Music par Mathilde Martin 21.09.2016

PWFM : « On n’est pas qu’une web radio ! »

PWFM : "On n'est pas qu'une web radio !"

Pas-Weather Festival Music ou Provocative Wave For Music, PWFM est avant tout un projet cherchant à donner de la visibilité aux « nouveaux » talents de la scène électronique. Initialement formé par un quatuor il y a environ 11 mois, le projet fonctionne et évolue aujourd’hui grâce à neuf passionnés. On a rencontré Marion, Camille et Yas, trois des quatre fondateurs de cette communauté qui continue de s’agrandir.

Au service des jeunes producteurs et collectifs de la scène électronique, la team PWFM donne toute son énergie et assume des dépenses quotidiennes pour faire fonctionner ce projet parti d’une « blague » sur les réseaux sociaux. Une fierté pour Camille, co-fondatrice : « Même si on n’a pas changé la donne à 100% – ça c’est clair et net -, j’ai l’impression que le public accepte de voir de nouveaux artistes. Chose qu’il y a un ou deux ans n’était pas possible. Aujourd’hui ils cherchent les petits artistes, ils les suivent, et je pense qu’on a aidé ça, mais je n’ai peut-être pas assez de recule. Il y une espèce de curiosité pour les nouveaux artistes, qui n’étaient pas forcément là avant. Et j’en suis plutôt contente. ». En plus de creuser leur nid au sein de la communauté, les artistes mis en avant sur la radio ou lors des évènements se sont fait remarquer par les collectifs et labels qui gardent un oeil sur PWFM. Certains sont contactés pour que leurs productions soient utilisées, d’autres ont été bookés et ont eu l’occasion de jouer hors de la capitale, voire même du pays. C’est le cas de la DJ et productrice EKLPX, qui fait désormais partie du collectif Runtomorrow et s’est produite en Suisse. MOTH a rejoint Order, et une petite voix nous a dit que Sony était venu démarcher le duo Outlaw lors de leur premier évènement. Une belle évolution, quand on sait de quoi la communauté est née.

« Un petit troll gentil »

L’aventure PWFM part d’un simple sondage sur le groupe Facebook Weather Festival Music. Yas – alias Koddi – est membre de Runtomorrow, et à l’occasion d’un prochain event il demande aux membres du groupe quel est leur club préféré. Après quelques minutes seulement, le Rex Club se positionne largement devant la Concrete, et les administrateurs suppriment le poste. Les réactions ne se font pas attendre. Camille explique « pour faire un petit troll gentil j’ai créé le Pas-Weather Festival Music. Je voulais juste le mettre en commentaire, ça m’arrive souvent de faire des petits trucs nuls comme ça. Et celui-la a marché. (…) Ça nous a offert l’opportunité de faire un truc sympa. ». Les demandes d’ajout sur le nouveau groupe fusent, et Yas, Marianna et Marion rejoignent Camille en tant qu’administrateurs. Parti d’un petit troll un 27 octobre, le Pas-Weather Festival Music prend de l’ampleur et rassemble plus de 5300 membres en à peine un mois. L’objectif du groupe n’est pas de s’opposer à Concrete ou Supr!ze, mais de créer un groupe avec une charte différente. Encourager les nouveaux collectifs, pousser les jeunes artistes, et laisser la parole aux membres. À ce jour, la communauté rassemble 13 891 « piwis ».

« La règle principale du groupe reste la courtoisie et le respect, vous pouvez débattre, échanger, ne pas être d’accord, mais nous sommes tous assez intelligents pour savoir quand ça bascule dans la méchanceté gratuite. Par ailleurs, personne n’a le monopole du bon goût musical, et nous sommes avant tout une communauté unie par la musique mais aussi par les valeurs de tolérance et d’empathie qu’elle véhicule. »

12819206_1728360617401654_8391400376687354922_o

Crédit Photo : © Soso Bouh

Provocative Wave For Music

Un mois plus tard, Yas propose aux trois autres fondateurs du groupe de mettre en place une radio collaborative : « C’était un projet que j’avais depuis longtemps. On a mis en place la radio et au lieu de mettre des musiques connues on a essayé de mettre en avant des jeunes producteurs. On leur a demandé de nous envoyer leurs sons et on a reçu pas mal de trucs donc ça nous a encouragé, on a continué le projet. ». Rebaptisée Provocative Wave For Music, la radio PWFM tourne autour de 300 à 400 auditeurs par jour, et atteint parfois les 1500 lorsque des systèmes de votes sont mis en place.

Si Yas s’est chargé de toute la mise en place du site et de la radio, c’est Marion qui se charge de toute la programmation : « C’est éclectique mais de qualité normalement. J’essaie de ne pas trop me fixer sur mes propres goûts et de réfléchir à si c’est bien produit. (…) Je reçois des tracks tous les jours continuellement, soit d’artistes qui sont déjà passés et qui m’envoient leur nouveauté, soit de labels qui veulent faire – par exemple – trois heures avec leur membres ou présenter les derniers EP, soit des collectifs avant les soirées. Ça fait dix mois que la radio existe et on a eu 300 producteurs différents. (…) Dix mois c’est court mais c’est marrant de voir comment ils évoluent. Qu’entre temps ils ont été signés dans des labels, ou qu’ils font des choses, qu’ils commencent à se bouger. Je les appelle les bébés DJ, c’est attachant à force. ».

