Music par Kerill Mc Closkey 05.06.2016

WE LOVE GREEN 2016 : PNL marche sur Paname

WE LOVE GREEN 2016 : PNL marche sur Paname

A We Love Green, PNL a franchi sans soucis le cap du festival. Et sans être passé par le stade du concert.

C’était sûrement le concert le plus attendu du week-end. Lors du We Love Green au Bois de Vincennes, PNL ramenait son rap sous bulle pour la première fois en festival. Véritable phénomène internet, le duo composé de N.O.S. et d’Ademo n’avait pour l’instant donné qu’une poignée de concerts, dans des clubs au public restreint et chauffé. A We Love Green, ils sont allés affronter une audience plus large, plus variée, plus froide.

L’auto-tune prend le contrôle

La simplicité du son PNL pouvait faire croire à un ratage en règle sur telle scène. Ce fut l’inverse. Comme pour partir au combat, le duo de Corbeil-Essones a débuté son set par « J’Suis PNL ». Au bout de seulement quelques secondes le constat est clair : les gars sont en pleine maîtrise. L’auto-tune qu’on craignait irritante prend le contrôle de l’atmosphère, plus forte que n’importe quel autre instrument en ce samedi nuageux.

Accompagnés d’un petit crew qui se balance au rythme des punchlines, N.O.S. et Ademo dominent la scène avec une aisance confondante dans leur traditionnel combo T-shirt/jogging blancs. Des extraits de leurs clips sont diffusés sur les écrans, mais la puissance de l’image PNL se constate par le seul charisme dégagé par le duo.

Les beats des morceaux de PNL ont l’air d’accentuer les grosses caisses par rapport à leur version studio, sûrement nécessaire pour garder l’attention de milliers de personnes pas forcément attachés à l’imaginaire PNL. Si on remarque quelques danses et rigolades ironiques, voire carrément méprisantes envers le style banlieusard du duo, le public parisien répond joyeusement à leurs chansons tout au long d’un set étonnamment carré, séduisant et communicatif. Presque grand public.

20160604WELOVEGREEN_BASTIN_7463

Le crew PNL – © Sarah Bastin

Pour finir, PNL enchaîne « Le Monde Ou Rien », le titre qui propulsa leur notoriété, et « D.A. », leur récent single au clip triomphal filmé entre la Tour Eiffel et leur cité des Tarterêts. En live, « Le Monde Ou Rien » confirme son statut de grande chanson des années 2010. Quant à « D.A. », elle symbolise bien la progression fulgurante du duo, passée avec une étonnante assurance des clubs bouillants aux scènes boueuses.

-Photos © Sarah Bastin