Music par Gaspard Labadens 04.07.2016

Macki Festival : Tout était magnifique, et surtout Jacques

Macki Festival : Tout était magnifique, et surtout Jacques

Macki à volonté sauce Jacques avec supplément Antal, Tom Trago, Playin’ 4 The City et Papooz.

Difficile de rivaliser avec le jour 1 du Macki Music Festival, sauf pour le jour 2. Tout était magnifique, qu’il s’agisse des artistes ou bien de vous, festivaliers venus « ensoleiller cette journée pluvieuse », pour reprendre les propos poétiques d’Antonin, bassiste de la formation Papooz. Les cendriers transparents déguisés en urnes nous ont révélé que ces mackisards là étaient aussi en majorité contre le Brexit, mais surtout pour la teuf en famille. Bref, c’est quand même l’un des très rares endroits en France où le public et les artistes font de la musique avec des fruits, des peignes, des vaporisateurs et des boîtes de doliprane. Jacques le Bricoleur et l’équipe de Playtronica ont régalé.

« Il pleut, mais le public est ensoleillé »

IMG_5217

Tom Trago

Papooz, pépouze

Comme a son habitude, le Macki festival est détendu en milieu d’après-midi. Pendant que Jacques fait la sieste après sa nuit Douve Blanche, la formation « tropical garage » a mis le feu aux poudres. Un quintet bien accordé.

IMG_5013

Pendant ce temps là, Antal fouine dans son bac pour en extirper des galettes qui vont faire gesticuler les mackisards dans tous les sens. Antal, c’est le mec qui monopolise la scène pendant 3 heures, mais à la fin t’entends quand même tout le monde scander à l’unisson : « one more track, one more track ! ». Balaise le type.

IMG_5006

Antal qui fouine dans son bac à tubes.

Playin’ 4 The City of Carrières-Sur-Seine

Il n’y a que les saules qui pleurent (de joie) pendant Quin Marilyn et ses boys de Playin’ 4 The City emmènent le Macki aux aux states. La chanteuse a du coffre, et tout le monde sait que c’est la clé d’un show réussi pour un band.

IMG_5070

Jacques le Bricoleur est un dieu de l’impro’

En montant sur scène, Jacques prévient : « je ne vais jouer qu’un morceau et il n’est pas sorti ». Même lui ne le connaît pas encore, car en live il ne fait désormais que de l’improvisation. Une leçon d’improvisation. En seulement une heure, Jacques Auberger a retourné la grande scène avec… une boîte de doliprane, un vaporisateur, une perceuse, un peigne (pour bien  recoiffer les côtés et l’arrière) et tout son bric-à-brac. On en oublierai presque qu’il joue de la guitare, du synthétiseur et qu’il chante. Ou plutôt qu’il bruite avec sa bouche.

IMG_5134

Jacques et ses babioles

Après avoir samplé la météo, Jacques finira son immense jam-session spéciale bricolage avec un « la France mène 5-1 », dixit le commentateur de France – Islande en direct. Vêtu de sa cape européenne, l’Alsacien salue un public conquis, encore plus qu’il ne l’était déjà d’avance. Chapeau l’artiste.

IMG_5210