JE RECHERCHE
Salut C’est Cool et Flavien Berger : vent d’absurde sur la Greenroom du Main Square

Salut C’est Cool et Flavien Berger : vent d’absurde sur la Greenroom du Main Square

Ce fut n’importe quoi, à deux reprises.

« C’est une fierté de pouvoir présenter Flavien Berger au Main Square». Armel Campagna, directeur du Main Square depuis 2011, a l’air très heureux d’avoir programmé le musicien français qui combine électronique geek et chanson française. « C’est nouveau pour le Main Square d’avoir un artiste à la marge comme Flavien. L’identité du festival demeure le pop-rock grand public, mais Flavien s’inscrit dans une volonté de diversification du line-up. En fait, il faut juste que ça colle d'une manière ou d'une autre. Chez Flavien au final, il y a un côté Étienne Daho reconnaissable. Et tu l’as bien vu, son concert a super bien marché ! Le public est réceptif ».

20160702MAINSQUARE_BASTIN_5018©Sarah Bastin

Salut Flavien

En effet, le set du parisien de naissance en a séduit plus d’un. Berger débarque pourtant seul sur scène, presque timide, dépassé par une foule qu’il n’a pas l’habitude de devoir dompter. « Wow, vous êtes nombreux » il s’étonne. « S’il fallait vous mettre dans une pièce, il faudrait une très grande pièce. Heureusement, c’est dehors ».

A l’image de cette phrase, Berger multiplie les déclarations coincées entre sincérité sans filtre, pragmatique, et touches d’absurde savoureuses. Un peu comme ses chansons, où une étrange poésie se calque sur des beats synthétiques minces et bruts. « Ce prochain morceau parle de sous-marins aquatiques. C’est une métaphore filée des relations amoureuses ». « Vous avez déjà rêvé de Mars ? Cette prochaine chanson parle de Mars ».

20160702MAINSQUARE_BASTIN_4988©Sarah Bastin

Si la performance frôle parfois un amateurisme post-geek post-ironique post-branché un peu irritant, Berger réussit tout de même à inviter la scène Greenroom dans son monde doux et fou. On touche même à la communion au moment où l’artiste vient chanter dans la foule et donner des câlins à qui veut, avant de remonter sur scène et partager son bonheur : « C’est le plus cadeau qu’on m’ait fait de ma vie ». « Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire… » comprend le public. Flavien Berger a 29 ans aujourd’hui. Et il ne nous a pas encore dit adieu.

Re-salut Flavien

Sept heures après la fin de son set, Berger revient sur la scène Greenroom au bonheur du public qui l’avait croisé plus tôt sous le soleil d’Arras (oui oui, sous le soleil d’Arras). C’est en compagnie de Salut C’est Cool que le chanteur se présente : inutile de vous dire que sa fête d’anniversaire fut folle. Dingue. Absurde, encore une fois. Au rythme de la techno drôle et conne de Salut C’est Cool, la réunion pas chic pas choc entre les nouveaux représentants de la culture post-geek se déroule dans le grand n’importe quoi. Un bordel qu’on ne pourrait décrire.

20160703MAINSQUARE_BASTIN_6000©Sarah Bastin

Beaucoup ont déjà pu apercevoir à travers la France la folie Salut C’est Cool, ces gros squatteurs de festoches. Mais au Main Square 2016, l’invitation de Flavien Berger a donné un quelque chose en plus, un truc comme la célébration d’une culture générationnelle qui unit Berger, Salut C’est Cool, et les enfants Youtube. Le tout en chantant « c’est super sympa la natuuuuuure » et en défilant une énorme image de crevette. Absurde, on vous dit. Poétique même.

20160703MAINSQUARE_BASTIN_6029©Sarah Bastin