JE RECHERCHE
Festivals : jamais sans mon app

Festivals : jamais sans mon app

Après les réseaux sociaux, les festivals se mettent aux apps mobiles. Petit tour d’horizon de ces nouvelles fonctionnalités qui permettent de se préparer un festival aux petits oignons.

Inutile de résister, nous n’échapperons pas au monde digital et les festivals de musique non plus. Si les organisateurs ont compris depuis une bonne dizaine d’années les avantages des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter (et désormais Instagram ou Snapchat) pour constituer une communauté soudée où le festivalier est aussi un acteur du spectacle, la tendance ces dernières années est à l’app mobile. Et la plupart des gros festivals comme Beauregard, les Trans Musicales, Pitchfork, Solidays, les Eurockéennes ou le Mainsquare disposent désormais de leur propre app. Pas possible de résister non plus à l’appel de l’app, car les chiffres sont là.

Selon Bloomberg le nombre d’utilisateurs de smartphone en 2015 atteignait les deux milliards et 88 % des recherches sur le web se feraient désormais via un smartphone… Sans compter que les téléphones ont pour eux l’itinérance, qu’ils tiennent dans la poche, et qu’ils cachent sous leurs coques un mini-ordinateur… Ajoutons aussi que le profil type de l’utilisateur d’appli, est plutôt jeune, urbain et CSP +, l’exact profil courtisé par d’éventuels sponsors.

Une app à la carte

Dans ce marché des applis festives et sur mesure, plusieurs sociétés internationales se sont imposées (Aloompa aux États-Unis, Beepers en France, Appmiral en Belgique…), mais en Europe et surtout dans l’Hexagone, c’est Greencopper, fondée par un breton exilé au Canada, qui s’est clairement imposée comme le fournisseur officiel en applis des festivals français. Fondée il y a cinq ans, l’entreprise est née en développant une appli sur mesure pour les Trans Musicales de Rennes qui, depuis, ne peut plus s’en passer et Greencooper travaille désormais avec quelque 500 clients qui œuvrent dans le domaine du culturel, et s’est fait une spécialité des applis qui tournent autour d’un agenda musical. « Nous proposons un produit type avec différentes fonctionnalités pour un prix très raisonnable, explique Pauline Mahé, responsable régionale, mais surtout une offre nettement moins chère que si le festival faisait appel à une agence 2.0, et ce à une période où les baisses de subventions amènent beaucoup de festivals à revoir leur budget à la baisse. »

Qu’est-ce qu’on trouve sur ces apps qui se ressemblent assez dans la structure et les services proposés, avouons-le ? Le line-up du festival évidemment, les fiches signalétiques des artistes avec des morceaux à écouter ou découvrir, le plan interactif du festival pour ne plus jamais se perdre entre deux scènes, des renvois vers les réseaux sociaux (objectif viral oblige), des notifications pour rappeler que tel artiste ou groupe va bientôt entrer sur scène, la possibilité d’acheter ses billets directement via l’application, des playlist personnalisées en partenariat avec Deezer ou Spotify, des quiz rigolos et une option Photomaton… « Le template est similaire d’une application à l’autre, confirme Pauline Mahé, on propose un choix d’options que le festival choisit ou non, mais aussi la possibilité de développements sur mesures (par exemple des propositions d’itinéraires en partenariat avec une compagnie de transport, des fonctionnalités cashless pour renflouer sa carte…) et évidemment une assistance technique. »

La formule de base pour une app dédiée avoisine les 4800 euros, mais en fonction des bonus souhaités par les organisateurs du festival, la facture peut atteindre les 15000 euros pour des gros festivals comme Solidays ou les Eurockéeennes. Ce qui reste très raisonnable au vu des budgets engagés, mais n’a pas empêché Greencopper de penser aux petits festivals, ou à ceux qui débutent, et qui ne peuvent pas débourser de telles sommes. La solution c’est Golive, une formule clé-en-main, low-cost en quelque sorte, qui permet aux petits budgets de se doter d’un outil numérique dont désormais peu de festivals peuvent se passer, technologie et essor des pratiques numériques obligent, mais aussi demandes de plus en plus précises des sponsors.

