JE RECHERCHE
Quand Mykki Blanco présente "Mykki" : "C’est juste moi. Je suis le concept"

Quand Mykki Blanco présente "Mykki" : "C’est juste moi. Je suis le concept"

Alors qu'il laissait planer le doute sur l'avenir de sa carrière musicale, Mykki Blanco, emblématique rappeur queer fait son come-back avec de belles nouvelles. Après avoir entamé une nouvelle tournée, il profite de son passage dans les villes européennes pour teaser la sortie de son album MYKKI le 16 septembre, sur son label Dogfood Music Group/!K7.

Tu joues ton nouvel album pendant ta tournée de cet été - lancée le 18 juin à Helsinki - comment le public a réagis à MYKKI ?

J’ai été très très excité chaque fois qu’une personne l’entendait parce que les réactions ont été vraiment bonnes. Je suis rassuré par la réaction des plus jeunes, qui pour moi représentent la majorité du public. J’ai choisi trois ou quatre morceaux pour ne pas jouer que les nouveaux, et les gens continuent d’apprécier. J’ai été très heureux de voir ça.

Pourquoi as-tu simplement appelé ton album MYKKI ?

Je voulais quelque chose de simple et « pop ». Tous mes autres disques avaient des noms vraiment longs, et mes précédentes mixtapes avaient des concepts vraiment forts autour d’elles, mais il n'y en a pas sur cet album. C’est juste moi. Je suis le concept.

C’est une sorte d’introspection ?

Ça l’est, mais pas totalement… J’ai vraiment réalisé pour la première fois que beaucoup de mes fans en savaient peu sur certains aspects de ma vie personnelle. Avec cet album, je souhaite vraiment prendre mes propres expériences pour en faire de la musique. Donc, lyriquement oui c’est plus introspectif. Mais je veux faire en sorte que les gens continuent de profiter de leur vie sociale, qu’ils puissent continuer de danser aussi. Je veux vraiment créer un album de pistes « mid tempo », mais pour être honnête pour la première fois il y a des morceaux doux dans cet album. Je n’en avais jamais donné de ce genre (…) Par exemple les morceaux « Highscool Never Ends » et « You Don’t Know Me » ont tous les deux un tempo plus lent, donc ça a été un changement pour moi.

Quel est LE morceau que tu préfères sur ton nouvel album ?

Pour être honnête, il y doit y avoir 90% des morceaux que j’aime vraiment, vraiment, vraiment beaucoup. Mais dans l’absolu le son que je préfère par dessus tout est « Hideway ». Tu as entendu l’album ?

Oui en intégralité !

Quel titre tu aimes le plus ?

J'adore « My Nene ».

Ah vraiment ? Cool.

Ça a l’air d’être l’album que tu préfères ?

Je pense oui. J’aime Gay Dog Food parce qu’il est très partagé par les clubbers. Je pense que Gay Dog Food est crucial (…) et que dans vingt ans les gens se diront : Eh attends, c’est un album vraiment important. Mais MYKKI c’est juste… Je pense avoir fait de la bonne musique avant, mais pour moi c’est le meilleur dans son ensemble. Et je suis décidé à en faire plus.

Qu’est-ce que tu peux me dire d’autre sur MYKKI ?

L’une des choses les plus importantes pour cet album a été la mélodie. Je voulais vraiment créer un album mélodique, je voulais créer un album qu’on lance pour l'écouter en entier, et qu'il y ait une continuité d'un morceau à l'autre. C’est ce que j’essaie vraiment de faire, et c’est pourquoi j’ai choisi de travailler avec seulement deux producteurs. Je pense que Woodkid et target="_blank">Jeremiah Meece se complètent bien sur cet album. Je me sens chanceux et je suis heureux (…) car chacun m’a poussé vers différents chemins. Woodkid m’a aidé à m’ouvrir, je suis dans un style d’écriture plus populaire, et je pense que Jeremiah a été capable de m’élever. (…). L’une des choses que j’ai écrit c’était que je voulais vraiment que mon album se démarque en 2016, mais je voulais aussi quelque chose d’actuel, et je pense que c’est bien de jouer sur une musique transitoire. C’est pour cette raison que cet album est un bon résumé de ce qu’est vraiment Mykki Blanco, il apporte de la fraîcheur, je pense qu’il sonne nouveau.

Que veux-tu qu’on retienne de cet album ?

