JE RECHERCHE
De Corbeil-Essonnes à Vincennes : un court trajet qui en dira long sur PNL

De Corbeil-Essonnes à Vincennes : un court trajet qui en dira long sur PNL

Au festival We Love Green, tous les yeux seront rivés sur PNL pour un de ces rares concerts qui peuvent autant être un choc culturel qu’une cata en direct.

Une trentaine de kilomètres et un changement de RER à Gare de Lyon séparent Corbeil-Essonnes du bois de Vincennes. Un trajet bénin, sûrement emprunté par des centaines de personnes tous les jours. Mais pour N.O.S. et Ademo, les deux rappeurs/chanteurs/on-ne-sait-plus-trop-quoi de PNL, le voyage aura une saveur particulière ce samedi 4 juin. De leur cité des Tarterêts au festival We Love Green, ces quelques dizaines de kilomètres se feront peut-être dans la jubilation pour ce qui sera leur première apparition en festival. Peut-être dans l’angoisse aussi. Quant au retour, il sera sûrement triomphal, peu importe leur performance scénique. Ils seront à domicile, avec leurs proches. Mais dans le bois de Vincennes, ils seront à l’extérieur, en extérieur, face à l’inconnu. A ce moment-là, à partir de 19h ce samedi 4 juin, tout peut se produire.

PNL à nu

Le phénomène PNL a déjà plus d’un an, et pourtant, N.O.S. et Ademo ont pour l’instant réussi à garder le mystère intact. Depuis la sortie du clip de « Le Monde Ou Rien » qui a lancé le buzz, les deux franciliens n’ont accordé aucune interview. Zéro. Niveau concert, ils ne se sont produit qu’à une poignée de reprises : deux fois à Paris et deux fois à Bruxelles, à chaque fois dans des clubs plutôt que dans des salles de concert. Devant des publics restreints donc, et très chauds, acquis à la cause PNL et sans grande oreille pour le son tant qu’il y a l’ambiance.

Ce mystère a évidemment joué dans le succès du duo qui attise pas mal de fantasmes. Mais à We Love Green, ils seront pour la première fois à la vue de tout le monde. Seuls sur une grande scène devant des centaines de photographes pro ou amateurs. Le risque serait que tout d’un coup, ils aient l’air un peu petit, un peu perdus, les faisant tomber de leur piédestal. D’autant plus que leur musique, sorte de trap autotunée mise sous bulle, est finalement minimaliste, et pas forcément encore rôdée.

« A leur arrivée au Yoyo, le club du Palais de Tokyo qui accueillit leur premier live parisien, tu pouvais sentir qu’ils flippaient » nous décrit ainsi Simon Clair, journaliste à Stylist. « Peut-être que ce sera similaire à We Love Green. Et d’un point de vue purement technique, musical, il y a des chances que ce soit bancal. Même une chose aussi bête que le micro auto-tuné peut finalement tomber à l’eau si mal utilisé ».

« La réception du public va être très intéressante » nous souligne Grégoire Belhoste, journaliste à Society. « Il est possible que ça siffle ! Avec PNL de toute façon, tu adhères ou tu n’adhères pas. C’est le monde ou rien ». N.O.S. et Ademo ont peut-être plus à perdre qu’à gagner en ce week-end de Printemps. Mais s’ils gagnent, ce serait un coup retentissant, crédibilisant définitivement leur style dans le paysage musical français. Un coup retentissant pour We Love Green également, déjà vainqueur de la course au duo, et peut-être en passe d’être souvenu comme une étape symbolique, marquante de leur carrière :

« Il y a des doutes sur le potentiel avec le temps de PNL » admet Clair. « Mais personnellement, je pense qu’ils peuvent devenir les plus grosses stars françaises du rap à l’étranger. Quand on voit comment Drake s’allie avec le rappeur londonien Skepta, je sens qu’un hip-hop à l’européenne est en train de devenir à la mode, même outre-Atlantique. Comme Skepta, PNL ont un son et un look très peu américanisé, préférant le jogging au bling-bling ». « Ça ne m’étonnerait pas que Drake vienne poser un son avec PNL dans le futur » émet d’ailleurs Belhoste. Après PNL à Tokyo, bientôt Drake aux Tarterêts ?

PNLDisqueDorn

Une confrontation sociale

Fatima & The Eglo Live Band / Minuit / Girl Band / PNL / Hot Chip / LCD Soundsystem : voilà le line-up de la scène principale du We Love Green samedi 4 juin. Cherchez l’intrus.

Plus que musicalement, c’est culturellement que PNL se démarque dans la programmation de ce festival qui a par exemple déjà accueilli Joey Bada$$, un rappeur certes, mais tendance boom-bap de la vieille école et à bonne conscience. PNL, c’est encore autre chose, c’est le vrai son des banlieues actuel, celui qui clive comme un Karim Benzema clive. La récente faute d’orthographe sur « Corbeilles Essonne » par un journaliste de l’Obs confirme d’ailleurs toujours cette séparation des mondes.

« Socialement, ça va être captivant à suivre » prononce ainsi Simon Clair. « Il y a une confrontation d’identités qui n’ont rien à voir, entre hipsters et caille-ras pour schématiser. Ce concert m’enthousiasme parce que PNL n’a rien à foutre là ».

Un décalage qui devient presque une habitude pour PNL après leur live au Yoyo, à l’intérieur d’un musée d’art contemporain donc. Or s’il y a bien des concerts qui peuvent changer les choses, qui peuvent imprimer de nouvelles tendances et ouvrir de nouvelles portes, c’est lors de ce type de décalage où les deux parties affrontent le différent, quand un choc culturel est possible. Sûrement qu’il y aura du rejet, et des deux côtés, mais les quelques novices qui tomberont dans l’identité PNL seront peut-être ceux qui feront bouger les lignes. Lignes qui ne sont peut-être pas figées du côté que l’on croit, questionne Clair :

« Animal Collective n’irait jamais à Sevran ou au Hellfest. Pour PNL d’aller comme ça à We Love Green même s’ils nous méprisent un peu, et de se dire qu’on va montrer ce qu’on sait faire, il y a une grandeur d’âme là-dedans je trouve. La démarche est élégante ».

A Corbeil-Essonnes se situe le confluent de la rivière Essonne et de la Seine. Avec les grosses intempéries de la semaine passée, la vague de l’Essonne pourrait venir faire déborder la Seine aujourd’hui à ce carrefour, la faire sortir en force de son lit douillet où elle coule tranquillement depuis des décennies. Une vague que PNL va tenter d’épouser ce samedi à We Love Green. Trente kilomètres plus au nord.

TIMETABLE_V11_1502