Music par Baptiste Artru 19.07.2016

Le jour où John Lennon a monté un super-groupe avec Keith Richards et Eric Clapton

Londres, décembre 1968, une période faste pour la culture anglaise. La crème de la crème musicale actuelle vient de chez eux. C’est ce qu’on appellera le Swinging London, l’avant-garde de la capitale britannique sur la musique, la mode et l’influence énorme qu’elle exerce sur la jeunesse occidentale. C’est dans cet hiver rugueux que va se passer un petit frisson, un de ces sentiments que seule la musique peut procurer.

Les Rolling Stones flirtent avec les sommets de leur ascension et décident d’organiser le « Rock & Roll Circus ». Un show regroupant pas mal d’artistes tels que les Who, Jethro Tull, les Stones (forcement), Taj Mahal, Marianne Faithfull et les mystérieux Winston Leg-thigh and the Dirty Mac, communément appelés The Dirty Mac. Du beau monde pour une émission qui sera enregistrée le 11 décembre dans les studios InterTel de Wembley, embellis pour l’occasion par un décor de cirque .

TheDirtyMac

« Voici le Rolling Stones Rock & Roll Circus ! »

Le public prend place dans les gradins, il est 14h et la musique « Entry of the Gladiators « , jouée par un orchestre, retentit dans le demi chapiteau. C’est là, qu’acrobates, clowns, cowboys, indiens et célébrités entrent sur la piste. Mick Jagger en bon maître de cérémonie prononce un discours  d’ouverture « vous avez entendu parler de l’Oxford Circus, vous avez entendu parler du Piccadilly Circus, voici le Rolling Stones Rock and Roll Circus. Nous avons sons et merveilles pour ravir vos yeux et vos oreilles« .  Le show débute par le morceau « Song for Jeffrey » interprété par Jethro Tull. S’en suit alors une prestation explosive des Who, interprétant « A Quick One While His Away ». Les numéros de cirque se succèdent entremêlés par les sets de Taj Mahal et Marianne Faithfull. John Lennon, présent pour assister ses potes, (oui les Beatles et les Rolling Stones étaient très amis) et Mick Jagger commence à présenter le groupe appelé The Dirty Mac, avec cette phrase « Are you experienced John ?« .

51XopVPfDOL

« Yer Blues John, Yer Blues »

Le batteur de Jimi, Mitch Mitchell  se tient prêt, « 1, 2, 3, 4 » lance Lennon avant que le riff bien gras de « Yer Blues » ne résonne. La formation scénique est étonnante car en plus du percussionniste de talent et d’un des quatre mecs plus populaires que Jésus, il y a Keith Richards le mystique guitariste des Stones qui tient la basse avec panache et « God » himself à la lead guitare, alias Eric Clapton. Autant vous dire que la sainte trinité du rock’n’roll se tient sur scène et quand le diable est à la batterie cela ne peut que faire des étincelles.

Le super-groupe interprète « Yer Blues » paru sur l’album blanc des Beatles sorti deux semaines plus tôt. Ils ne se sont formés que pour interpréter cette chanson. En réalité, ils ont improvisé un blues ensuite mais les cris de Yoko Ono à qui Lennon a laissé le micro sont légèrement insupportables. Ce live est assez important, pour chacun de ses membres. Clapton vient de quitter le groupe qui l’a fait exploser, Cream. Keith Richards joue depuis des années avec les mêmes gars et pour une fois il tient la basse. Mitch Mitchell respire alors que d’ordinaire il vit dans l’ombre de Jimi Hendrix. Lennon, lui, commence à sentir le vent tourner avec les Beatles. Les sessions se passent de moins en moins bien, l’entente se délite et ce morceau est son premier live depuis plus de deux ans.

john-lennon-and-mick-jagger-rock-and-roll-cirucus

Clap de fin

Il est 6 heure du matin, le 12 décembre 1968 quand le public commence à quitter les studios, après 15 heures d’enregistrement. Chaque numéro et chaque live aillant demandé du temps d’installation et de préparation. Le show s’est fini par les Stones interprétant pléthore de morceaux issus de leur dernier album Beggars Banquet avant que tout le monde, artistes et public, entonnent « Salt of the Earth »Clap de fin. Clape de fin aussi pour Brian Jones, sa dernière apparition avec les Stones avant qu’il ne se noie dans sa piscine, 7 mois plus tard.

Le Rock & Roll Circus ne sera jamais diffusé. Jagger s’opposant finalement à la retransmission, déçu par la prestation de son groupe. Ce n’est que 28 ans plus tard en 1996 que l’émission sortira en VHS. Ce n’est donc que 28 ans plus tard que le monde se rendra compte que dans un petit studio de télévision anglais, 28 ans plus tôt s’était formé un groupe qu’il n’aurait jamais osé fantasmer.

Dirtymac