment. Sans vraiment danser tous suivent le rythme et se lancent des regards satisfaits au lancement de chaque morceau. D’ailleurs, le groupe ne sert pas que des extraits de Hold/Still mais ressort aussi quelques titres fétiches de leur second album Images du Futur sorti en 2013. « 2020 » puis « Music Won’t Save You » et « Images du Futur » résonnent eux aussi dans la Grande Halle de la Villette.

27102016-_mg_4834Photo © Sarah Bastin

Suivent ensuite « Resistance » puis « Paralyzer » – extraits de Hold/Still -. Sur la fin du morceau, Ben Shemie frotte sa gratte contre l’ampli avant de la jeter au sol et abandonne le reste des musiciens. Le public applaudit comme pour sonner la fin du concert. Le groupe a offert un show largement à la hauteur, à la fois planant et plein d’énergie. Une belle surprise comparé à leur passage cet été à La Route du Rock qui en avait déçu plus d’un. Mais ce n’est pas fini, les membres du quatuor repartent pour un dernier morceau et nous quittent en douceur avec « Edi’s Dream » (Image du Futur) sous les applaudissements de la foule. Les grandes lettres S-U-U-N-S s’écroulent, le show est terminé.

Pour en savoir un peu plus sur cette première nuit au Pitchfork Music Festival Paris :

- Crédit photo : © Sarah Bastin