JE RECHERCHE
Tout ce qu'on a vu de génial, absurde et dépaysant au Macki Festival

Tout ce qu'on a vu de génial, absurde et dépaysant au Macki Festival

Moutons, festivaliers qui grimpent aux arbres, sacs à dos pikachu, toilettes clandestines, et surtout de la très très bonne musique : on aura tout vu au Macki Festival. Même des slams de canapés. Et ce n'est que le premier jour.

Après un très bel opening entre Wanderlust et Nuits Fauves, le Macki Music Festival transite jusqu'à son lieu de prédilection, le parc de la Mairie de Carrières-sur-Seine. Aux alentours de 15 heures, l'ambiance est décontractée. Tandis qu'Adrien, festivalier arrivé bien à l'heure, profite de son massage, Guido de Acid Arab passe en coup de vent quelques heures avant son set et semble lui aussi en plein état de chill : « je crois que je vais aller faire une sieste » dit-il, peinard. C'est le calme avant la tempête Neue Grafik.

le berger Neue Grafik rameute le troupeau

« Au début, j'ai mixé devant les moutons ». Lorsque Neue Grafik débarque sur la grande scène à 16 heures, il n'y a pas grand monde. Sauf que voilà, le gaillard s'est ramené avec son génie du look et de l'ambiance a.k.a. Wayne Snow, ainsi que ses tracks à la rythmique si pointue dont lui seul a le secret. Un tandem qui se régale et transmettent leur fougue et leurs grands smiles aux premiers arrivants qui accourent pour danser. Impossible de rester statique à l'écoute de « Dan Kanaka ».

P1010108

Mad Rey fait voler les fauteuils

Le Macki Music Festival grouille de transats et de vieux fauteuils qui trainent. Ces petits goodies sont régis par la loi impitoyable du shotgun, mixée au classique « qui va à la chasse perd sa place ». Mais lorsque Mad Rey débarque, balance du lourd, et s'amuse avec les BPM tel un chat et sa pelote de laine, c'est la standing ovation. C'est ainsi que les pauvres meubles, dont la triste existence consiste à nous supporter, ont leur petit moment de gloire.

Le Macki est un festival à taille humaine et convivial, et les artistes n'hésitent pas à se mêler à la foule. Dans la foulée de son live, Neue Grafik est ainsi venu checker la performance de son pote Mad Rey : « du lourd, susu » commente-t-il en se marrant. Pour info, Mad Rey a sorti son EP Hotel La Chapelle sur VERTV, le label de Neue Grafik

IMG_4886

Agar Agar entre les gouttes

Les averses n'ont pas empêché les festivaliers équipés et déterminés de danser. Après tout, gouttes de sueur ou gouttes de pluie, peu importe. Le duo mixte Agar Agar a fait chavirer la grande scène à l'heure du casse-croûte, à coups de vocalises séductrices, accords de synthé mélodieux et basses tambours-battants. On ne se lasse pas de leur botte secrète « Prettiest Virgin » qui a fait son effet.

IMG_4835

Une jolie moitié de Agar Agar

IMG_4842

Un mackisard hagard devant la jolie moitié

Bizarre le Camion bazar

Placé sous les arbres, food truck plein de galettes désormais bien connu qu'est le Camion Bazar s'impose comme un spot idéal pour danser au sec en cas d'averse. Indéniablement, ça danse sec. Disco, house, tous les moyens sont bons pour faire bouger une foule en partie déguisée qui s'en donne à cœur joie.

 IMG_4816

IMG_4847

IMG_4804

Acid Arab en apothéose

Ce samedi enchanté se termine en beauté en compagnie, d'Acid Arab, duo toujours aussi efficace pour agiter les peuples. Les muezzins de la techno-house offrent une sélection juste et harmonieuse qui rassemble. Et on ne pouvait pas passer à côté de cette danseuse aux mooves orientaux élborés, sans doute venue spécialement pour l'occasion, avec un peu d'entrainement.

IMG_4938

Enregistrer