Music par Kerill Mc Closkey 10.06.2016

Si les joueurs de l’Équipe de France étaient des chansons de 2016, année du triomphe !

Si les joueurs de l’Équipe de France étaient des chansons de 2016, année du triomphe !

Le seul article où tu verras Adil Rami et Radiohead dans la même phrase. (Cliquez sur l’image pour aller au son)

llorisHugo Lloris : Skepta, « Konnichiwa »

Capitaine discret de l’Équipe de France, le gardien Hugo LLoris porte également le brassard chez les Londoniens de Tottenham Hotspurs. Londres, c’est aussi la ville où Skepta est le capitaine du grime. Un captain un peu à la Lloris, sapé décontracté, pas forcément bon parolier, mais avec de l’expérience et de l’autorité. Et quand Hugo arrêtera le tir au but de Cristiano Ronaldo pour nous donner la coupe d’Europe, on lui dira un bon gros konnichiwa.

 

 

loloLaurent Koscielny : PJ Harvey, « The Ministry Of Defence »

Avec les abscences de Varane, Sakho et Mathieu, Laurent Koscielny va devoir être un patron au sein d’une ligne défensive française qui fait vachement peur. Il faut absolument que Laurent se mue en leader, en guerrier, en tacticien, en Ministre de la Défense quoi. Ça tombe bien, il est pote avec François Hollande, Koscielny venant de Tulle comme le Président. Ou est-ce vraiment bon signe ?

 

 

ramiAdil Rami : Radiohead, « Burn The Witch »

Malgré une Europa League remportée avec le FC Séville, Adil Rami n’était à la base pas sélectionné pour l’Euro. Et il s’en est plaint dans les journaux, trouvant son absence injuste. Quelques jours après, il était appelé par Didier Deschamps, devenant même titulaire au sein de la défense bleue. Bref, il est comme Radiohead avec Spotify : ça critique, ça donne des leçons, mais au final, on est content quand on y est.

 

 

kanteN’Golo Kanté : Kasabian, « Underdog » (c’est pas 2016 mais on s’en fout, Kasabian, Underdog, c’est lui quoi, et puis c’est mon article)

Avec son mètre 69 d’humilité et de discrétion, pas grand monde ne croyait en N’Golo Kanté. Refusé des centres de formation car « trop petit », il s’est construit lui-même à Suresnes, Boulogne et Caen, avant de décoller pour Leicester. Aujourd’hui champion d’Angleterre, élu meilleur milieu de terrain du championnat et international français, Kante fout la nique à tous ceux qui ne voyaient en lui qu’un second couteau. Une vraie histoire d’« Underdog » comme on dit outre-Manche.

 

matuidiBlaise Matuidi : Jazzy Bazz, « Ultra Parisien »

« Je ne dirais pas qu’il faut en attendre un peu plus. Je dirais beaucoup plus. Pour avoir faire d’autres stades, sans dire les noms, on voit qu’avec des équipes qui sont moins bonnes, la ferveur est vraiment grande. C’est dommage que ce ne soit pas le cas à Paris. Après, on connait la situation du club, on aimerait tous que les choses s’arrangent. On aimerait avoir une grande ferveur au stade à l’image de l’équipe. On mérite d’avoir un stade qui bouillonne. On espère que les gens qui vont au stade ne soient pas seulement des spectateurs mais aussi des supporters ». Blaise Matuidi pour Goal.

 

pogbaPaul Pogba : Kanye West, « Father Stretch My Hands »

Un beat et une dédicace de Metro Boomin’ dans sa première partie, le sample du « Panda » de Desiigner dans sa seconde, « Father Stretch My Hands » réunit deux grands acteurs de la trap de 2016. Et donc du dab, la danse favorite de Paul Pogba.

 

 

 

gigiDimitri Payet et Pierre-André Gignac : M83, « Atlantique Sud »

Payet et Gignac jouaient toujours à l’Olympique de Marseille il y a tout juste un an. Et ils sont partis à l’étranger, avec comme but de relancer une carrière stagnante et d’attraper le wagon bleu pour l’Euro. Mission réussie, à l’image de M83, parti de sa native Antibes, autre ville du Sud-Est, pour Paris dans un premier temps puis Los Angeles. Mais aujourd’hui, le Sud reste toujours dans le cœur de Payet, Gignac, et de M83 aussi, comme l’atteste ce très joli « Atlantique Sud », ballade en français issu de Junk.

grigriAntoine Griezmann : Kendrick Lamar « Untitled 2 »

Mi-mai, l’Atletico Madrid était toujours en course pour remporter la ligue espagnole et la ligue des Champions. Deux semaines, plus tard, les deux trophées étaient envolés. Joueur de football précoce, génial et aimé de tous, Griezmann est en fait comme cet album surprise de Kendrick Lamar : l’un des meilleurs de l’année, mais sans titre. Pour encore un petit mois en tous cas.

 

 

girouuuOlivier Giroud : Death Grips, « Hot Head »

Parce qu’il va nous mettre une tête en finale, comme Zizou. Dans le but ou dans le buste, l’un des deux.