JE RECHERCHE
Les 10 (excellentes) références de Neue Grafik

Les 10 (excellentes) références de Neue Grafik

Musique, art, cinéma, manga, voyages : prenez des notes, ce type est très bon. 

Le site Resident Advisor est très bref au sujet de Neue Grafik : « L'un des artistes français les plus excitants de la nouvelle scène garage ». Un compliment loin d'être volé pour un mélomane qui avoue aimer « le genre de son où tu as l'impression que les mecs ont posé un micro par terre ». Rencontré dans son studio parisien, le mélomane chaleureux nous fait visiter son laboratoire secret. Il évoque ses collaborations passées ou futures avec : Pumpkin, Wayne Snow et Grems. Un beau CV pour ce producteur qui se révèle être une véritable encyclopédie. Il reconnaît d'ailleurs : « Dès qu'on parle de musique, je m'éparpille un peu ». Beaucoup. Mais après tout, comme il le souligne : « La musique, c'est infini ».

Son dernier EP, Roy, vient de sortir chez Beat X Changers. Il est en écoute ci-dessous, suivi des 10 influences qui vous permettront de comprendre l'univers singulier de Neue Grafik, musicien conceptuel qui part vraiment dans tous les sens, en arrivant toujours à retrouver le chemin du cool.

Le cinéma de science-fiction : Blade Runner

Son EP est le deuxième volet d'une trilogie débutée avec Pris, sorti également chez Beat X Changers en 2014. Les deux titres font allusion à des personnages du film Blade Runner. Il s'agit de deux « réplicants », des esclaves du futur conçus par l'homme. Neue Grafik explique : « Dans le film, Roy Batti tue son père Eldon Tyrell car il n'arrive pas à lui expliquer pourquoi il va bientôt mourir, alors qu'il n'a que quatre ans ». Une dimension conceptuelle et philosophique tout au long de cet EP, transmise par un Neue Grafik qui compose sa musique de manière peu commune, assez alambiquée même.

L'origine du blase : le graphisme

Neue Grafik, comme son nom l'indique, réfère au graphisme. Il ne fallait pas aller chercher plus loin. Il faut tout de même un poil de culture pour capter la dédicace : « À la base, je suis ingénieur en informatique, j'étais parti pour faire du web design. Neue Grafik, en référence au magazine de Josef Müller-Brockmann des années 50, ça devait être le nom de ma boîte. Mais depuis, j'ai lâché l'affaire. Je me consacre à plein temps à la musique aujourd'hui. »

neuegrafik3

Le magazine Neue Grafik, dont les 18 numéros furent édités de 1958 à 1965.

Manga : One Punch Man

« Il y a déjà beaucoup de gens qui font des références à Dragon Ball »

En bon digger, Neue Grafik a cette volonté d'aller chercher plus loin, jusque dans les mangas : « J'aime les mangas, particulièrement le One Punch Man. Ça nique tout le Nekketsu, c'est à dire les principes de base et les codes du genre. D'habitude dans les mangas pour jeune garçon, il faut s'entraîner dur pour battre le boss. Là le mec, son entraînement n'est pas ouf, il te donne un coup de poing t'es mort. Je trouve ça super fort. J'ai voulu faire plein de références à Saitama (le héros du manga), ce n'est pas dit que j'en fasse pas, mais je n'ai pas encore trouvé l'inspiration ».

poster-one-punch-man-sdl-2016

Les influences africaines

Après les mangas asiatiques en préparation, il y a l'Afrique, un continent très présent dans Roy : « La pochette de Roy, c'est une mami wata, une sirène africaine. C'est l'artiste Daniella Yohannes qui me l'a faite. Je fais beaucoup de références à l'Afrique dans mes morceaux aussi ».

13330991_1091991200861323_406791254959576912_n

Grover Washington Jr., Gil Scott-Heron et Sade

Il y a peu, Neue Grafik a balancé trois inédits sur target="_blank">Soundcloud. Encore une fois, cette flopée de tracks est loin d'être anodine : « Il s'agit d'artistes qui m'ont beaucoup inspirés, pour qui j'ai un respect profond. Je dois avoir au moins cinq ou six disques de chacun, je passerais ma vie à les écouter. Sade dans l'écriture, c'est incroyable. Gil Scott-Heron, c'est vraiment LA résistance pour moi. Son dernier album me fout des frissons, "New York Is Killing Me" notamment».

width="100%" height="250" frameborder="no" scrolling="no">

Le Jazz-Funk Brésilien

« Le jazz, c'est vraiment ma musique favorite »

En fait, c'est simple, Neue Grafik n'écoute que du bon : « Je suis un très très très gros fan de jazz brésilien, Deodato, Hermeto Pascoal, tous ces trucs là ». Son amour pour le genre se ressent, les sonorités jazz étant omniprésentes dans ses morceaux (« Roy » notamment) pourtant très orientés house, surtout lorsqu'il officie sur Beat X Changers.