PWFM Corporate

En mars, PWFM décide de s’agrandir pour mieux fonctionner. Parce qu’ils ne font rien comme les autres, le quatuor de base, rejoint entre-temps par Ryadh, recrute quatre membres supplémentaires après avoir reçu une cinquantaine de mails sous l’objet « Je souhaite être un(e)esclave ». Aujourd’hui, la « famille » PWFM est composée de Marion qui s’occupe de la radio, Yas et Bastien qui gèrent le pôle innovation et média, Camille aux partenariats et à la communication, Marianna sur réseaux sociaux, Christelle aux partenariats soirées, Clara pour la presse, Tanguy au graphisme, et Ryadh, l’elfe de maison.

On est au #disquaireday au Bar à Bulle ✌️

Une photo publiée par PWFM (@pw.fm) le

De gauche à droite : Marianna, Christelle, Jacob Khrist et Camille

La clique se met alors au boulot, toujours au service des jeunes artistes et nouveaux collectifs. Elle développe PWFM au-delà de la web radio comme l’explique Camille : « J’aimerais quand même insister sur un truc, c’est qu’on nous qualifie comme « la web radio PWFM » mais pour moi on n’est pas qu’une web radio. On est une plateforme qui soutient les jeunes artistes. Et ça passe par la web radio, ça passe par des vinyles, des soirées, peut-être d’autres projets on ne sait pas. On ne s’arrête plus qu’à la radio, c’était un premier pas. On a envie d’étendre ça plus que de juste le diffuser sur un site web. »

original

En mars, PWFM lance sur Diggers Factory la précommande de Record001, un vinyle regroupant six artistes sélectionnés au préalable par les auditeurs de la web radio. Sur la première face plutôt house/ambient, sont réunis P.O., Paul Andre et LEOZ!NHO. Sur l’autre face branchée techno/indus, on retrouve YRNEH, AIROD et EKLPX. Le paliers des 100 précommandes est rapidement atteint entre la communauté très fidèle et leur passage au Disquaire Day. Il y a trois semaines la team a validé le dernier test-pressage, et leur premier vinyle devrait être disponible d’ici octobre.

PWFM 001 : Prologue

Après les stickers, les tote-bags, et le vinyle, la grande communauté PWFM s’est finalement réunie lors d’un premier évènement sur la plage du 6b le 30 juillet. Camille explique : « On a eu la date deux mois avant, mais ça faisait un bout de temps qu’on bossait dessus (…). On nous a pas mal demandé de faire une soirée pour regrouper la communauté. Donc on s’est dit qu’on allait regrouper la communauté avec les partenaires, les collectifs, les jeunes labels qu’on soutient, et les artistes en faisant un tremplin. Ils nous ont envoyé des podcasts, et c’est les auditeurs qui votaient pour les podcasts qu’ils préféraient et il y en a seize qui ont été sélectionnés.« . Parmi eux, Axel PicodotBarba DulceBonsoirDeviant LadsDJ BlastaEasy Morph, IOKO, Mister MojoNIAMØR, Nicolaon, Outlaw, Pure & BXTRRomain DafalgangRoughSwoop, et enfin Woodson se sont partagés deux stages en open air. Pour ceux qui n’auraient pas eu la chance d’être sélectionnés, un espace open platines mis en place par les Chineurs de Paname leur donnait l’occasion de se rattraper.

La plage du 6b s’est transformée en village électronique regroupant tous les amis et partenaires de la team, du collectif Collectif Triple-D à Inertie, en passant par TechnopolMusart Concept LabelPéché MignonHordeVinyl itMoga Festival, et bien d’autres. Au milieu de tout ça la marque NIQUE déballait ses t-shirts sérigraphiés dont un aux couleurs de PWFM et une petite exposition abritait les oeuvres de MariannaPaillette et Wendy Keriven. Yas souligne: « C’est Julien, le président, qui a apprécié le projet. Ça rejoignait un peu ce qu’il faisait là-bas aussi. On mettait en avant les jeunes artistes, on essayait de leur donner un espace et la possibilité de les mettre en avant. Ça rejoignait l’idée créative du 6b ». Une collab qui a visiblement bien fonctionné puisque le 6b a invité la communauté PWFM lors d’un second évènement.

Après un repos de courte durée donc, la team a enchainé sur son partenariat avec le Moga Festival pour une soirée le 18 septembre et change pour l’occasion son mode de sélection comme Yas l’explique :« Il y a Panda Events, Runtomorrow, et plusieurs autres personnes derrière le projet. Donc on a mis en place un jury avec des personnes de Moga et d’autres de PWFM. On a reçu une centaine de mix et on a sélectionné les neuf meilleurs. Ils étaient partenaires à la première soirée et ont vu comment ça s’est passé. Ils nous ont fait confiance donc ils vont choisir un artiste pour le pousser et le faire jouer lors de la soirée d’ouverture du Moga Festival le 13 octobre. C’est au Maroc donc il aura son pass, sa chambre, le transfert et le billet. C’est encourageant pour les jeunes. ».

PWFM 6B

De gauche à droite : Theo Baize (Paris Nique), Bastien, Yas, Clara, Christelle et Marion / Crédit Photo : © Jacob Khrist

La team n’as pas encore de date fixe pour un prochain évènement, vous les croiserez certainement d’une soirée à l’autre ou encore en tant qu’intervenants sur la conférence  » Techno, Rave et Warehouse : les nouveaux collectifs qui font bouger Paris ». Et avec l’arrivée du RECORD001 début octobre on devrait avoir le droit à un nouveau rassemblement de piwis.

- Crédit Photo : © Jacob Khrist