Des options à la pelle

Au fil des années, les apps ont ainsi été amenés à se personnaliser et développer des options propres à chaque festival. L’app du festival de Bourges par exemple permet de se concocter un festival sur mesure en puisant dans ses groupes préférés du festival et ceux qu’on suit sur Facebook, l’app vous suggérant d’en découvrir de nouveaux, susceptibles de vous plaire. Aux États-Unis, certains gros festivals peuvent aussi gérer les mouvements de foule via leur app, en envoyant des notifications uniquement aux personnes situées à certains endroits du festival pendant que certaines app haut de gamme fonctionnent aussi hors connexion, car le wifi gratuit en festival ne s’est pas encore vraiment généralisé.

Bien sûr, le phénomène étant relativement nouveau, en France les chiffres des utilisateurs d’appli restent encore du domaine du prometteur avec un taux d’utilisation moyen de 30 % de festivaliers, alors qu’aux États-Unis, ces taux montent à 50 % et quasiment 70 % en Scandinavie, fer-de-lance du mouvement. Mais l’avenir est à avoir sa propre version du festival dans sa poche. La preuve de plus en plus de marques développent des apps qu’ils offrent aux festivals dont ils sont partenaires, avec en bonus des évènements privés réservés à leurs meilleurs clients. Et une ribambelle de start-ups inventent en permanence des apps censées transformer votre smartphone en couteau suisse du parfait festivalier. Restons donc connectés parce que c’est vraiment pratique, mais n’oublions pas non plus que le spectacle sera toujours plus joli en vrai que sur un écran de téléphone !

7 applis à ne pas oublier de glisser dans son téléphone :

1. Find My Tent : pour retrouver sa tente (gratuit)
Si vous avez déjà fait l’expérience de chercher pendant des heures votre tente au milieu d’une forêt de Quechuas identiques, cette appli est pour vous.

app1

2. Packing List : pour ne rien oublier dans son sac à dos (gratuit)
Les bagages, l’organisation et la mémoire chez vous ça fait trois ? Packing List vous aide à gérer la liste de ce que vous ne devez surtout pas oublier en fonction de la saison, du lieu du festival, et de la durée de votre séjour. Bon, ça ne lave pas encore le linge sale, mais ça viendra.

3. Ultraviolet : pour gérer son capital soleil (gratuit)
Il n’y a pas plus traître que le soleil en festival. Histoire d’éviter les coups de soleil qui pourraient vous gâcher la fête, Ultraviolet vous indique la quantité d’UV reçus et prodigue de précieux conseils.

4. Batterie HD+ : pour économiser son énergie (gratuit)
Trop de Periscope et de selfies ? Cette app vous indique combien de temps il vous reste pour profiter de votre téléphone, mais surtout vous propose de fermer les applis gourmandes en énergie.app4

5. BlaBlaCar : pour voyager au meilleur prix (gratuit)
Oubliez l’auto-stop et les navettes aux horaires fantasques avec le service de covoiturage BlaBlaCar bien pratique pour les festivals perdus au milieu de nulle part.

6. Glance : pour trouver l’amour (gratuit)
C’est un peu le Tinder des festivals : on s’inscrit, on indique le ou les festivals où l’on va se rendre et on laisse le charme opérer. L’app n’existe pas encore pour iPhone.

app5

7. Find my friend : pour retrouver vos amis dans la foule (gratuit)
Rien de pire que d’égarer ses amis en festival et de passer son temps à se chercher et ne pas se trouver. Find My Friend permet de stalker vos amis et vous indique le meilleur chemin à suivre pour les retrouver. L’appli peut aussi, de manière plus vicieuse, vous permettre de ne surtout pas croiser certaines personnes.


-Photo © Sarah Bastin