Jobim et Baden Powel, entre autresont également marqué l'artiste dans un registre qu'il a découvert il y a peu : « J'ai découvert la bossa nova il n'y a pas si longtemps. C'est génial rythmiquement. »

Le hip-hop : de Madlib à Jimmy Jay

« J'ai commencé a écouter vraiment beaucoup de hip-hop quand j'ai rencontré ma copine il y a trois ans. Je me réveillais tous les matins avec du Dilla »

C'est son pote Monomite, entre autres beatmaker pour Jazzy Bazz, qui lui fit découvrir un véritable schizophrène des pseudonymes : « Yesterday's New Quintet, c'est un faux groupe dont je suis super fan. C'est le projet de Madlib qui se fait passer pour un quintet. Un gros classique, je ne fais pas dans l'underground sur ce coup là. J'aime la manière qu'il a de penser la musique. Il a 50 000 noms différents ». Un côté multi-facettes qu'on retrouve dans l'univers de Neue Grafik.

« Je me suis tué à Prose Combat de MC Solaar quand j'étais plus jeune »

En ce qui concerne sa copine, elle a plutôt fait découvrir des nouveautés à ce dude qui a parfois tendance à s'aventurer un peu loin de notre époque. La dénommée Isabelle fait partie des équipes de Beat X Changers. Parmi l'avalanche de noms qui a déferlé à la simple évocation du mot hip-hop, on a aussi retenu DJ Mehdi,  Zdar, ou encore Jimmy Jay, le premier producteur de MC Solaar. Indéniablement cool.

Son entourage 

«&color=00aabb&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false"> target="_blank"> Rafiki, c'est un des gars qui m'a ouvert les yeux sur la house »

La house est venue tard dans le paysage musical de Neue Grafik. Un label en particulier a changé sa manière d'aborder le son : « C'est &color=00aabb&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false"> target="_blank">Rafiki de Beat X Changers qui m'a ouvert les yeux sur la house. Je suis profondément lié à ce label car ils me laissent une certaine liberté. Je peux faire des projets personnels et aboutis. J'ai beaucoup aimé le track “Du Souffle” de X_1 qui est sorti chez eux. Ce n'est pas un son que t'entends tous les quatre matins. Mais j'ai voulu me démarquer de ça et trouver ma personnalité dans ce registre. Il font des évènements de danseurs, qui m'ont appris pleins de trucs dans leur interprétation visuelle de la musique de club ».

Le mélomane n'est pas du genre à s'enfermer dans sa tour d'ivoire. Il s'inspire également de Mad Rey et Monomite, ses potes récemment signés sur son jeune label VERTV : « J'aime mettre en avant les gens avec qui je fais de la musique ou que j'apprécie humainement. Ils m'inspirent eux aussi ».

width="100%" height="166" frameborder="no" scrolling="no">

L'album Forever Changes de Love

Neue Grafik a réussi à nous choper une petite pépite dans sa moitié de collection : l'album Forever Changes de Love. Il explique son coup de coeur : « C'est un de mes disques favoris. Arthur Lee était un peu le mec dégoûté parce qu'il était beaucoup moins connu que Hendrix. Il y a des arrangements absolument fous. Mention spéciale pour “A House is Not A Motel”».

Sans oublier le rock

C'est à se demander quel genre de musique Neue Grafik n'a pas encore pratiqué. Le reggae sans doute. Son passé rock explique la touche garage si particulière de ses productions « J'ai un parcours bizarre parce que j'ai écouté Skyrock comme toute ma génération mais à 17 ans, j'étais dans un groupe de rock. Je suis devenu fan de Joy Division, Animal Collective, White Stripes, The Gories... »

Bonus : la prise de disque ultime de Neue Grafik

Voici l'excellente release jazz Monk's Point de Thelonious Monk. Pour Neue Grafik, le hip-hop, le rock ou la house sont des « musiques à mood » : « Nick Drake, c'est le genre de disque que j'écoute quand je déprime, qu'il pleut et que j'ai envie de rester chez moi à regarder au loin. DJ Premier, t'as envie de t'ambiancer, genre t'es chez toi tu fais le ménage, ou t'es en club avec tes potes et tu fais le con. Le garage, c'est le truc qui te donnes envie de te taper, ou au contraire, il y a des balades rock super douces. Thelonious Monk a développé une palette au piano que je peux écouter tout le temps, ça vaut surtout pour les pianistes de jazz comme lui ou Bill Evans ».

871152771-0-1_600