Music par Gaspard Labadens 25.06.2016

Premier jour sur la Greenroom à Solidays : Tous les voyants sont au vert

Premier jour sur la Greenroom à Solidays : Tous les voyants sont au vert

On était bien sur la scène verte de « Soleildays ».

Ce premier jour à Solidays, on a rencontré des chamans, des poupées gonflables, des photographes, mais aussi et surtout le surprenant Ruddy Aboab (Radio Nova), Stephan le minimaliste, Boogie Vice le cool, ou encore Simian Mobile Disco, Louisahhh et Gener8ion, les tabasseurs. En bref, à la Greenroom, tous les voyants étaient aux verts, sauf le ciel, bien bleu comme on aime. En plus, placé entre une camionnette Quick et les toilettes, on a eu tout ce qu’il faut à portée de pieds. C’est le jour 1, celui qu’on retient, même si Louane n’a rien à faire là.

IMG_0810Beau Programme

Ruddy Aboab, la bonne surprise

Le DJ de Radio Nova était content d’être là, et on l’a senti. Premier artiste à démarrer sur tout le festival, Ruddy Aboab balance rapidement « River », le tube du tandem franco-cubain Ibeyi. Il n’en fallait pas plus pour que les festivaliers de la première heure viennent s’agglutiner devant lui. La classe. S’en suivront les apparitions de Jim Morrison remixé par Adana Twins, Notorious B.IG., Jacques, ou encore Noir & Haze remixé par Solomun. Après une interlude de house arabesque, le set improbable d’éclectisme se termine par un bon quart d’heure de « dabs » et « pogos » sur de la bonne trap, avant de glisser un « Boulbi » de Booba.

20160624_SOLIDAYS_BASTIN_1377

Hands up for Ruddy (Photo: Sarah Bastin)

 

IMG_0787

Bandeau, locks, jupette et lunettes rondes, on a croisé un chaman du style dans la foule, envoûté par l’ambiance. S/O SOS Globi.

Stephan, le binaire

Dans un registre plus classique, plus binaire, Stephan vient glisser sa deep house minimaliste dont les basses tapent comme le soleil sur les festivaliers qui rougissent de plaisir. Les plus chauds commencent à se tartiner d’enduit solaire, étalé au rythme de « Disco on the Dancefloor » de Kellerkind pour les plus vifs et « All Good » de De La Soul pour les plus méticuleux. Chaleur.

20160624_SOLIDAYS_BASTIN_1753

Tellement hot Stephan qu’on prend de la hauteur (Photo: Sarah Bastin)

IMG_0905

Stephan a quand même eu le temps de glisser un texto

Boogie Vice : « Bon bah je vais mettre mes clés USB »

Boogie Vice était peinard avant son set. Arrivé entre chien et loup, « le meilleur horaire » selon lui, le très chic type était détente, bon esprit, et c’est cette vibe positive qu’il a transmis à la foule. « C’était chanmé, j’ai bien kiffé » lâche le résident du département de l’Oise au sortir de son set. Il ajoute que son remix d’Etienne de Crécy a « bien foutu le bordel ». On confirme. On a aussi reconnu « Burning » de Daft Punk, de circonstance avec la grosse boule de feu clouée au ciel qui tapait toujours, même en toute fin de journée.

20160624_SOLIDAYS_BASTIN_2130

Toujours protéger sa nuque en cas de grande chaleur (Photo: Sarah Bastin)

Simian, ça tabasse #1

À la tombée de la nuit, on ne fait plus dans la dentelle. Fini les morceaux mélodiques, les moments de chill. Simian Mobile Disco est arrivé l’air de rien mais a tout cassé. Flavie, venue en tant que bénévole, n’est pas à là Greenroom pour enfiler des perles : « Au moins ici on peut danser non-stop« . On se croirait dans un club en plein milieu de Solidays.

sososolidays

« Au moins ici on peut danser non stop » (Photo: Sarah Bastin)

Louisahhh, ça tabasse #2

Comme l’indique son maillot floqué « Benevolent Anarchy » Louisahhh était là pour foutre le bordel. Mission réussie pour la première réelle ovation qu’on attendait en fin de set « Louisahhh ! Louisahhh ! », scandaient les festivaliers. Pour l’arrivée de Gener8ion, le public est gonflé à bloc.

IMG_0936

La poupée gonflable :  » J’aime quand Louisahhh attaque »

20160625_SOLIDAYS_BASTIN_3720

« Benevolent Anarchy » (Photo: Sarah Bastin)

Gener8ion : « J’ai téléchargé la dernière sortie du label de Boys Noise au resto »

Encore un qui arrive en toute quiétude. Gener8ion alias Surkin était enchanté de venir : « je suis hyper excité de jouer à un évènement de cette envergure ». Arrivé au pic d’ambiance, il poursuit le travail de sape entammé par sa pote Louisahhh pour faire danser Flavie, la poupée gonflable, et tous les autres. Sa botte secrète, c’est le track de dernière minute : « J’ai téléchargé la dernière sortie du label de mon pote Boys Noise avant de venir. ». Le trésor de dernière minute est un EP et s’appelle Strapon de Djedjotronic. Les bassent fusent. Et dire que les plus ponctuels dansent désormais depuis douze heures d’affilées. Et samedi ? bah on recommence !

20160625_SOLIDAYS_BASTIN_4049Avec son pad et son mac, Gener8ion ajoute des goodies à sa sélection (Photo: Sarah Bastin)