Je ne peux jamais vraiment répondre à cette question parce que j’ai appris avec mes autres enregistrements, mes vidéos, et au fur-et-à-mesure des concerts que je donne. Je donne un show et les gens peuvent être déçus que je ne joue pas les morceaux qui selon moi ne sont pas vraiment aimés par qui que ce soit (…), tu sais c’est toujours différents. Ce que j’ai appris c’est que l’une des choses qui me rend le plus fort en tant qu’artiste c’est que les personnes peuvent choisir parmi différents éléments que j’aime. Je pense leur laisser du choix, et j’ai la chance d’avoir un public capable d’y trouver son compte. Je l’ai toujours su en tant que chanteur, musicien, et showman (…). Donc ça a été bénéfique parce que tu peux avoir une personne capable de te dire : J’aime ce son de Mykki Blanco, et une autre personne qui peut te dire quelque chose de complètement différent. J’accepte les deux.

Tu voulais arrêter la musique avant ta rencontre avec Woodkid. Est-ce qu’il t’as convaincu de faire cet album ?

Et bien, ça a commencé par une conversation autour d’un album mais c’est certainement son inspiration, ses conseils qui m’ont aidés à le faire. Parce que je me sentais vraiment déprimé par l’homophobie dans l’industrie. Il faut savoir que j’avais commencé à travailler sur le label ( target="_blank">Dog Food Music Group) en tant qu’artiste indépendant, et j’avais l’impression de me cacher de ce monde, je me disais : comment ? Comment je pourrais dégager ma carrière ? Je n’avais personne à ce moment pour m’aider. Pendant quatre ans j'ai épuisé toutes les opportunités possibles. Et là Woodkid m’a vraiment donné beaucoup de conseils et je suis très reconnaissant parce que c’est ce qui m’a aidé à revenir sur la direction que devait prendre ma musique, là où je n’étais pas encore capable de regarder à ce moment. Nous avons commencé à travailler ensemble pendant l’été, ensuite durant l’automne, puis l’hiver (…) Il m’a dit qu’il pensait sincèrement que je faisais une grosse erreur et que j’étais trop créatif pour m'arrêter de monter sur scène et arrêter de créer. (…) Il m’a vraiment donné l’inspiration pour enregistrer à nouveau et il a été très important.

Cet album est-il une sorte de résurrection ?

Ce n’est pas vraiment comme si j’avais arrêté la musique, arrêté de faire le show depuis 2015 tu vois ? Je devais monter sur scène donc ce n’était pas comme si j’avais fait un gros break. C’est plus comme un dédoublement de mon esprit, ou plutôt en sept esprits. C’est ce que je ressens. Je n’appellerais pas ça un "retour" parce que ça exclu vraiment, c’est juste que je n’ai rien sorti, ni de second album, ni de mixtape. Je n’ai rien sorti en 2015 parce que j’ai créé mon propre label puis je me suis lancé dans ce projet naissant C-ORE, c'était comme un album collaboratif, donc je ne suis jamais vraiment sorti de la musique. Mais cet album, je le ressent comme une grande évolution, parce que je me suis complètement concentré sur comment faire de la musique différemment, et je pense que c’est ce que reflète cet album. Je l’espère.

Dans une interview pour le média allemand Siegessaeule tu as déclaré que « Loner » devait être le second single avec une vidéo prête pour la fin de l’été. Alors à quoi doit-on s’attendre cette fois ?

Ce sont deux choses différentes. « The Plug Won’t » est le morceau qui doit sortir lorsque j’annoncerais l’arrivée de l’album, le 20 juillet je pense. Mais « Loner » est le morceau qui aura une vidéo, et ça devrait être un peu plus fun que la précédente, un peu moins dramatique. Sans doute parce que le morceau est vraiment fun, c’est une chansonnette. J’hésitais entre mes morceaux préférés, et c’est certainement l’un de mes favoris, et il le restera. Je pense que c’est un morceau vraiment joyeux même si le sujet est triste, qu'il tourne autour du fait d’être un solitaire. C’est un titre avec de l’émotion.

Que penses-tu du public français ?

Le public français est toujours super passionné, et pour être honnête je pense que Paris est l’une des villes où je me sens le plus populaire. Je pense d'ailleurs que Facebook le montre bien.

Si tu devais choisir trois de tes morceaux pour te décrire, lesquels seraient-ils ?

« For The Homey’s » sur Gay Dog Food, « Betty Rubble » (Cosmic Angel : The Illuminati Prince/ss). Et je pense que le dernier pourrait être… « Haze.Boogie.Life » (Cosmic Angel : The Illuminati Prince/ss).

- Crédit Photo : © Mathilde Martin pour Greenroom.fr