JE RECHERCHE
Nekfeu : "C'est un des rappeurs qui m'inspire le plus en ce moment"

Nekfeu : "C'est un des rappeurs qui m'inspire le plus en ce moment"

Il vient de sortir un diptyque, et c'est...

Nekfeu vient de déclarer sa flamme à l'un des rappeurs les plus « screds » des dernières années. Le emcee en question vient de sortir son double EP 444 Nuits, un 12 titres scindé en une Version Bleue et une Version Rouge (Pokémon?). L'un des artistes les plus mystérieux mais surtout les plus talentueux de sa génération.

Népal (fin du suspense) a une particularité : l'artiste a toujours caché son visage, car selon lui, le public à tendance à « plus se concentrer sur les fringues portées dans les clips plutôt que la musique en elle-même » confiait-il pour le webzine Hyconiq. Une manière de rester discret pour mieux surprendre et entretenir un mystère qui fait de plus en plus parler. Son ultime pirouette pour ne pas se faire remarquer : multiplier les blases. En voici 3 en plus de Népal :  target="_blank">KLM (son alias de beatmaker) Grand Master Splinter (son ancien pseudonyme de rappeur) et 2Fingz (son duo avec Doums, backeur de Nekfeu).

Après plus d'un an à sortir un inédit par-ci et un freestyle par là, e membre du collectif 75e Session arrive en force avec un projet bien pensé qui sent l'oeuvre peaufinée. On y retrouve beaucoup de références cinématographiques, de beaux hommages au rap français old-school («Oxmose»), un sample génial de Baby Bash («Suga Suga») et une terrible mise en garde contre « l'overdab ». La liste d'invités est à l'image de Népal, plus impressionnante de talent que de notoriété. On y retrouve Doums, M Le Maudit du groupe LTF, Fixpen Sill et Walter (tous rappeurs) ; ainsi que 3 producteurs : Diabi (live band de Georgio), Vidji Stratega (Fixpen Sill) et Fox Hound. 

Le premier clip ci-dessus réalisé par Les Gars Laxistes est extrait de la Version Bleue. Encore un faux espoir pour certains fans qui s'attendaient peut-être à découvrir enfin le visage de Népal. La dernière fois qu'on l'a aperçu, c'était en 2011, dans l'exercice bien particulier du « John Doe », qui consiste à... ne montrer que sa bouche.

« Rien à battre que tu traînes le long du 'bât' comme Neville »