Music par Baptiste Artru 19.10.2016

Le jour où Justice est né, après une soirée raclette

Tu ne refuseras plus jamais une soirée raclette, plus jamais. 

Tout le monde aime la raclette. Quoique, vous savez qui n’aime pas la raclette ? Pedro Winter le sait bien, lui. En 2003 il n’en peut plus. Sa nana n’aime pas la raclette. Ça le frustre un peu au début, jusqu’à ce qu’il craque. A l’époque, Pedro alias Busy P est déjà un type qui pèse pas mal. DJ, producteur et ex-manager des Daft Punk (rien que ça), il décide de monter son label, le bien connu et encore incroyable aujourd’hui Ed Banger. Busy P est donc lancé et se fait aider de son pote graphiste Bertrand de Langeron (alias So Me). Le label prend forme mais les deux gars de 28 et 24 ans croulent sous le travail. Le duo est assez complémentaire, Pedro dira même au journal LeMonde : « Il est les yeux du label. Moi, j’en suis les mains et les oreilles ». C’est donc naturellement que le DJ va s’inviter un soir à une soirée où son pote doit filer en sortant du boulot. Mais ce soir-là, il ne s’agit pas de n’importe quelle soirée : c’est une soirée raclette. Voici l’histoire de la raclette la plus importante de leur vie.


BusyPRaclette

« Invite-moi absolument, s’il te plait ! »

C’est So Me qui raconte l’anecdote à France Inter. « À l’époque j’étais au bureau, Ed Banger avait déjà bien commencé. » explique-t-il. «  Je dis à Pedro que je vais à une soirée raclette et il me dit : « Non ?! Invite-moi absolument s’il te plait ! ». Sa compagne de l’époque ne supportait pas l’odeur du fromage et lui était fan de fromage, il avait les yeux qui sortaient de leurs orbites en me suppliant de l’inviter. » La soirée raclette est organisée chez la mère du colocataire de So Me, un autre graphiste, un certain Gaspard Augé. Ce dernier avait invité encore un autre pote étudiant en graphisme, Xavier De Rosnay avec qui il fait un peu de musique.

« Donc Pedro vient, on bouffe cette raclette et, à la fin du repas, on va dans la chambre de 2m2 de Gaspard, recouverte de flyers et de posters. Là, il nous fait écouter un remix de Simian (« We are You Friends », ndlr) qu’ils avaient fait pour un concours de remix. Concours qu’ils avaient perdu. Tout de suite Pedro a eu un coup de cœur et a décidé de sortir le morceau. Ils sont passés au bureau et Pedro leur a dit : « Dans deux semaines votre disque sort ! » ». « J’ai tout de suite compris qu’il s’agissait d’un morceau générationnel », souligne Pedro pour LeMonde.

« Gaspard et Xavier, à l’époque graphistes, ont pris conscience qu’ils pouvaient vivre de leur musique ». Raconte Pedro. « Quand on a mangé cette raclette, ils pensaient qu’ils allaient être graphistes pour les dix prochaines années de leur vie.  On a sorti le disque et les choses se sont emballées ». Quant au nom, Justice, il s’agit une référence à Metallica et son « Justice for all ». So Me conclura « Et le reste c’est de l’histoire !« . 

Raclette For All

13957616_10207138593931315_897587184_n

Sources : France Inter, Le Monde

unnamed-5